Les opérations transgenres, un succès grandissant

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Genre et sexualité

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 09/03/2018

En Belgique, certains soins apportés aux personnes transgenres sont désormais couverts. La Ministre de la Santé a annoncé en 2016 réserver un budget de 1,17 millions d'euros à leur accompagnement psycho-social.

Depuis l'entrée en vigueur de sa convention du « soin transgenre » ("transgenderzorg") en octobre 2017, les personnes transgenres ont le droit de se faire rembourser jusqu'à quinze séances de soins psychosociaux et obtenir un forfait pour leur traitement hormonal, à condition de consulter dans deux centres spécifiques, à l'UZ Gent ou à Liège.

À l'UZ Gent, 581 personnes transgenres ont déjà pu bénéficier de cet accompagnement. 524 adultes et 57 enfants ou adolescents.

Aux Etats-Unis, le nombre d'opérations génitales de personnes transgenres a quadruplé entre 2000 et 2014. Loren Schechter, chirurgien spécialiste en la matière, transforme aujourd'hui les organes génitaux de près de 300 personnes par an, contre 50 en 2000.

Afin d'étudier les raisons de cette tendance, trois chercheurs de l'Ecole de médecine de l'Université de Baltimore (Maryland) ont rencontré 37.827 personnes transsexuelles ou transgenres.

Parmi elles, 4.118 (11%) ont subi une opération génitale, principalement après le début des années 2000.

En plus d'une prise de conscience de la population, d'actions anti-discrimination dans le pays et d'un environnement social par conséquent plus tolérant, une raison pourrait en être le financement de l'opération par une assurance médicale. Aux USA, un nombre grandissant d'assurances mettent fin à l'exclusion des opérations transgenres dans leur couverture.

"La nécessité médicale des opérations transgenres pour le bien-être physique et psychologique de ces personnes commence à faire consensus parmi les experts", souligne le chercheur Kellan Baker. Par conséquent, « seul » 39 % des personnes ont financé elles-mêmes leur opération entre 2012 et 2014. Sur les 4118 personnes ayant fait le pas, près de la moitié (+- 40 %) a été soutenue par son assurance santé.

« Si la personne est mineure, explique le Professeur Rachel Bluebond-Langner, du centre médical Langone à la NYU, elle a besoin de l'accord de ses parents ». Dans son expérience, très peu de patients ont subi une opération génitale avant leurs 18 ans. Accompagnés, ils tentent éventuellement d'inhiber par des hormones la croissance de leurs attributs sexuels (pilosité, seins, pomme d'Adam…). Et « Pour les jeunes, nous savons que le meilleur traitement reste un environnement qui le soutient, à la maison, à l'école et dans la communauté ».

 Source : Journal du médecinWashington Post


Articles similaires

Le risque de cancer du sein chez les « femmes » transgenres augmente après la prise d’hormones

Le risque de cancer du sein chez les « femmes » transgenres augmente après la prise d’hormones

- Genre et sexualité

Les hommes suivant des traitements hormonaux pour développer des caractères sexuels secondaires féminins (dits « femmes transgenres ») ont un risque plus élevé de cancer du sein que les hommes qui n'ont pas subi ces modifications hormonales. C'est ce que révèle une étude menée par des chercheurs centre médical universitaire d'Amsterdam.

 

Sur 2260 cas, 17 présentaient une tumeur du sein. Comparativement aux hommes qui ne subissent pas ces traitements, l'incidence du cancer du sein est 47 foi...

Lire la suite

Des cliniciens appellent à mettre fin aux « expériences transgenres » sur les enfants

Des cliniciens appellent à mettre fin aux « expériences transgenres » sur les enfants

- Genre et sexualité

La clinique Tavistock and Portman NHS Trust (Londres) et son « Service de Développement de l'identité de genre » (GIDS) font l'objet d'une forte critique de la part de scientifiques, dont 5 cliniciens qui l'ont quittée en raison de désaccords par rapport aux traitements subis par des enfants présentés comme transgenres.

Le programme d'expérimentation fut lancé en 2010 : on injecta chez 50 enfants de 10 à 16 ans, supposés présenter une « dysphorie de genre », des substances pour bloquer leur p...

Lire la suite

Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

- Genre et sexualité

Depuis le 1er janvier 2018, soit l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la transsexualité, le nombre de personnes ayant fait enregistrer un changement de sexe dans leurs actes d'état civil a augmenté de près de 600 personnes, soit un tiers des enregistrements depuis 25 ans.

Fin septembre 2018, le compteur de l'état civil affichait 1.625 enregistrements de changement de sexe. Sur les enregistrements de 2018, 42% concernent des personnes âgées de moins de 25 ans, indiquant une forte demand...

Lire la suite