Belgique : l’avortement, une question de "santé publique"

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 22/06/2016

Dans une tribune publiée le 21 juin 2016 dans le journal L'Echo, Christine Defraigne, présidente du Sénat belge, exprime son inquiétude par rapport à des propositions de loi visant à permettre une meilleure reconnaissance des enfants nés sans vie. (cf. Bulletin de l'IEB)

Selon elle, ces mesures prises afin de faciliter le deuil des parents d'enfants mort-nés vont à l'encontre du « droit » à l'avortement. « Donner un statut au foetus c'est aussi s'attaquer à la liberté de la femme de poursuivre sa grossesse ou non. C'est la porte ouverte à l'assimilation de l'avortement à un infanticide ou à une non-assistance à personne en danger. »

Ainsi, la sénatrice MR s'oppose à toute forme de reconnaissance de l'enfant avant sa naissance, qui selon elle mettrait en danger l'avortement. Elle souhaite d'ailleurs aller plus loin en retirant l'avortement du code pénal : « Actuellement celui-ci est toujours considéré chez nous comme un crime contre l'ordre des familles et contre la moralité publique. Il est temps de l'envisager, légalement, comme une mesure de santé publique, et non comme un crime, permettant aux femmes de disposer de leur corps et de choisir leur vie. »

Elle rejoint ainsi les députées PS Laurette Onkelinx, Karine Lalieux et Fabienne Winckel, qui ont déposé un texte visant à supprimer les peines liées à l'avortement et à établir un droit à l'avortement. Du côté de DéFI, Olivier Maingain et Véronique Caprasse veulent transférer les dispositions relatives à l'avortement du Code pénal vers la loi sur les droits du patient, « de manière à considérer l'avortement non plus comme une faute morale mais comme un acte médical  ». 

Source : L'Echo et la DH.be

Séquelles psychologiques de l'avortement : Dossier de l'IEB


Articles similaires

Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

Prévenir l’avortement face à une grossesse inattendue

- Avortement

Face à une grossesse inattendue, la femme se trouve souvent seule et démunie, et parfois poussée vers la solution de l'avortement. C'est pour rompre ce cercle de la solitude et de la panique qu'une initiative s'est développée depuis 2009 en Flandre : « Een buddy bij de wieg ».
Les familles démunies socialement et vulnérables peuvent faire appel à un bénévole qui les accompagnera tout au long de la grossesse et jusqu'à ce que l'enfant ait un an. Le « buddy » prend contact chaque semaine avec la...

Lire la suite

Nouveau Flash Expert : RU-486 ou l'avortement médicamenteux

Nouveau Flash Expert : RU-486 ou l'avortement médicamenteux

- Avortement

Le recours à l'avortement médicamenteux va croissant, et cette méthode est en passe de devenir la méthode abortive la plus utilisée. En Belgique, elle représentait 28% des avortements en 2017, contre seulement 15% en 2008. En France, elle se pratiquait déjà dans près de 70% des cas en 2018.

Ce Flash expert vous propose une explication synthétique de l'avortement médicamenteux. Un procédé lourd pour la femme, contrairement à une idée largement répandue.

Comment ce produit abortif agit-il ?

L...

Lire la suite

Luxembourg : avortement absence totale de chiffres

Luxembourg : avortement absence totale de chiffres

- Avortement

Au Luxembourg, personne n'a aucune idée du nombre d'Interruptions Volontaires de Grossesse (IVG) pratiquées, ni du profil des patientes qui y ont recours.
L'avortement a été dépénalisé au Luxembourg par une loi du 15 novembre 1978. Après deux réformes successives en 2012 et 2014, la loi dépénalisant l'avortement avant 12 semaines a ôté toutes les conditions initiales. Aucun motif n'est désormais demandé à la femme qui veut avorter.
De plus, le cadre d'accompagnement de la femme en détresse a é...

Lire la suite