Le juteux business des ovocytes en Belgique

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don de gamètes

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 15/05/2019

Après avoir interrogé différentes femmes donneuses d'ovocytes et plusieurs cliniques belges, la journaliste Sofia Costoglou révèle la réalité financière du don d'ovules dans une enquête pour « 7 à la Une » (RTBF).

En Belgique, la loi stipule que « la commercialisation des gamètes humains est interdite ». Cependant, bien que le don doive être gratuit, il peut néanmoins donner lieu à « une indemnité qui couvre les frais de déplacement ou de perte de salaire de la personne prélevée [et] peut également couvrir les frais d'hospitalisation inhérents au prélèvement d'ovocytes de la donneuse. »   

Le caractère très relatif d'une telle indemnité donne lieu à des rémunérations pouvant aller de 500€ à 2000€ dans certaines cliniques, « parce que si on ne donne rien […] on n'aura personne » (une responsable de clinique). « Avec un montant aussi attractif, le don censé être altruiste et désintéressé prend des allures de business » explique Sofia Costoglou.

La journaliste s'est fait passer pour une donneuse auprès de plusieurs cliniques, en insistant sur ses motivations économiques sans que cela n'ait posé problème à ses interlocuteurs. Cependant, rares sont les cliniques qui affichent clairement leurs tarifs.

Sans étonnement, les cliniques qui proposent de larges rémunérations ne souffrent pas du manque de donneuses, contrairement aux autres. Peut-on alors encore parler d'altruisme pour ce type de don ou plutôt de marchandisation du corps ? 

Sources : Gènéthique ; RTBF.be     

Voir aussi le Dossier :  La question du don de gamètes dans la procréation assistée en Belgique


Articles similaires

900 euros pour un don d’ovocytes aux Pays-Bas : c’est trop !

900 euros pour un don d’ovocytes aux Pays-Bas : c’est trop !

- Don de gamètes

La rémunération actuelle du don d'ovocytes dans les trois banques d'ovocytes aux Pays-Bas - soit un montant pouvant atteindre 900 euros - risque de pousser des femmes à donner leurs ovocytes pour des raisons financières. C'est ce que pointent des éthiciens du Centre hospitalier Universitaire d'Utrecht, suggérant de réduire la compensation à 300 euros sur base du temps et de l'investissement requis, en plus du défraiement.

Dans ce rapport écrit en partenariat avec l'Organisation néerlandaise ...

Lire la suite

Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

- Don de gamètes

Facebook et Apple pourraient bientôt financer une partie des frais nécessaires à la congélation d'ovules de leurs employées. Ces entreprises ont en effet besoin de jeunes femmes compétentes pour assurer une certaine parité, et espèrent ainsi permettre à leurs employées de ne plus devoir choisir entre leur carrière et une grossesse.
Un porte-parole de la direction de Facebook énumère les avantages qu'offre l'entreprise en matière de couverture de santé : traitements contre l'infertilité, couver...

Lire la suite

Dossier : la question des gamètes dans la procréation médicalement assistée en Belgique

Dossier : la question des gamètes dans la procréation médicalement assistée en Belgique

- Don de gamètes

Nouveau Dossier de l'IEB : En 2014, il y a eu 8.290 cycles d'insémination avec donneur et 8.759 cycles de FIV avec donneur.
Ce dossier fait le point et donne les chiffres tout en posant les vraies questions.

Alors que de plus en plus d'articles de presse et de forums promeuvent le don de gamètes comme l'espoir offert à toute personne qui le désire d'avoir un enfant, il est important de se demander si, réellement, il en va des gamètes comme de tout produit de consommation. En ce qu'elles perme...

Lire la suite