Des cliniciens appellent à mettre fin aux « expériences transgenres » sur les enfants

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Genre et sexualité

Actualités

Publié le : 12/04/2019

La clinique Tavistock and Portman NHS Trust (Londres) et son « Service de Développement de l'identité de genre » (GIDS) font l'objet d'une forte critique de la part de scientifiques, dont 5 cliniciens qui l'ont quittée en raison de désaccords par rapport aux traitements subis par des enfants présentés comme transgenres.

Le programme d'expérimentation fut lancé en 2010 : on injecta chez 50 enfants de 10 à 16 ans, supposés présenter une « dysphorie de genre », des substances pour bloquer leur puberté (i.e. des agonistes de l'hormone de libération des gonadotrophines, qui agissent sur la glande pituitaire de façon à empêcher la production d'oestrogène ou de testostérone). Ce blocage a pour but de faciliter, dans un second temps, l'attribution de l'autre sexe, par voie hormonale ou chirurgicale.

Selon ces cliniciens alors chargés de décider à quels enfants administrer des bloqueurs hormonaux, des enfants éprouvant des difficultés au niveau de leur sexualité sont erronément diagnostiqués comme transgenres par le centre Tavistock.

Le Dr Michael Biggs, professeur de sociologie à Oxford, a mis en évidence l'absence de preuves quant aux résultats positifs et aux effets à long-terme de ces « expérimentations ». Notamment, leur réversibilité fait débat, au niveau physique et psychologique, en terme d'influence sur les hormones sexuelles, le cerveau et le développement de l'identité de l'enfant. Ces doutes sont appuyés par le pédiatre Russel Viner : « Si vous supprimez votre puberté pendant trois ans, les os ne se renforcent pas au moment où ils devraient, et on ne sait absolument pas ce que cela peut provoquer sur le développement du cerveau. »

Une annexe de rapport au Bureau des Directeurs de Tavistock, révèle que parmi les enfants traités avant 2010, seulement un cas reçut une issue positive, trois cas aboutirent à une augmentation de problèmes émotionnels et comportementaux, et dans certains cas, les parents constatèrent une diminution du bien-être physique de l'enfant, jusqu'à favoriser des envies suicidaires où l'enfant essayait délibérément de se blesser ou de se tuer. Aucune information n'existe quant à ces personnes une fois passés leurs 18 ans…

Trois ans après les premiers essais, le centre Tavistock avait prescrit des bloqueurs de puberté pour un total de 800 adolescents, parmi lesquels 230 enfants en dessous de 14 ans. En 2018, ils arrivaient à 300 prescriptions par an, alors que la page web du programme GIDS indique que « les preuves scientifiques de l'efficacité du traitement offert sont encore limitées ». Peut-on encore parler d'expérimentations avec une telle augmentation d'enfants traités ?

L'injection de bloqueurs de puberté chez des enfants et adolescents troublés au niveau de leur sexualité est de plus en plus répandue dans les pays comme la Belgique, la France, les Etats-Unis, ou l'Italie, où l'Agence du médicament a décrété le médicament entièrement remboursable par le Service de santé national, le 25 février dernier. Pour le Centre d'études Livatino, Alberto Gambino livre une analyse approfondie sur le sujet, soulignant que maintenir l'enfant dans sa condition physique pré-pubertaire peut également cristalliser sa propre confusion, et induire un décalage entre développement physique et cognitif. Il pose aussi la question du consentement libre et volontaire d'un pré-adolescent atteint de dysphorie de genre.

 Sources : The Times (8/4/2019), Transgendertrend.com (5/3/2019), Centro Studi Livatino (5/11/2018).


Articles similaires

Les opérations transgenres, un succès grandissant

Les opérations transgenres, un succès grandissant

- Genre et sexualité

En Belgique, certains soins apportés aux personnes transgenres sont désormais couverts. La Ministre de la Santé a annoncé en 2016 réserver un budget de 1,17 millions d'euros à leur accompagnement psycho-social.

Depuis l'entrée en vigueur de sa convention du « soin transgenre » ("transgenderzorg") en octobre 2017, les personnes transgenres ont le droit de se faire rembourser jusqu'à quinze séances de soins psychosociaux et obtenir un forfait pour leur traitement hormonal, à condition de consu...

Lire la suite

Le risque de cancer du sein chez les « femmes » transgenres augmente après la prise d’hormones

Le risque de cancer du sein chez les « femmes » transgenres augmente après la prise d’hormones

- Genre et sexualité

Les hommes suivant des traitements hormonaux pour développer des caractères sexuels secondaires féminins (dits « femmes transgenres ») ont un risque plus élevé de cancer du sein que les hommes qui n'ont pas subi ces modifications hormonales. C'est ce que révèle une étude menée par des chercheurs centre médical universitaire d'Amsterdam.

 

Sur 2260 cas, 17 présentaient une tumeur du sein. Comparativement aux hommes qui ne subissent pas ces traitements, l'incidence du cancer du sein est 47 foi...

Lire la suite

Transexuels adultes et enfants : une demande croissante d'actes chirurgicaux ?

Transexuels adultes et enfants : une demande croissante d'actes chirurgicaux ?

- Genre et sexualité

"In een resolutie van 12 september 1989 over het verbod op discriminatie van transseksuelen roept het Europees Parlement de lidstaten op om een reglementering uit te werken voor de opvang, begeleiding en behandeling van transseksuele personen. Bedoeling is om op die manier de discriminaties en ongelijkheden waarvan die personen het slachtoffer zijn, een halt toe te roepen. Ook in België werden reeds enkele wetten goedgekeurd, maar de strijd om gelijkheid voor transgenders is nog niet volledig ...

Lire la suite