Belgique : l’avortement : exception ou droit des femmes ?

 Imprimer

Thématique : Début de vie / Avortement

Actualités

Publié le : 12/04/2016

A l'occasion du 26ème anniversaire de la loi Lallemand-Michielsen du 3 avril 1990 dépénalisant l'avortement, certains députés belges, encouragés par la plateforme « Abortion Right ! », renouvellent une tentative d'élargissement et de normalisation de l'avortement.

S'il s'agissait l'an dernier d'étendre le délai de l'avortement au-delà des 12 semaines légales actuelles (cf. : Bulletin de l'IEB ), une nouvelle proposition de loi déposée par les députés fédéraux DéFI Olivier Maingain et Véronique Caprasse envisage de garantir aux femmes qui le souhaitent un véritable droit à l'avortement, en retirant du Code pénal les dispositions relatives à l'avortement , actuellement inscrites dans le chapitre « crimes contre l'ordre des familles et la morale publique », pour les insérer dans la loi relative aux droits des patients. Il est en outre question de supprimer la condition de « l'état de détresse » de la femme, notion jugée comme une « inobjectivable dans la pratique et source d'insécurité juridique ».

Pour Olivier Maingain,  « il est temps de pérenniser l'avortement comme un droit acquis face aux nombreuses restrictions pratiques et légales qu'il subit actuellement en Europe. Il n'est plus acceptable que la dépénalisation partielle de l'avortement soit brandie par ses opposants pour remettre en cause la légitimité de la loi et, plus fondamentalement, le droit des femmes à disposer de leur corps. » Opinion que ne partage pas la Marche pour la Vie qui, comme chaque année aura lieu à Bruxelles ce dimanche 17 avril.

Actuellement, la Belgique compte en moyenne 20.000 interruptions volontaires de grossesse par an. Ce chiffre ne prend pas en compte les avortements exercés sur des foetus porteurs de handicap, réalisables jusqu'à neuf mois de grossesse et pour lesquels aucune donnée n'est fournie dans les rapports officiels.

Source : RTL ; lavenir.net


Articles similaires

France et avortement : supprimer  la clause de conscience ?

France et avortement : supprimer la clause de conscience ?

- Avortement

Le rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes en France et relatif à l'accès à l'avortement recommande la suppression de la clause de conscience permettant aux médecins et aux autres professionnel(le)s de la santé de ne pas pratiquer l'IVG. On connaît mal, en France, la réalité de l'utilisation de cette clause. Des inspections menées par des ARS (Agences régionales de santé) montreraient que le développement de l'offre d'IVG  pourrait être freiné dans le cas des chef(fe...

Lire la suite

L’avortement d’un enfant presque à terme est bien possible

L’avortement d’un enfant presque à terme est bien possible

- Avortement

En droit belge, il est possible d'avorter un enfant à la veille de sa naissance.
Nouveau Flash Expert

Un examen de la loi nous apprend que « Au-delà de 12 semaines, l'interruption volontaire de grossesse ne pourra être pratiquée que lorsqu'il est certain que l'enfant à naître sera atteint d'une affection d'une particulière gravité ET reconnue comme incurable au moment du diagnostic ». La loi ne fixant pas de limite maximale au-delà de 12 semaines pour ces cas, l'interruption volontaire de gr...

Lire la suite

Conséquences psychologiques de l’avortement : nouveau dossier de l'IEB

Conséquences psychologiques de l’avortement : nouveau dossier de l'IEB

- Avortement

Evoquer les conséquences psychologiques de l'avortement est complexe pour nos sociétés, car en parler conduit l'auditoire à penser que la démarche proposée revient à remettre en cause la dépénalisation de l'avortement, débat inconvenant pour les démocraties notamment belge et française.

Malgré le fait que de nombreuses femmes sont concernées par cet acte, très peu témoignent de cette expérience douloureuse et sont capables d'en parler ouvertement : il est difficile d'évoquer cette souffrance,...

Lire la suite