Un nouveau-né lorrain sauve un patient américain

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités

Publié le : 11/10/2013

Grâce à un bébé né à la polyclinique Majorelle à Nancy, un patient américain va voir ses chances de guérison augmenter considérablement. En effet, ce malade va bénéficier d'une greffe de cellules souches issues de la poche de sang prélevé par le cordon ombilical du nouveau-né immédiatement après sa naissance.
Depuis novembre dernier, la maternité de la polyclinique Majorelle, seul établissement lorrain à proposer cette démarche, informe les parents sur la possibilité qu'ils ont de faire un don de sang placentaire pour lequel Majorelle est habilitée.
Le sang issu du cordon ombilical est en effet très riche en cellules souches. Il permet de soigner un certain nombre de pathologies graves dont les cancers du sang.
Depuis l'automne dernier, à la polyclinique, les mamans de plus de 300 bébés ont donné leur accord pour ce don. Un geste solidaire, indolore et gratuit qui peut sauver des vies. Un geste que l'établissement souhaite voir se développer. En effet, les chances de compatibilité entre deux individus ne sont que de 1 sur 1.000.000. La poche de sang prélevée à Nancy et envoyée aux Etats-Unis, après identification de la compatibilité, restera un moment fort dans la vie de l'établissement.

 


Articles similaires

Un fœtus sauvé grâce à une greffe de moelle osseuse in utero

Un fœtus sauvé grâce à une greffe de moelle osseuse in utero

- Embryons

Une belle réussite médicale avec toutefois une vraie question éthique : peut-on disposer du corps d'un enfant déjà né pour guérir le foetus que l'on porte ?

Les faits sont les suivants : le foetus était porteur d'une rare mutation génétique rendant inopérant son système immunitaire. Il a pu être sauvé grâce à une greffe de moelle osseuse in utero, moelle osseuse prélevée chez sa soeur de 4 ans. 

La maladie rare du foetus pouvait en principe être facilement guérie grâce à une greffe de moelle...

Lire la suite

Locked-in syndrome : une majorité de patients se dit heureuse

Locked-in syndrome : une majorité de patients se dit heureuse

- Santé mentale

Une étude dirigée par le professeur de neurologie Steven Laureys de l'université de Liège, et publiée sur le site du journal britannique BMJ Open, indique que des patients atteints de locked-in syndrome (LIS) se disent en majorité "heureux" en dépit de leur handicap important.
Cette maladie neurologique rare survient le plus souvent après un accident vasculaire cérébral. Menée en lien avec le CHU de Nîmes et l'association française Alis (association pour le locked-in syndrome), cette étude fra...

Lire la suite

Belgique : Le Conseil supérieur de la santé pour une prise en charge intégrale des patients déments

- Soins palliatifs

Le 7 avril 2016, le Conseil Supérieur de la Santé de Belgique a publié un rapport sur le diagnostic de la démence, la gestion du comportement du patient et les questions éthiques soulevées par cette maladie.

S'appuyant sur un rapport émis par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) de 2012, ce document rappelle que la démence, problème multifactoriel, va s'accroître dans nos sociétés au cours des prochaines années. L'OMS estime que le nombre de cas de démence aura triplé d'ici 2050. L'accro...

Lire la suite