Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 22/06/2016

Dans une tribune publiée le 21 juin 2016 dans le journal L'Echo, Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, exprime son inquiétude par rapport à des propositions de loi visant à permettre une meilleure reconnaissance des enfants nés sans vie. (cf. Bulletin de l'IEB)

Selon elle, ces mesures prises afin de faciliter le deuil des parents d'enfants mort-nés vont à l'encontre du « droit » à l'avortement. « Donner un statut au foetus c'est aussi s'attaquer à la liberté de la femme de poursuivre sa grossesse ou non. C'est la porte ouverte à l'assimilation de l'avortement à un infanticide ou à une non-assistance à personne en danger. »

Ainsi, la sénatrice MR s'oppose à toute forme de reconnaissance de l'enfant avant sa naissance, qui selon elle mettrait en danger l'avortement. Elle souhaite d'ailleurs aller plus loin en retirant l'avortement du code pénal : « Actuellement celui-ci est toujours considéré chez nous comme un crime contre l'ordre des familles et contre la moralité publique. Il est temps de l'envisager, légalement, comme une mesure de santé publique, et non comme un crime, permettant aux femmes de disposer de leur corps et de choisir leur vie. »

Elle rejoint ainsi les députées PS Laurette Onkelinx, Karine Lalieux et Fabienne Winckel, qui ont déposé un texte visant à supprimer les peines liées à l'avortement et à établir un droit à l'avortement. Du côté de DéFI, Olivier Maingain et Véronique Caprasse veulent transférer les dispositions relatives à l'avortement du Code pénal vers la loi sur les droits du patient, « de manière à considérer l'avortement non plus comme une faute morale mais comme un acte médical  ». 

Source : L'Echo et la DH.be

Séquelles psychologiques de l'avortement : Dossier de l'IEB


Articles similaires

Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

Avortements à répétition chez les femmes célibataires aux Pays-Bas

- Avortement

Les femmes néerlandaises qui se font avorter plusieurs fois sont principalement sans relation stable, ont en moyenne 1 enfant et sont âgées de 25 à 35 ans. C'est ce que révèle une étude de l'Association néerlandaise des médecins pratiquant l'avortement (NGvA).

En 2015, plus d'un tiers des 30.803 avortements provoqués aux Pays-Bas concernaient des femmes ayant déjà vécu un avortement auparavant. Parmi elles, 85% avortaient pour la deuxième ou la troisième fois, près de 9% pour la quatrième foi...

Lire la suite

Diminution du nombre d’avortements depuis l’an 2000 aux Pays-Bas

Diminution du nombre d’avortements depuis l’an 2000 aux Pays-Bas

- Avortement

Dans son rapport publié le 17 janvier 2018, l'Inspection Santé et Jeunesse néerlandaise a annoncé une baisse à peu près linéaire des recours à l'avortement depuis l'an 2000 (sauf pour l'année 2015).

 

Au total, en 2016, 30.144 femmes ont interrompu leur grossesse, soit 659 de moins qu'en 2015. Un peu plus de 3;000 adolescentes, dont 65 de moins de 15 ans, ont été concernées cette année.

 

Sur les 30.144 femmes concernées en 2016, 3;650 (soit un peu plus d'une sur 8) se sont rendues aux Pay...

Lire la suite

L’avortement est-il devenu un droit  ?

L’avortement est-il devenu un droit ?

- Avortement

Se joignant aux autres partis politiques, le cdH (Georges Dallemagne) et le CD&V (Roel Desyn) viennent de co-signer le texte de la Résolution relative à la santé et aux droits sexuels et reproductifs dans le cadre des « Objectifs du Millénaire post-2015 », déposée par Karine Lalieux et consorts.

On y lit notamment que  les signataires considèrent l'avortement comme étant un droit : « l'accès aux moyens contraceptifs ainsi que le droit à l'avortement font partie intégrante des droits sexuels e...

Lire la suite