Investissements durables – Vers une banque bio-éthique ?

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités

Publié le : 12/12/2019

Recherche sur embryons, production de substances euthanasiques, fabrication de pilules contraceptives ou abortives, … Et si ces activités économiques entraient en ligne de compte lorsqu'il s'agit de déterminer le caractère éthique d'une banque ou d'un fonds d'investissement ?

La presse belge s'est faite récemment l'écho du lancement d'un nouveau fonds d'investissement éthique par la banque Van Landschot, une banque privée néerlandaise active en Belgique.
Parmi les critères d'exclusion retenus par ce nouveau produit bancaire éthique, figurent les entreprises dont les activités concernent l'alcool, la pornographie… mais aussi les produits euthanasiques, contraceptifs et abortifs, de même que l'utilisation d'embryons et de cellules souches embryonnaires.
La création d'un fonds de placement incluant de tels critères bioéthiques semble être une première en Belgique. Des produits financiers similaires existent en revanche déjà dans plusieurs pays limitrophes, dont la France (citons entre autres les gestionnaires de fortune Meeschaert et Oddo) et la Suisse.
Certaines organisations se consacrent d'ailleurs aujourd'hui spécifiquement au conseil et à l'accompagnement des banques dans leur stratégie éthique, afin d'y inclure ces critères bioéthiques.

A ce jour, toutefois, les banques de détail traditionnelles (à destination du grand public) semblent faire encore l'impasse sur les enjeux bioéthiques dans leur offre en matière de placements éthiques.

Quant au projet de banque éthique NewB, lancé en cette fin 2019, celui-ci n'intègre pas non plus encore explicitement la bioéthique parmi ses critères de finance éthique et durable.
Il reste donc à savoir dans quelle mesure le respect de la dignité et de la vie humaines constitueront à l'avenir un point d'attention incontournable des banques et fonds d'investissement éthiques.


Articles similaires

La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

- Recherche sur les embryons

En septembre 2017, des chercheurs de l'Université de Michigan ont déclaré avoir découvert une nouvelle manière de créer des embryons. L'équipe tentait de créer des « organoïdes », organes miniatures, à partir de cellules souches humaines. Elle s'est rendue compte que ces agrégats de cellules s'organisaient de telle manière à présenter progressivement de plus en plus les caractéristiques d'un embryon.

Il manquait à ces entités dites « embroïdes » plusieurs types de cellules-souches-clefs. Ceci...

Lire la suite

Covid-19 : quel impact sur la bioéthique ?

Covid-19 : quel impact sur la bioéthique ?

- Avortement

En pleine crise du coronavirus, notre société connait de nombreux bouleversements. Le domaine de la bioéthique n'échappe pas à l'impact du COVID-19.

Les débats actuels en matière bioéthique portent principalement sur l'interprétation de la notion d'urgence, qu'il s'agisse de procréation, d'avortement ou d'euthanasie.

En ce qui concerne l'avortement, la plupart des centres de planning familial situés en Belgique gardent leurs portes ouvertes, à tout le moins pour la pratique de l'avortement. ...

Lire la suite

Québec : pas de liberté éthique pour l’hôpital face à un avortement tardif

Québec : pas de liberté éthique pour l’hôpital face à un avortement tardif

- Clauses de conscience

Suivie depuis le début de sa grossesse au Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) de Montréal, une maman enceinte de 6 mois (27 semaines) a reçu le diagnostic que le bébé serait porteur de plusieurs anomalies.

Demandant à ce qu'il soit mis fin à sa grossesse (avortement tardif), la maman et son conjoint ont attendu la décision du Comité d'éthique de l'hôpital à qui il revient de se prononcer dans de tels cas où l'enfant est viable. Pour diverses raisons qui font partie du dossier médical ...

Lire la suite