USA : une femme se réveille du coma juste avant le prélèvement de ses organes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 18/07/2013

Une femme, déclarée en état de mort cérébrale, a ouvert les yeux juste avant qu'on ne l'opère pour prélever ses organes.  (Syracuse, Etat de New York) En 2009, Colleen S. Burns, 41 ans, était conduite aux urgences, victime d'une surconsommation de drogue. Les médecins de l'hôpital Saint-Joseph la déclarèrent en état de mort cérébrale et demandèrent  à ses proches la permission de prélever ses organes. Alors que la patiente était sur la table d'opération qui permettrait de prélever son coeur et d'autres organes vitaux, la patiente a ouvert les yeux, arrêtant ainsi brutalement l'intervention.
L'équipe médicale a fait l'objet d'une enquête qui montre aujourd'hui de graves manquements à la fois sur le plan du diagnostic et de la communication avec les personnels soignants. Ce cas repose la question de la définition du critère de « mort ». Le critère de « mort cérébrale » a été inventé en 1968 en vue de faciliter le prélèvement d'organes vitaux sur des personnes dont le coeur bat normalement et dont la fonction respiratoire est simplement assistée d'une ventilation. Les besoins d'organes étant importants.
 


Articles similaires

Prélèvement de matériel humain  : "qui ne dit mot consent"

Prélèvement de matériel humain : "qui ne dit mot consent"

- Don d'organes et mort

Depuis 2008, le prélèvement de matériel corporel humain (cellules, tissus, tissus cervicaux, os...) est autorisé sur toute personne décédée, adulte ou enfant, sauf si celle-ci s'y est expressément opposée de son vivant. Ce système de consentement présumé est appelé « système opting out ».
Il est important de noter qu'il n'est aujourd'hui pas possible de choisir ce à quoi l'on s'oppose : soit on refuse tout prélèvement quel qu'il soit, y compris la transplantation d'organes en vue de sauver une...

Lire la suite

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

- Don d'organes et mort

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite

Organes prélevés sans en avoir informés la famille : arrêt de la CEDH

- Don d'organes et mort

Cour Européenne des Droits de l'Homme  - Affaire Petrova c. Lettonie  - Arrêt du 24 juin 2014

En mai 2002, monsieur PETROVS décéda à l'âge de 23 ans suite à un grave accident de la route ayant entrainé son hospitalisation quelques jours auparavant dans un hôpital public letton. Quelques mois plus tard, sa mère, madame PETROVA, découvrit que les reins et la rate de son fils avaient été prélevés, immédiatement après le décès, à des fins de transplantation.
Madame PETROVA porta plainte contre l'...

Lire la suite