Prélèvement de matériel humain : "qui ne dit mot consent"

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités

Publié le : 05/02/2013

Depuis 2008, le prélèvement de matériel corporel humain (cellules, tissus, tissus cervicaux, os…) est autorisé sur toute personne décédée, adulte ou enfant, sauf si celle-ci s'y est expressément opposée de son vivant. Ce système de consentement présumé est appelé « système opting out ».
Il est important de noter qu'il n'est aujourd'hui pas possible de choisir ce à quoi l'on s'oppose : soit on refuse tout prélèvement quel qu'il soit, y compris la transplantation d'organes en vue de sauver une vie, soit on n'exprime pas d'opposition, et le matériel corporel peut alors être prélevé.
La ministre fédérale de la Santé publique Laurette Onkelinx a demandé au Comité consultatif de Bioéthique (CCB) s'il était éthiquement justifié d'appliquer le même système opting out à tous ces prélèvements de matériel corporel humain post mortem, qui correspondent à des objectifs très divers.
Le 10 décembre 2012, le CCB a répondu à cette question dans son avis n° 54.
Les membres du Comité déplorent à l'unanimité que l'élaboration de cette réglementation en 2008 n'ait pas donné lieu à un débat éthique de fond au Parlement. Aucun membre ne défend en tant que telle l'application sans autre forme de procès d'un seul et même système opting out en vue d'objectifs aussi variés. Tous les membres estiment qu'il doit être possible de marquer une opposition différenciée : p.ex. ne pas refuser le prélèvement d'organes pour une transplantation permettant de sauver une vie, mais bien le prélèvement de tissus à des fins de recherche scientifique, avec lesquelles l'intéressé(e) n'est pas d'accord. Enfin, tous les membres plaident pour une amélioration de l'information fournie au public, de sorte que chacun(e) sache clairement ce qui peut advenir de son matériel corporel après son décès et comment réagir s'il/si elle n'est pas d'accord sur la question.
 


Articles similaires

Accélérer le prélèvement d'organes chez les victimes d'un accident ?

- Don d'organes et mort

En 2013, ce sont 873 organes qui ont été transplantés en Belgique. Toutefois, malgré cette performance, de nombreux patients sont toujours en attente d'un organe. Selon le député MR Luc Gustin, une piste pour sauver bien d'autres vies serait de s'orienter vers un changement de la législation concernant non seulement le prélèvement d'organes mais aussi le transport urgent des victimes d'accident de la route et déclarées cliniquement mortes, vers un centre hospitalier. Il estime que les services...

Lire la suite

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

- Don d'organes et mort

Les reins et les cellules du foie d'une petite fille de 6 jours dont le coeur a cessé de battre, ont été donnés à deux receveurs distincts. C. était née par césarienne dans l'urgence et malgré les tentatives de réanimation, son cerveau avait subi plusieurs lésions par manque d'oxygène. Les médecins de l'Imperial College de NHS Trust de Londres soulignent l'
« extraordinaire générosité » des parents qui ont  accepté ce prélèvement d'organes, une opération difficile et complexe quand on sait qu'...

Lire la suite

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

- Don d'organes et mort

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation ...

Lire la suite