Belgique : modification du Code civil : reconnaissance prénatale par le papa

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Embryons

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 16/02/2017

Jeudi dernier, la Chambre a adopté une proposition de loi visant à permettre la reconnaissance de la filiation paternelle (ou maternelle dans un couple homosexuel) sans délai minimal de grossesse. Son objectif : clarifier les dispositions du Code civil en la matière face aux pratiques disparates des autorités communales. En effet, tandis que certaines communes imposent un délai de six mois, d'autres acceptent la reconnaissance quel que soit le stade de la grossesse.

De plus, cette disposition légale rétablit une certaine égalité pour l'enfant in utero puisque les couples non-mariés ne seront plus discriminés par rapport aux couples mariés. La filiation paternelle prénatale peut désormais être établie même en dehors du cadre du mariage.

Les députés socialistes, de concert avec le CFFB (conseil des femmes francophones de Belgique), se sont violemment élevés contre cette disposition, craignant qu'elle ne remette en question la possibilité pour les femmes d'avorter.

La Députée MR, Stéphanie Thoron, principale auteur du texte de loi, a toutefois indiqué qu'il s'agissait d'une simple reconnaissance conditionnelle. Elle ne sera effective que si l'enfant naît et reste en vie et n'accorde donc aucun droit supplémentaire au père avant la naissance de l'enfant. 

Cette disposition légale permet d'autre part de mieux prendre en compte la responsabilité du père vis-à-vis de l'enfant à naître. Sonia Becq, député CD&V, a saisi l'occasion pour rappeler combien il était important d'accorder une certaine reconnaissance au foetus, bien que jusqu'ici, les libéraux aient toujours bloqué toute tentative d'évolution sur le sujet.

Selon le député DéFi Olivier Maingain, la formule juridique employée dans cette proposition de loi n'est pas adaptée car elle crée selon lui une « reconnaissance civile de l'enfant conçu ». Francis Delpérée (cdH) lui a objecté que l'enfant conçu et à naître pouvait toutefois déjà être considéré comme un sujet de droit puisqu'il était actuellement déjà possible de faire une donation à ce dernier.

La nouvelle disposition légale souligne la réalité du lien affectif entre l'homme et l'embryon-foetus, lien essentiel à l'heure où les femmes expriment leur solitude et le manque de soutien du compagnon, comme cause première les poussant à avorter.

Source : La LIbre  - Projet de loi adopté : ICI


Articles similaires

Belgique : un "enfant né sans vie" peut être enregistré 140 jours après la fécondation

Belgique : un "enfant né sans vie" peut être enregistré 140 jours après la fécondation

- Embryons

Le conseil des ministres a approuvé le 6 juillet, l'avant-projet de loi du ministre de la Justice, Koen Geens, autorisant l'enregistrement par les parents, sur une base volontaire, de "leur enfant sans vie à partir des 140 jours suivant la fécondation".
Actuellement, ce n'est qu'à partir de 6 mois (180 jours) de grossesse qu'un régime est prévu. Une "obligation de déclaration" est en vigueur, l'enfant se voyant attribuer un prénom. La nouvelle loi ajoute à l'obligation de déclaration la "possi...

Lire la suite

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

- Don d'organes, de tissus et de sang

Tout comme les organes, les tissus d'une personne peuvent sauver des vies. Les ossements permettent de réparer des fractures complexes, les cornées d'éviter des cécités, les vaisseaux sanguins de remplacer les vaisseaux irrémédiablement endommagés d'autrui.

Ces tissus sont, tout comme les organes, facilement extraits du corps du donneur, après sa mort ou avant, par biopsie. Seuls les médecins et chercheurs ont aujourd'hui accès aux tissus humains stockées par les hôpitaux dans leurs biobanqu...

Lire la suite

Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique

Clash et démission au sein de la Commission fédérale de contrôle de l’euthanasie en Belgique

- Euthanasie et suicide assisté

Une patiente atteinte de démence et de Parkinson a été euthanasiée sur simple demande de sa famille, sans que la personne n'en ait jamais fait la demande elle-même, et n'ait été entendue sur la question. De plus, il appert que le second médecin à consulter n'a en réalité donné son avis médical qu'une fois le décès intervenu. Ces lourdes atteintes aux conditions posées par la loi euthanasie ont amené le médecin impliqué devant la Commission fédérale de contrôle de l'euthanasie (CFCEE).
Une majo...

Lire la suite