Organes prélevés sans en avoir informés la famille : arrêt de la CEDH

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités

Publié le : 25/06/2014

Cour Européenne des Droits de l'Homme  - Affaire Petrova c. Lettonie  - Arrêt du 24 juin 2014

En mai 2002, monsieur PETROVS décéda à l'âge de 23 ans suite à un grave accident de la route ayant entrainé son hospitalisation quelques jours auparavant dans un hôpital public letton. Quelques mois plus tard, sa mère, madame PETROVA, découvrit que les reins et la rate de son fils avaient été prélevés, immédiatement après le décès, à des fins de transplantation.
Madame PETROVA porta plainte contre l'hôpital. En 2004, sa plainte fut cependant déclarée non fondée, au motif que le prélèvement d'organes avait été effectué conformément à la réglementation lettone applicable. Le Parquet constata que l'hôpital n'avait pas les coordonnées des parents du jeune homme, et que la réglementation lettone n'obligeait pas les médecins à rechercher les proches du défunt avant d'opérer les prélèvements.
Devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme, madame PETROVA fit état de violations des articles 3 (interdiction de traitements inhumains ou dégradants) et 8 (droit au respect de la vie privée et familiale) de la Convention.
La Cour considère tout d'abord que l'absence d'information de madame PETROVA quant au prélèvement envisagé, la privant de fait de la faculté de s'y opposer ou non, constitua une ingérence dans le droit au respect de la vie privée et familiale de madame PETROVA. Analysant ensuite la légitimité de cette ingérence, la Cour en vient à la conclusion que la réglementation lettone applicable n'était pas suffisamment claire et précise que pour permettre pareille ingérence ; le respect effectif de la vie privée des proches du défunt n'étant ainsi pas garanti.
La Cour relève en particulier  l'existence d'une discordance de points de vue entre le Procureur letton et le Ministère letton de la santé, liée à une réglementation non claire ou non complète concernant l'application du principe légal du « consentement présumé au prélèvement, sauf opposition » ; les (éventuels) devoirs dans le chef des médecins, quant à l'(éventuelle) information préalable ou l' (éventuelle) demande de consentement des proches, n'étant pas clairement explicités ni autrement précisés. La Cour relève également que, dans les circonstances de l'espèce, en pratique, il eut été parfaitement possible à tout le moins d'informer au préalable madame PETROVA, ce déjà dans les jours précédant le décès de son fils.
La Cour conclut donc à la violation de l'article 8 de la Convention en l'espèce (n.b. la question n'étant donc pas analysée sous l'angle de l'article 3).


 


Articles similaires

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

UK : prélèvement d’organes chez un nouveau-né après arrêt cardiaque

- Don d'organes et mort

Les reins et les cellules du foie d'une petite fille de 6 jours dont le coeur a cessé de battre, ont été donnés à deux receveurs distincts. C. était née par césarienne dans l'urgence et malgré les tentatives de réanimation, son cerveau avait subi plusieurs lésions par manque d'oxygène. Les médecins de l'Imperial College de NHS Trust de Londres soulignent l'
« extraordinaire générosité » des parents qui ont  accepté ce prélèvement d'organes, une opération difficile et complexe quand on sait qu'...

Lire la suite

Don d’organes : la nouvelle loi belge

- Don d'organes et mort

Aura-t-elle un effet pervers ?

La loi du 19 décembre 2008 relative au matériel corporel humain est entrée en vigueur ce 1er décembre 2009. Quel  impact a-t-elle sur le don d'organes ? Depuis 1986 déjà, tout Belge est présumé, en cas de décès, consentir au don de ses organes en vue de leur transplantation, à moins qu'il ne s'y soit opposé par une démarche auprès de son  administration communale. Depuis ce mardi, tout Belge est également présumé consentir à ce que ses organes soient prélevés, n...

Lire la suite

Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

- Don d'organes et mort

Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe avait adopté le 9/07/2014 la 1ère convention internationale contraignante en matière de lutte contre le trafic d'organes.
Ce 25 mars 2015, lors de la cérémonie d'ouverture à la signature qui s'est déroulée en Espagne, cette Convention a été soumise à la signature de tous les Etats, qu'ils soient membres ou non du Conseil de l'Europe. Etant donné que le trafic d'organes constitue une violation des droits fondamentaux, notamment de la dignité humain...

Lire la suite