Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

 Imprimer

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

Trois médecins belges impliqués dans une euthanasie devront comparaitre en Cour d’assises

La chambre des mises en accusation de Gand a décidé hier de renvoyer trois médecins devant la Cour d'assises. Elle estime qu'il y a assez d'indices montrant que l'euthanasie de Tine Nys, 38 ans, ne s'est pas faite conformément à la loi. Ils devront répondre d'empoisonnement.

Les deux soeurs de Tine Nys reprochent aux médecins d'avoir pratiqué l'euthanasie en méconnaissant autant les règles de procédure que les conditions essentielles de la loi, notamment celle du caractère incurable de la pathologie (autisme). 

L'année dernière, il y avait déjà eu des remous autour des euthanasies provoquées par la psychiatre Lieve Thienpont qui est connue pour son ouverture à l'euthanasie des malades atteints de troubles psychiatriques. (Voir Bulletin et Flash expert de l'IEB)

Les poursuites actuelles sont d'autant plus surprenantes que dans son rapport pour les années 2010-2011, la Commission d'évaluation et de contrôle de l'euthanasie écrivait que puisqu'aucune déclaration ne comportait d'éléme...

Lire la suite 


Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

 

Depuis le 1er janvier 2018, soit l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la transsexualité, le nombre de personnes ayant fait enregistrer un changement de sexe dans leurs actes d'état civil a augmenté de près de 600 personnes, soit un tiers des enregistrements depuis 25 ans.

Fin septembre 2018, le compteur de l'état civil affichait 1.625 enregistrements de changement de sexe. Sur les enregistrements de 2018, 42% concernent des personnes âgées de moins de 25 ans, indiquant une forte demande de la jeune génération.  On observe aussi une augmentation du nombre de jeunes femmes souhaitant se faire enregistrer comme hommes. 71% des changements ont été enregistrés en Région flamande, 23% en Région wallonne et 5% à Bruxelles.

Cette évolution est en grande partie due au fait que la loi permet désormais de faire modifier officiellement l'enregistrement de son sexe et de son prénom sans opération génitale ou stérilisation préalable, à travers une simple procédure administrative auprès...

Lire la suite