Chine : fin des prélèvements d’organes sur les prisonniers

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et mort

Actualités

Publié le : 02/03/2015

Le gouvernement chinois a annoncé la fin du prélèvement d'organes sur les prisonniers dès janvier 2015. Selon les estimations officielles, deux tiers des organes greffés en Chine proviennent de condamnés à mort. Et si ce n'est pas un condamné à mort, c'est en général un prisonnier dans 9 cas sur 10.
Depuis l'entrée en vigueur d'une réglementation de 1984 en Chine, le prélèvement d'organes sur des criminels exécutés était officiellement légal, avec le consentement du condamné ou l'autorisation écrite de ses proches. Pourtant, plusieurs ONG ont dénoncé les abus des autorités chinoises, qui, la plupart du temps, ne prennent pas la peine de demander ni l'avis du prisonnier ni celui de sa famille.  Le don d'organes n'étant pas une pratique courante en Chine, les pouvoirs publics vont devoir trouver de nouveaux donneurs.
Cette défiance à l'égard du don d'organes trouve sa source dans la tradition chinoise, selon laquelle il est important de garder le corps des défunts entier, afin qu'il soit intact dans une vie future. C'est pourquoi les corps doivent être enterrés et non brûlés. Les jeunes chinois sont peut-être plus ouverts aujourd'hui au don d'organes. La difficulté sera de convaincre leurs parents, estime une jeune étudiante chinoise.
Source : Journal International


Articles similaires

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

Etendre les critères de mortalité pour faciliter le don d'organes?

- Don d'organes et mort

Suite à une chute du nombre de donneurs d'organes en Belgique (265 en 2008, soit le nombre le plus bas depuis 2006),  Paul Schotsmans, professeur d'éthique médicale à la K.U. Leuven, propose de réfléchir à de nouvelles formes de transplantation d'organes, notamment en étendant les critères de mortalité dans le cadre du don d'organes.

Source : La Libre du 12/03/2009

Lire la suite

Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

Trafic d’organes : une convention internationale contre le trafic d'organes

- Don d'organes et mort

Le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe avait adopté le 9/07/2014 la 1ère convention internationale contraignante en matière de lutte contre le trafic d'organes.
Ce 25 mars 2015, lors de la cérémonie d'ouverture à la signature qui s'est déroulée en Espagne, cette Convention a été soumise à la signature de tous les Etats, qu'ils soient membres ou non du Conseil de l'Europe. Etant donné que le trafic d'organes constitue une violation des droits fondamentaux, notamment de la dignité humain...

Lire la suite

Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

Royaume-Uni : un bébé devient donneur d’organes quelques heures après sa naissance

- Don d'organes et mort

En 2014, à la douzième semaine d'une grossesse gémellaire, des médecins britanniques ont détecté chez l'un des deux foetus une anencéphalie, c'est-à-dire une absence de cerveau, laissant augurer d'une mort certaine dès la naissance. Après avoir proposé un avortement thérapeutique à la mère, intervention qu'elle a refusée, celle-ci a demandé si le don d'organes d'un bébé de moins de 2 mois serait autorisé.
Le 22 avril 2014, à l'hôpital universitaire du Pays de Galles, les jumeaux sont nés et le...

Lire la suite