Financer la congélation d’ovocytes de ses employées ?

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don de gamètes

Actualités

Publié le : 28/10/2014

Facebook et Apple pourraient bientôt financer une partie des frais nécessaires à la congélation d'ovules de leurs employées. Ces entreprises ont en effet besoin de jeunes femmes compétentes pour assurer une certaine parité, et espèrent ainsi permettre à leurs employées de ne plus devoir choisir entre leur carrière et une grossesse.
Un porte-parole de la direction de Facebook énumère les avantages qu'offre l'entreprise en matière de couverture de santé : traitements contre l'infertilité, couverture des frais de mères porteuses pour les couples homosexuels, ou de banque de sperme. L'annonce de l'intervention dans les frais de congélation des ovocytes des employées a relancé le débat sur la place de la femme dans l'entreprise (si les femmes sont 47% des effectifs dans le monde du travail, elles ne représentent que 16,6% des dirigeantes).
Si, en Belgique, la pratique est déjà d'actualité (voir ci-dessus), elle n'est en revanche pas autorisée en France.

Le Docteur Samir Hamamah, du CHU de Montpellier, salue l'initiative de Facebook et Apple. Selon lui, cette technique permettrait aux femmes de réguler leur fertilité, d'être mises sur un pied d'égalité avec les hommes qui sont fertiles à tout âge et peuvent en outre congeler leur sperme. Il souligne cependant qu'il faudrait s'assurer du fait que l'entreprise ne réclame aucune contrepartie, comme l'engament à retarder une grossesse.

En 2007, un rapport du parlement européen, sur la conciliation de la vie familiale et de la période d'étude pour les jeunes femmes, avait été adopté à une très large majorité et a plutôt encouragé les états membres à promouvoir des politiques favorables à la conciliation de la vie d'apprentissage et de la vie familiale, et à fournir aux jeunes concernées les ressources correspondants à leurs besoins.
Lire aussi AVIS n°57 du Comité Consultatif de Bioéthique de Belgique


Articles similaires

900 euros pour un don d’ovocytes aux Pays-Bas : c’est trop !

900 euros pour un don d’ovocytes aux Pays-Bas : c’est trop !

- Don de gamètes

La rémunération actuelle du don d'ovocytes dans les trois banques d'ovocytes aux Pays-Bas - soit un montant pouvant atteindre 900 euros - risque de pousser des femmes à donner leurs ovocytes pour des raisons financières. C'est ce que pointent des éthiciens du Centre hospitalier Universitaire d'Utrecht, suggérant de réduire la compensation à 300 euros sur base du temps et de l'investissement requis, en plus du défraiement.

Dans ce rapport écrit en partenariat avec l'Organisation néerlandaise ...

Lire la suite

Congélation "sociale" d’ovules pour des femmes célibataires

Congélation "sociale" d’ovules pour des femmes célibataires

- Don de gamètes

Congélation "sociale" d'ovules pour des femmes célibataires

22/10/2014 - Procréation médicalement assistée PMA / GPA

Une étude de la psychologue Julie Nekkebroeck (de l'UZ Brussel) commencée en juillet 2009 démontre que la plupart des femmes recourant désormais à la technique de congélation de leurs ovules sont des femmes célibataires. Cette technique était initialement destinée à de jeunes patientes cancéreuses afin de leur permettre de préserver leur fertilité altérée par les traitements. ...

Lire la suite

Le juteux business des ovocytes en Belgique

Le juteux business des ovocytes en Belgique

- Don de gamètes

Après avoir interrogé différentes femmes donneuses d'ovocytes et plusieurs cliniques belges, la journaliste Sofia Costoglou révèle la réalité financière du don d'ovules dans une enquête pour « 7 à la Une » (RTBF).

En Belgique, la loi stipule que « la commercialisation des gamètes humains est interdite ». Cependant, bien que le don doive être gratuit, il peut néanmoins donner lieu à « une indemnité qui couvre les frais de déplacement ou de perte de salaire de la personne prélevée peut égaleme...

Lire la suite