“Dysphorie de genre” : la Suède remet en question les traitements hormonaux sur adolescents

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Genre et sexualité

Actualités

Publié le : 15/07/2021

Auteur / Source : IEB / Medscape Medical News, Le Figaro, LSDJ

Considéré comme pionnier dans l'accompagnement des personnes transgenres, l'hôpital Karolinska de Stockholm a récemment annoncé cesser de dispenser des traitements hormonaux à ses patients mineurs, sauf pour des essais cliniques.

Selon l'Association américaine de psychiatrie (APA), la « dysphorie de genre » désigne le fait, pour une personne, d'éprouver un sentiment d'inadéquation avec son sexe de naissance. Elle ne doit pas être confondue avec l'intersexuation (ou intersexualité), qui désigne les anomalies touchant les organes sexuels d'une personne, détectées parfois à la naissance et pouvant entrainer des doutes sérieux sur l'identité sexuelle de l'enfant.

Les traitements hormonaux prescrits aux enfants chez qui est diagnostiquée une dysphorie de genre visent à bloquer la puberté voire à substituer les hormones sexuelles, en féminisant ou masculinisant celles-ci. Sont notamment utilisés les agonistes de l'hormone de libération des gonadotrophines (GnRH), qui agissent sur la glande pituitaire de façon à empêcher la production d'oestrogène ou de testostérone.

S'appuyant sur le principe de précaution, l'hôpital Karolinska – ainsi que les autres centres suédois qui lui ont emboîté le pas – justifie l'arrêt de ces traitements hormonaux par l'absence de preuve de leur efficacité ainsi que le risque accru de maladies cardiovasculaires, de cancer, d'ostéoporose ou de thrombose auquel ils seraient associés. Plus fondamentalement, est mis en avant l'effet potentiellement irréversible de ces traitements, prescrits à un âge où l'enfant ou l'adolescent est difficilement en mesure de fournir un consentement libre et éclairé en la matière.

Plus largement, cette décision s'inscrit dans une remise en question plus globale de la prise en charge médicale de ce type de symptômes au sein de la communauté scientifique (voy. notamment les études publiées par la Society for Evidence-Based Gender Medicine). Dans un arrêt rendu en décembre dernier, la Haute Cour de Londres avait ainsi clairement mis en doute la capacité de consentement d'un mineur aux traitements bloqueurs de puberté (voy. actualité IEB du 16/12/2020) Cet arrêt faisant lui-même suite aux critiques émises par plusieurs scientifiques de l'hôpital londonien concerné, le Tavistock and Portman NHS Trust (voy. actualité IEB du 12/04/2019). De même, la Finlande privilégie depuis plus d'un an les thérapies psychologiques.

Outre le caractère potentiellement irréversible de ces traitements et l'absence de preuves suffisantes de leur efficacité, est régulièrement soulevée la crainte d'un surdiagnostic de la dysphorie de genre par les praticiens : s'agissant de la Suède, l'on note ainsi, entre 2008 et 2018, une augmentation de 1500% des dysphories de genre suivies d'un traitement hormonal.


Articles similaires

Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

Transgenres : explosion des enregistrements à l’état civil

- Genre et sexualité

Depuis le 1er janvier 2018, soit l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la transsexualité, le nombre de personnes ayant fait enregistrer un changement de sexe dans leurs actes d'état civil a augmenté de près de 600 personnes, soit un tiers des enregistrements depuis 25 ans.

Fin septembre 2018, le compteur de l'état civil affichait 1.625 enregistrements de changement de sexe. Sur les enregistrements de 2018, 42% concernent des personnes âgées de moins de 25 ans, indiquant une forte demand...

Lire la suite

Transsexualité : la Haute Cour de Londres met le holà à l’expansion des traitements bloqueurs de puberté

Transsexualité : la Haute Cour de Londres met le holà à l’expansion des traitements bloqueurs de puberté

- Genre et sexualité

Dans un arrêt déterminant pour le Royaume-Uni mais dont l'impact pourrait s'étendre bien au-delà de l'île, la Haute Cour de Londres a exprimé ses doutes quant à la capacité de consentement d'un mineur aux traitements ayant pour effet de bloquer sa puberté. En l'occurence, est mise en cause la clinique Tavistock and Portman NHS Trust, et son Service de Développement d'Identité de Genre, qui prend en charge des enfants vivant une « dysphorie de genre » (i.e. qui ne s'identifient pas au sexe de l...

Lire la suite

Le risque de cancer du sein chez les « femmes » transgenres augmente après la prise d’hormones

Le risque de cancer du sein chez les « femmes » transgenres augmente après la prise d’hormones

- Genre et sexualité

Les hommes suivant des traitements hormonaux pour développer des caractères sexuels secondaires féminins (dits « femmes transgenres ») ont un risque plus élevé de cancer du sein que les hommes qui n'ont pas subi ces modifications hormonales. C'est ce que révèle une étude menée par des chercheurs centre médical universitaire d'Amsterdam.

 

Sur 2260 cas, 17 présentaient une tumeur du sein. Comparativement aux hommes qui ne subissent pas ces traitements, l'incidence du cancer du sein est 47 foi...

Lire la suite