Belgique : Ecolo-Groen soutient la levée partielle de l’anonymat du don de gamètes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don de gamètes

Actualités

Publié le : 29/05/2018

Le 15 mai 2018, 5 députés écolo-Groen ont déposé une proposition de loi visant à permettre le « don identifiable de gamètes ». Actuellement, le donneur de gamètes est soit entièrement anonyme, soit totalement connu, dès avant la conception. Il s'agit souvent, dans ce cas, d'un ami ou d'un membre de la famille.

Les députés sont partis d'un double constat. D'une part, nombre d'enfants nés d'un donneur de gamètes anonyme expriment souffrir sur le plan psychologique de cette situation d'anonymat. Un changement dans la réglementation qui obligerait tout donneur de gamètes à s'identifier pourrait par contre avoir un impact négatif sur le nombre de donneurs. L'expérience en Suède montre qu'une telle loi pourrait également encourager des parents à taire totalement à leur enfant leur recours à un don de gamètes.

Les députés posent la question de l'élément le plus important pour un enfant issu d'un don : disposer de l'accès à l'identité de son donneur ou bien être informé de l'origine de sa conception ?

Conscients de cette « tension entre les droits de l'enfant, les droits des parents et les droits des donneurs » et voulant préserver les intérêts de chacun, la proposition de loi introduit la possibilité du “donneur identifiable de gamètes”.

Les parents-receveurs ne connaitraient pas l'identité du donneur, mais celui-ci offrirait à l'enfant la possibilité de connaître, s'il le désire, dès 12 ans, ses caractéristiques sociales et professionnelles et dès 16 ans son identité.

Le donneur pourra toujours opter pour un don anonyme, et choisir ensuite, à tout moment mais de manière irrévocable, de devenir un “donneur identifiable de gamètes”.

La proposition de loi crée enfin un « institut fédéral pour la conservation et la gestion des données relatives aux donneurs », chargé de la conservation et de la gestion des données relatives aux donneurs et aux receveurs. Il sera également responsable de l'accompagnement fourni aux donneurs, aux enfants nés d'un don et à leurs parents.

 


Articles similaires

Le juteux business des ovocytes en Belgique

Le juteux business des ovocytes en Belgique

- Don de gamètes

Après avoir interrogé différentes femmes donneuses d'ovocytes et plusieurs cliniques belges, la journaliste Sofia Costoglou révèle la réalité financière du don d'ovules dans une enquête pour « 7 à la Une » (RTBF).

En Belgique, la loi stipule que « la commercialisation des gamètes humains est interdite ». Cependant, bien que le don doive être gratuit, il peut néanmoins donner lieu à « une indemnité qui couvre les frais de déplacement ou de perte de salaire de la personne prélevée peut égaleme...

Lire la suite

Belgique : pas de statistiques relatives au nombre total d'embryons surnuméraires congelés

Belgique : pas de statistiques relatives au nombre total d'embryons surnuméraires congelés

- Don de gamètes

Le nombre total d'embryons cryopréservés dans les congélateurs des centres de PMA en Belgique n'est pas connu. C'est le constat posé par la Ministre de la santé dans la réponse à une question parlementaire de la députée Catherine Fonck (question n°785) ce 25 avril 2016.

La congélation d'embryons remonte à plus de 30 ans, époque à laquelle s'est développée la procréation médicalement assistée. Trois lois s'attachent à régler le sort des embryons : la loi du 6 juillet 2007 relative à la procréa...

Lire la suite

France : Pour ou contre une levée de l’anonymat des dons de gamètes ?

France : Pour ou contre une levée de l’anonymat des dons de gamètes ?

- Don de gamètes

Parmi les 2 millions de français qui ignorent l'identité d'un de leurs parents, 70.000 sont des enfants conçus après don anonyme de gamètes.

Parmi ceux-ci,  un nombre grandissant conteste aujourd'hui le caractère absolu du principe d'anonymat des donneurs, au nom du « droit de chacun à connaître ses origines ». Ils estiment que la question devrait tenir une place plus importante dans les débats organisés dans le cadre des Etats généraux de bioéthique. 

Jean-Philippe Wolf, responsable du Cent...

Lire la suite