Permis de conduire et don d'organes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités

Publié le : 25/10/2011

Chaque candidat conducteur invité à se prononcer sur le don d'organe.
Le 25 octobre 2011, Madame Nathalie Muylle et Monsieur Jef Van den Bergh (CD&V) ont déposé une proposition de loi (DOC 53 1843/001) visant à augmenter significativement le nombre de donneurs d'organe explicites. Aujourd'hui, en Belgique, toute personne majeure est réputée consentir à un don d'organe après son décès à moins d'avoir, de son vivant, exprimé une opposition explicite. Néanmoins, dans la pratique, l'avis de la famille proche est toujours demandé et dans environ 15 % des cas, cette dernière refuse.
Par cette proposition, les auteurs souhaitent introduire dans la demande de permis de conduire, comme c'est le cas en Grande-Bretagne, un formulaire permettant au candidat conducteur de se prononcer sur la question du don d'organe. Il aurait la possibilité de répondre s'il souhaite se porter candidat donneur ou s'il ne désire pas se prononcer sur la question.  Par contre, pour exprimer son opposition à un prélèvement d'organe après son décès, une démarche auprès de l'administration communale reste nécessaire.

Voir aussi le Dossier de l'IEB  "Le don d'organes : Donner pour sauver ou se vendre pour vivre ?" où sont traités les concepts de consentement présumé et de la détermination du moment de la mort (mort cérébrale ou arrêt cardiaque).


Articles similaires

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite

Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

- Don d'organes et mort

En 2014, à la douzième semaine d'une grossesse gémellaire, des médecins britanniques ont détecté chez l'un des deux foetus une anencéphalie, c'est-à-dire une absence de cerveau, laissant augurer d'une mort certaine dès la naissance. Après avoir proposé un avortement thérapeutique à la mère, intervention qu'elle a refusée, celle-ci a demandé si le don d'organes d'un bébé de moins de 2 mois serait autorisé.
Le 22 avril 2014, à l'hôpital universitaire du Pays de Galles, les jumeaux sont nés et le...

Lire la suite

Pays-Bas : consentement présumé pour le don d'organes

Pays-Bas : consentement présumé pour le don d'organes

- Don d'organes et mort

Le plan très controversé du parti démocrate néerlandais D66 pour augmenter le nombre de donneurs d'organes a été approuvé de justesse mardi à la Chambre des représentants. Le vote a été particulièrement serré, avec 75 voix pour et 74 voix contre. La proposition adoptée prévoit que chaque personne doit choisir si elle veut être donneuse ou pas. Mais si aucun choix n'est exprimé, la personne concernée sera enregistrée par défaut comme donneuse d'organes (Système du consentement présumé, égalemen...

Lire la suite