Utérus artificiel : état des lieux et réflexions éthiques : Dossier de l'IEB

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Transhumanisme

Actualités

Publié le : 10/10/2019

Auteur / Source : Camille Dénecé et Doriane de Lestrange

La grossesse peut-elle devenir optionnelle pour avoir des enfants ? Peut-on imaginer voir un jour des femmes choisir de vivre une grossesse par « loisir », et d'autres préférer faire se développer leurs enfants dans un incubateur?

Le 8 octobre 2019, l'Université d'Eindhoven aux Pays-Bas annonçait avoir reçu une subvention de 2,9 millions d'euros du programme européen Horizon 2020, pour mettre au point un prototype d'utérus artificiel destiné aux bébés prématurés. L'équipe de chercheurs espère avoir un prototype fonctionnel d'ici cinq ans.

Avant même Le Meilleur des mondes de Aldous Huxley et ses « Centres d'Incubation et de Conditionnement », le généticien John B.S. Haldane avait inventé le terme « ectogenèse » en 1923, dans un texte intitulé Dédale ou la science de l'avenir. Il désignait par-là la possibilité de faire croître un être humain depuis la fécondation des gamètes jusqu'au terme de la gestation : une grossesse complètement hors du corps de la femme. Cette idée qui relève presque de la science-fiction n'est peut-être plus si fantasmatique que cela.

Des couveuses de plus en plus perfectionnées permettent de sauver des bébés de plus en plus prématurés. Les avancées de la science permettent déjà de développer des animaux in vitro pendant plusieurs semaines. Bientôt, cela pourrait être le cas pour les humains également. Mais ce que la science permet, faut-il nécessairement l'appliquer?

Sans immédiatement envisager les perspectives alarmantes d'ectogenèse, non encore techniquement réalisables et largement contestées à ce stade, le recours aux utérus artificiels pourrait ne pas être si lointain qu'on le croit et voir le jour « bientôt ». Ces technologies dont l'objectif déclaré est de permettre de mener à terme des grossesses interrompues inopinément, vont nécessairement continuer de se développer, induire des situations nouvelles et éthiquement très complexes, et créer des risques de dérives.

Face à la concrétisation progressive de l'utérus artificiel, il convient d'anticiper cette réalité. Ce dossier a pour but de présenter les avancées de la science, le fonctionnement d'un pareil projet, ses multiples implications éthiques et ses potentielles dérives.


Articles similaires

Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

- Recherche médicale

Une équipe américaine de l'University of Texas vient de fabriquer en laboratoire un poumon humain artificiel. Un travail qui pourrait révolutionner la médecine régénérative et ce d'autant que cet organe est un des plus complexes à reconstituer, notamment parce qu'il est composé de plusieurs types cellulaires différents.
Le Dr Joaquim Cortiella et son équipe ont d'abord prélevé les poumons de deux adolescents décédés à la suite d'un accident. Ils ont ensuite détaché les cellules d'un de ces pou...

Lire la suite

Mortier vs Belgium : premier dossier d’une euthanasie belge à la CEDH

Mortier vs Belgium : premier dossier d’une euthanasie belge à la CEDH

- Euthanasie et suicide assisté

Alors que le rôle de l'Etat est aussi de protéger les personnes vulnérables, l'Etat belge aurait-il été négligent en ne réagissant pas à l'euthanasie d'une personne très fragilisée par 20 longues années de dépression ? Le cas est celui de Godelieve De Troyer, euthanasiée en 2012 par le Prof. Wim Distelmans, oncologue et président de la Commission d'évaluation de l'euthanasie. Après que ce médecin ait provoqué la mort de la patiente, l'hôpital avait contacté  son fils, Tom Mortier, lui apprenan...

Lire la suite

Dossier de l'IEB: Faut-il légaliser la gestation pour autrui?

Dossier de l'IEB: Faut-il légaliser la gestation pour autrui?

- Gestation pour autrui

La légalisation de la gestation pour autrui (GPA) (mères porteuses) semble inscrite à l'agenda politique.
En Belgique, plusieurs propositions de loi déposées au Parlement entendent autoriser et réglementer cette pratique. En France, une commission du Sénat a publié un substantiel rapport sur la question et il s'en est suivi un large débat public. Il y a fort à parier que d'autres pays ne seront pas en reste.

La pression se fait toujours plus forte pour autoriser et encadrer juridiquement la G...

Lire la suite