Une belle victoire ! Loi adoptée: les enfants nés sans vie pourront être reconnus

Auteur / Source : Publié le : 12/12/2018 Thématique : Statut du corps humain / Embryons Actualités Temps de lecture : 3 min.

 Imprimer

Ce tableau offre une mise en perspective de la reconnaissance des enfants nés sans vie avant et après la nouvelle loi.

La Chambre des Représentants a voté aujourd'hui, le projet de loi concernant l'acte d'enfant sans vie.

Dorénavant, il sera possible pour les parents dont l'enfant décède entre 4 mois ½ (140 jours) et 6 mois (180 jours) après sa conception, d'enregistrer une déclaration d'enfant sans vie à l'état civil en mentionnant le prénom de leur enfant. Une reconnaissance symbolique et non pas juridique, mais importante pour aider certains parents à faire le deuil de leur enfant. Jusqu'à présent, l'inscription du nom et du prénom de l'enfant né sans vie n'était possible qu'après 6 mois de grossesse.

Le Parlement vient enfin de valider un dossier négocié par le ministre de la Justice Koen Geens dans l'accord du gouvernement, mais pour lequel certains députés se sont investis depuis plus de 10 ans.

Les opposants à la loi voient dans la possibilité d'inscrire l'enfant né sans vie à l'état civil et dans la reconnaissance symbolique de ces enfants, une menace contre l'avortement.

Cette étape s'inscrit dans une trilogie de lois concernant les enfants à naître et leurs parents, qui aura décidément marqué la législature en cours : la reconnaissance de paternité à tout moment de la grossesse en février 2017, la sortie de l'avortement du Code pénal en octobre 2018, la possibilité d'inscrire plus tôt l'enfant né sans vie en décembre 2018.

La loi laisse cependant perplexe devant l'ambivalence de la considération accordée à l'enfant à naître qui, entre 140 et 180 jours, ne pourra être inscrit que sous son prénom, alors qu'il pourra l'être avec son nom de famille aussi, au-delà des 180 jours. On peut se demander ce qui, scientifiquement et psychologiquement, justifie une telle différence.


Articles similaires

Augmentation des avortements d'enfants trisomiques depuis le remboursement du NIP-test

Augmentation des avortements d'enfants trisomiques depuis le remboursement du NIP-test

- Diagnostics prénataux

D'une étude à grande échelle coordonnée par l'UZ Leuven (KULeuven), il ressort que le remboursement du dépistage prénatal non invasif (NIP-test) en Belgique s'est accompagné d'une forte diminution des naissances d'enfants trisomiques.

Le NIP-test permet de dépister de manière non invasive, et avec une fiabilité importante, plusieurs anomalies génétiques telles que la trisomie 21 (syndrome de Down). Depuis juillet 2017, son coût est entièrement pris en charge par la sécurité sociale belge (voy...

Lire la suite

Euthanasie des enfants : 38 pédiatres jugent la loi inutile et précipitée

Euthanasie des enfants : 38 pédiatres jugent la loi inutile et précipitée

- Euthanasie et suicide assisté

38 pédiatres ont signé une Opinion dans La Libre pour dénoncer le projet de loi.
"Est-il souhaitable d'étendre la loi sur l'euthanasie aux mineurs d'âge si un grand nombre de soignants expérimentés, qui, jour après jour, prennent soin d'enfants gravement malades et sont capables de soulager leur douleur, n'y voient aucune plus-value ? Cette lettre est un appel lancé par des pédiatres jouissant...

Lire la suite

Euthanasie des enfants : deuxième audition d'experts

Euthanasie des enfants : deuxième audition d'experts

- Euthanasie et suicide assisté

Dans le cadre de l'élargissement de la loi euthanasie aux enfants, les Commissions réunies Justice & Affaires sociales entendront une nouvelle série d'experts ce mercredi 6 mars 2013. Les rapporteurs en sont  toujours Mme Zakia Khattabi et M. Rik Torfs.
Les experts convoqués sont : Mme Catherine Stryckmans, présidente de la commission éthique de l'Association belge des praticiens de l'art infirmier (ACN); M. Herman Nys, hoofd van het Interfacultair Centrum voor Biomedische Ethiek en Recht; pro...

Lire la suite