Investissements durables – Vers une banque bio-éthique ?

Publié le : Thématique : Statut du corps humain / Embryons Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Recherche sur embryons, production de substances euthanasiques, fabrication de pilules contraceptives ou abortives, … Et si ces activités économiques entraient en ligne de compte lorsqu'il s'agit de déterminer le caractère éthique d'une banque ou d'un fonds d'investissement ?

La presse belge s'est faite récemment l'écho du lancement d'un nouveau fonds d'investissement éthique par la banque Van Landschot, une banque privée néerlandaise active en Belgique.
Parmi les critères d'exclusion retenus par ce nouveau produit bancaire éthique, figurent les entreprises dont les activités concernent l'alcool, la pornographie… mais aussi les produits euthanasiques, contraceptifs et abortifs, de même que l'utilisation d'embryons et de cellules souches embryonnaires.
La création d'un fonds de placement incluant de tels critères bioéthiques semble être une première en Belgique. Des produits financiers similaires existent en revanche déjà dans plusieurs pays limitrophes, dont la France (citons entre autres les gestionnaires de fortune Meeschaert et Oddo) et la Suisse.
Certaines organisations se consacrent d'ailleurs aujourd'hui spécifiquement au conseil et à l'accompagnement des banques dans leur stratégie éthique, afin d'y inclure ces critères bioéthiques.

A ce jour, toutefois, les banques de détail traditionnelles (à destination du grand public) semblent faire encore l'impasse sur les enjeux bioéthiques dans leur offre en matière de placements éthiques.

Quant au projet de banque éthique NewB, lancé en cette fin 2019, celui-ci n'intègre pas non plus encore explicitement la bioéthique parmi ses critères de finance éthique et durable.
Il reste donc à savoir dans quelle mesure le respect de la dignité et de la vie humaines constitueront à l'avenir un point d'attention incontournable des banques et fonds d'investissement éthiques.


Articles similaires

Nouveau dossier de l'IEB : l'usage des mots en bioéthique

Nouveau dossier de l'IEB : l'usage des mots en bioéthique

- Embryons

Choisir les bons mots lorsqu'on parle de sujets aussi délicats que la vie naissante, la mort, une grossesse imprévue, la découverte d'un handicap, les soins en fin de vie ou l'euthanasie, constitue un défi perpétuel. Comment tendre vers les mots justes tout en prenant soin du dialogue ?

 

"Mal nommer les choses, disait Albert Camus, c'est ajouter au malheur du monde." Si nous voulons bâtir un monde plus accueillant pour la personne et la vie humaines, aussi fragiles soient-elle, la question ...

Lire la suite

Webinaire IEB - Bioéthique et sémantique : le choix des mots

Webinaire IEB - Bioéthique et sémantique : le choix des mots

- Embryons

Choisir les bons mots lorsqu'on parle de sujets aussi délicats que la vie naissante, la mort, une grossesse imprévue, la découverte d'un handicap, les soins en fin de vie ou l'euthanasie, constitue un défi perpétuel. Comment tendre vers les mots justes tout en prenant soin du dialogue ?

 

"Mal nommer les choses, disait Albert Camus, c'est ajouter au malheur du monde." Si nous voulons bâtir un monde plus accueillant de la personne et de la vie humaines, aussi fragiles soient-elle, la questi...

Lire la suite

Avis du Comité de Bioéthique: euthanasie pour fatigue de vivre et pour maladies psychiatriques

Avis du Comité de Bioéthique: euthanasie pour fatigue de vivre et pour maladies psychiatriques

- Euthanasie et suicide assisté

Peut-on euthanasier les patients qui ne sont pas en phase terminale, qui souffrent psychiquement ou qui sont atteints d'une maladie psychiatrique ?
Ce sont les fondements de la loi euthanasie qui sont mis en question par le Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique (CCBB)  dans l'Avis n° 73 qui vient d'être publié.

Ce document de 88 pages met le doigt sur les dysfonctionnements de la loi euthanasie en Belgique : si la demande d'euthanasie se base sur le concept de souffrance, comment la dé...

Lire la suite