Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 22/06/2016

Dans une tribune publiée le 21 juin 2016 dans le journal L'Echo, Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, exprime son inquiétude par rapport à des propositions de loi visant à permettre une meilleure reconnaissance des enfants nés sans vie. (cf. Bulletin de l'IEB)

Selon elle, ces mesures prises afin de faciliter le deuil des parents d'enfants mort-nés vont à l'encontre du « droit » à l'avortement. « Donner un statut au foetus c'est aussi s'attaquer à la liberté de la femme de poursuivre sa grossesse ou non. C'est la porte ouverte à l'assimilation de l'avortement à un infanticide ou à une non-assistance à personne en danger. »

Ainsi, la sénatrice MR s'oppose à toute forme de reconnaissance de l'enfant avant sa naissance, qui selon elle mettrait en danger l'avortement. Elle souhaite d'ailleurs aller plus loin en retirant l'avortement du code pénal : « Actuellement celui-ci est toujours considéré chez nous comme un crime contre l'ordre des familles et contre la moralité publique. Il est temps de l'envisager, légalement, comme une mesure de santé publique, et non comme un crime, permettant aux femmes de disposer de leur corps et de choisir leur vie. »

Elle rejoint ainsi les députées PS Laurette Onkelinx, Karine Lalieux et Fabienne Winckel, qui ont déposé un texte visant à supprimer les peines liées à l'avortement et à établir un droit à l'avortement. Du côté de DéFI, Olivier Maingain et Véronique Caprasse veulent transférer les dispositions relatives à l'avortement du Code pénal vers la loi sur les droits du patient, « de manière à considérer l'avortement non plus comme une faute morale mais comme un acte médical  ». 

Source : L'Echo et la DH.be

Séquelles psychologiques de l'avortement : Dossier de l'IEB


Articles similaires

Belgique : Commission de contrôle de l'avortement en panne depuis 4 ans

Belgique : Commission de contrôle de l'avortement en panne depuis 4 ans

- Avortement

Dans une question publiée le 28 décembre 2015 et restée sans réponse à ce jour, la députée Anne Dedry (Ecolo-Groen) s'inquiète de la persistance de l'absence de la commission d'évaluation de la loi du 3 avril 1990 relative à l'interruption de grossesse. Cela fait maintenant 4 ans que la Commission n'a pas été reconstituée, faute de candidats, semble-t-il. La députée s'inquiète des conséquences de cette panne de la Commission, induisant qu'aucun suivi des chiffres relatifs à l'avortement ne soi...

Lire la suite

Ce qu’ont vraiment dit les experts auditionnés en 2018 sur les propositions actuelles en matière d’avortement ...

Ce qu’ont vraiment dit les experts auditionnés en 2018 sur les propositions actuelles en matière d’avortement ...

- Avortement

Dans  CE TABLEAU, l'Institut Européen de Bioéthique présente  l'analyse de l'entièreté des auditions parlementaires des 20 experts, tenues en mai-juin 2018 sur la révision de la loi avortement. Il s'avère qu'une large majorité des experts auditionnés ne se sont pas prononcés sur 7 des 9 mesures phares en passe d'être adoptées. De plus, il ressort du rapport des auditions qu'aucune de ces mesures, telles que libellées dans le texte actuel, n'obtient la faveur explicite de la majorité de ces exp...

Lire la suite

Pays-Bas : augmentation du nombre d’avortements

Pays-Bas : augmentation du nombre d’avortements

- Avortement

30.803 avortements ont été officiellement déclarés pour l'année 2015. Cela constitue une augmentation de 1.5% par rapport à 2014 (442 avortements supplémentaires) et aussi un changement de tendance à la hausse puisque depuis 2008 le nombre d'avortements déclarés tendaient à se stabiliser.

Ces chiffres publiés par l'inspection pour les soins de santé (Inspectie voor de Gezondheidszorg, IGZ) proviennent des centres d'avortement et des hôpitaux qui signalent que près de 3% des femmes qui ont sub...

Lire la suite