« Intersexualité » : l’Europe et la Belgique veulent tourner la page du pathologique

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Genre et sexualité

Actualités

Publié le : 28/02/2019

Les initiatives réglementaires ne cessent de se multiplier pour interdire la chirurgie et les traitements de normalisation du sexe chez les personnes dites « intersexes », jusqu'à ce qu'elles puissent elles-mêmes déterminer leur propre « identité de genre ».

Ces personnes peuvent vivre un questionnement  concernant l'assignement de leur sexe, dû au fait que le développement de leurs organes génitaux s'est fait de façon anormale pendant leur vie foetale.  Les « troubles de la différenciation sexuelle » (DSD), ainsi nommés par la communauté médicale, sont le fait d'une inadéquation entre le phénotype (anatomie génitale, masse musculaire, stature,…) et le profil biologique (caryotype, hormones). Ils touchent une part minime de la population. L'évolution socioculturelle a peu à peu imposé le terme d' « intersexualité » au lieu de troubles de la différenciation sexuelle, afin de sortir ces « différences » du registre pathologique et de les envisager sous un angle sociologique et des droits de l'homme.

Le 12 octobre 2017, le Conseil de l'Europe votait une résolution (2191) pour « promouvoir les droits humains et éliminer les discriminations à l'égard des personnes intersexes ».

Dans une résolution du 8 février 2019, le Parlement européen a suivi en appelant les Etats membres de l'Union européenne à proposer des législations pour interdire la chirurgie et les traitements de normalisation du sexe (considérés comme des « atteintes à l'intégrité physique » ou des « mutilations génitales ») et faire en sorte que l'intersexualité ne soit plus considérée comme une pathologie. Il a félicité « les lois adoptées dans certains Etats membres qui permettent une reconnaissance légale du genre sur base de l'auto-détermination » ainsi que des « procédures flexibles permettant de changer de caractéristiques de genre », et a encouragé les autres Etats membres à faire de même.

Quelques jours avant, une proposition de résolution visant à reconnaître le droit à l'intégrité physique des mineurs intersexes, a été déposée au Parlement belge par la députée Fabienne Winckel (PS). Cette résolution demande au Gouvernement de « mettre en place, en collaboration avec les associations représentatives, un cadre législatif protégeant l'intégrité physique des mineurs intersexes en garantissant, sauf nécessité médicale grave, l'interdiction de toute décision de modification des caractéristiques sexuelles d'un mineur sans le consentement éclairé de celui-ci. » A titre d'exemple, elle cite entre autres la loi maltaise, qui établit la possibilité de ne pas enregistrer le sexe des personnes mineures jusqu'à ce qu'ils déterminent eux-mêmes leur identité de genre.


Articles similaires

Europe : le rapport portant sur les "droits sexuels et génésiques" n’a pas été voté

Europe : le rapport portant sur les "droits sexuels et génésiques" n’a pas été voté

- Genre et sexualité

Mardi 22 octobre, les députés européens ont renvoyé (351 voix contre 319) en commission le texte controversé rédigé par Edite Estrela, élue portugaise. Les principales préoccupations qui ont conduit au rejet de ce rapport d'initiative concernent l'assimilation du droit à l'avortement à un "droit fondamental", la promotion de la contraception et de l'avortement auprès des mineurs, l'enseignement sexuel rendu "obligatoire pour tous les élèves des écoles primaires et secondaires" ainsi que l'accè...

Lire la suite

Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

- Don d'organes, de tissus et de sang

Selon les derniers chiffres communiqués, 204.324 déclarations de consentement au don d'organes ont été enregistrées en date du 18 novembre 2014 en Belgique.  Sur les dix dernières années, le nombre d'accords au prélèvement a ainsi plus que quintuplé. Les avis de refus de prélèvement ont quant à eux diminué, s'élevant à 186.612. C'est ce qu'il ressort des données du Registre national communiquées par écrit à la députée Sabien Lahaye-Battheu (Open Vld) par la ministre de la Santé publique.
Pour ...

Lire la suite

« Après 10 ans d’euthanasie en Belgique, il est temps de passer à l’étape suivante. »

« Après 10 ans d’euthanasie en Belgique, il est temps de passer à l’étape suivante. »

- Euthanasie et suicide assisté

Dans une lettre au Formateur Elio Di Rupo, Wim Distelmans, président de LEIF* et professeur de médecine palliative à la Vrije Universiteit Brussel, réclame un débat politique et social ouvert sur un affinement et un élargissement de la loi sur l'euthanasie ainsi que sur d'autres décisions concernant la fin de vie. Associé à 8 autres signataires, Wim Distelmans est d'avis qu'il n'est pas tenable de maintenir l'obligation de confirmer tous les cinq ans la déclaration d'euthanasie. Actuellement, ...

Lire la suite