Investissements durables – Vers une banque bio-éthique ?

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités

Publié le : 12/12/2019

Recherche sur embryons, production de substances euthanasiques, fabrication de pilules contraceptives ou abortives, … Et si ces activités économiques entraient en ligne de compte lorsqu'il s'agit de déterminer le caractère éthique d'une banque ou d'un fonds d'investissement ?

La presse belge s'est faite récemment l'écho du lancement d'un nouveau fonds d'investissement éthique par la banque Van Landschot, une banque privée néerlandaise active en Belgique.
Parmi les critères d'exclusion retenus par ce nouveau produit bancaire éthique, figurent les entreprises dont les activités concernent l'alcool, la pornographie… mais aussi les produits euthanasiques, contraceptifs et abortifs, de même que l'utilisation d'embryons et de cellules souches embryonnaires.
La création d'un fonds de placement incluant de tels critères bioéthiques semble être une première en Belgique. Des produits financiers similaires existent en revanche déjà dans plusieurs pays limitrophes, dont la France (citons entre autres les gestionnaires de fortune Meeschaert et Oddo) et la Suisse.
Certaines organisations se consacrent d'ailleurs aujourd'hui spécifiquement au conseil et à l'accompagnement des banques dans leur stratégie éthique, afin d'y inclure ces critères bioéthiques.

A ce jour, toutefois, les banques de détail traditionnelles (à destination du grand public) semblent faire encore l'impasse sur les enjeux bioéthiques dans leur offre en matière de placements éthiques.

Quant au projet de banque éthique NewB, lancé en cette fin 2019, celui-ci n'intègre pas non plus encore explicitement la bioéthique parmi ses critères de finance éthique et durable.
Il reste donc à savoir dans quelle mesure le respect de la dignité et de la vie humaines constitueront à l'avenir un point d'attention incontournable des banques et fonds d'investissement éthiques.


Articles similaires

Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

- Santé mentale

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhai...

Lire la suite

La règlementation des biobanques belges s’organise

La règlementation des biobanques belges s’organise

- Génétique

Une biobanque est une structure qui assure le stockage et la mise à disposition de matériel corporel humain, allant du sang aux gamètes et embryons, exclusivement destiné à la recherche scientifique.

L'activité des biobanques est régulée par la loi du 19 décembre 2008 relative à l'obtention et à l'utilisation de matériel corporel humain destiné à des applications médicales humaines ou à des fins de recherche scientifique. Un arrêté royal du 9 janvier 2018 entrera en vigueur le 1er novembre 20...

Lire la suite

Clinique St Luc (Bruxelles) : banque de cellules souches adipeuses

- Génétique

La Banque de cellules souches adipeuses de Saint-Luc propose l'autotransplantation aux patients atteints de non-consolidation osseuse (post-traumatique, après exérèse d'une tumeur) ou plaies après radiothérapie. Cette technique consiste à prélever de la graisse sur le patient puis d'en extraire des cellules souches (adultes) qui permettront de reconstruire les os et de guérir les plaies. Six patients à ce jour ont déjà bénéficié d'une autogreffe de cellules souches adipeuses. Ce programme est ...

Lire la suite