QUIZ Don d'organes & euthanasie : 2 minutes pour tester vos connaissances !

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités

Publié le : 28/05/2020

Pour tenter le quiz, cliquez ICI.

Un quiz, c'est aussi une façon d'en savoir plus... Voici 10 questions-réponses sur le don d'organes après euthanasie.

Ce sujet fait l'objet d'un nouveau Dossier de l'IEB, à découvrir ici : Don d'organes & euthanasie : éthiquement compatibles ?


Articles similaires

Pays-Bas : euthanasies et don d’organes

Pays-Bas : euthanasies et don d’organes

- Don d'organes et euthanasie

Aux Pays-Bas, pour la première fois, l'Erasmus Medisch Centrum (EMC) de Rotterdam en partenariat avec la Clinique de fin de vie a expérimenté une euthanasie avec plusieurs personnes bénéficiaires, pour un foie, un rein, un pancréas. Le prélèvement a dû se faire à l'hôpital et de manière assez rapide, car les patients attendaient dans cinq salles attenantes pour recevoir leur organe.

Bien que cette pratique ne soit applicable que pour les patients non cancéreux, le don d'organes post-euthana...

Lire la suite

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

- Don d'organes et euthanasie

Le nombre de personnes euthanasiées sur lesquelles des tissus ou des organes sont prélevés, augmente aux Pays-Bas comme en Belgique. Malgré cela, des médecins considèrent que cette pratique n'est pas encore assez connue et veulent l'encourager pour répondre aux longues files d'attentes pour les transplantations (ex. 761 personnes sur la liste d'attente pour l'implantation d'une cornée).

L'enjeu est de taille : les personnes mourant par euthanasie représentent 4,4 % des décès aux Pays-Bas. Le ...

Lire la suite

Don d’organes après une euthanasie ?

Don d’organes après une euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

Des médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué avoir accédé à la demande d'euthanasie d'une patiente de 44 ans qui, après un accident cardio-vasculaire, était totalement dépendante (Locked-in syndrome). La patiente tout à fait consciente a pu communiquer avec son entourage et exprimer non seulement son désir d'être euthanasiée, mais aussi de permettre le prélèvement de différentes parties de son corps dont son foie et ses reins, en vue d'un don post-mortem.
Ce cas semble ne pas ...

Lire la suite