Une belle victoire ! Loi adoptée les enfants nés sans vie pourront être reconnus

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités

Publié le : 12/12/2018

Ce tableau offre une mise en perspective de la reconnaissance des enfants nés sans vie avant et après la nouvelle loi.

La Chambre des Représentants a voté aujourd'hui, le projet de loi concernant l'acte d'enfant sans vie.

Dorénavant, il sera possible pour les parents dont l'enfant décède entre 4 mois ½ (140 jours) et 6 mois (180 jours) après sa conception, d'enregistrer une déclaration d'enfant sans vie à l'état civil en mentionnant le prénom de leur enfant. Une reconnaissance symbolique et non pas juridique, mais importante pour aider certains parents à faire le deuil de leur enfant. Jusqu'à présent, l'inscription du nom et du prénom de l'enfant né sans vie n'était possible qu'après 6 mois de grossesse.

Le Parlement vient enfin de valider un dossier négocié par le ministre de la Justice Koen Geens dans l'accord du gouvernement, mais pour lequel certains députés se sont investis depuis plus de 10 ans.

Les opposants à la loi voient dans la possibilité d'inscrire l'enfant né sans vie à l'état civil et dans la reconnaissance symbolique de ces enfants, une menace contre l'avortement.

Cette étape s'inscrit dans une trilogie de lois concernant les enfants à naître et leurs parents, qui aura décidément marqué la législature en cours : la reconnaissance de paternité à tout moment de la grossesse en février 2017, la sortie de l'avortement du Code pénal en octobre 2018, la possibilité d'inscrire plus tôt l'enfant né sans vie en décembre 2018.

La loi laisse cependant perplexe devant l'ambivalence de la considération accordée à l'enfant à naître qui, entre 140 et 180 jours, ne pourra être inscrit que sous son prénom, alors qu'il pourra l'être avec son nom de famille aussi, au-delà des 180 jours. On peut se demander ce qui, scientifiquement et psychologiquement, justifie une telle différence.


Articles similaires

Belgique : euthanasie des enfants : nouveau dossier de l'IEB

- Euthanasie et suicide assisté

Il y a un an était promulguée la loi du 28 février 2014 « modifiant la loi du 28 mai 2002 relative à l'euthanasie, en vue de l'étendre aux mineurs ». La Belgique devenait ainsi le premier et seul pays au monde à autoriser l'euthanasie de mineurs sans qu'aucune condition relative à l'âge de ceux-ci ne doive être rencontrée.
Certains s'en sont félicités, rappelant le rôle « pionnier » joué par la Belgique dans la mise en place d'un cadre légal pour l'euthanasie, présentée comme ultime « acte d'h...

Lire la suite

Pays-Bas : euthanasie des enfants : élargir le cadre

Pays-Bas : euthanasie des enfants : élargir le cadre

- Don d'organes et euthanasie

En 2015, la NVK (Nederlandse Vereniging voor Kindergeneeskunde - Association néerlandaise de Pédiatrie) s'est penchée sur la prise en charge des enfants malades et en fin de vie et a publié sa  position  par rapport à l'euthanasie des enfants entre 1 et 12 ans. Elle y propose de faire une étude sur les soins à prodiguer aux enfants gravement malades et en fin de vie, en y incluant la possibilité de l'euthanasie, indépendamment de l'âge des jeunes patients, préférant se fonder sur la capacité d...

Lire la suite

1.	Vingt cinq enfants euthanasiés en Belgique ?

1. Vingt cinq enfants euthanasiés en Belgique ?

- Euthanasie et suicide assisté

Selon une étude de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) récemment publiée dans l' « Américan Journal of Critical care », l'euthanasie des enfants serait une réalité dans les unités de soins intensifs pédiatriques. Sur les 89 infirmières qui ont accepté de participer à l'étude, 76 affirment être intervenues au cours des deux dernières années dans un cas ou il y aurait eu décision d'interrompre la vie d'un petit malade. 89 % de ces soignants estiment que l'euthanasie devrait pouvoir être demandée...

Lire la suite