Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 27/11/2014

Des responsables d'hôpitaux universitaires aux Pays-Bas (Erasmus MC de Rotterdam et l'hôpital académique de Maastricht) viennent d'établir un protocole de don d'organes après euthanasie. Ces directives nationales n'attendent plus que l'accord de la Fondation néerlandaise de la transplantation pour être imposées à l'ensemble des médecins et hôpitaux des Pays-Bas. Si la Belgique fait figure de pionnière en matière de combinaison entre euthanasie et don d'organes, cette pratique est exceptionnelle aux Pays-Bas. Les patients concernés seraient surtout les victimes de sclérose en plaque, de la maladie de Charcot et d'autres malades neurologiques, dont les organes sont en bon état de marche.

Loin de poser les véritables questions éthiques qu'une telle pratique suscite, le protocole s'attache à élaborer le « comment » du prélèvement après l'euthanasie, en vue de dépasser les nombreux obstacles qui se présentent.

Le principal obstacle tient au fait que l'euthanasie est en règle générale pratiquée par le médecin de famille, à domicile, le plus souvent en présence des proches de la victime. Ce contexte ne convient pas du tout au don d'organes vitaux : ceux-ci doivent être prélevés dans les minutes qui suivent le constat de la mort, ce qui suppose donc un décès à l'hôpital, et la proximité de l'équipe et de la salle d'opération prêtes pour le prélèvement. Un des objectifs du protocole est donc de surmonter ces difficultés en posant le principe d'une intervention du médecin de famille à l'intérieur des murs de l'hôpital (médecin qui doit dégager par écrit l'hôpital de toute responsabilité juridique), chose que nombre d'hôpitaux n'apprécient guère.
Par ailleurs, l'euthanasie et le prélèvement d'organes doivent être clairement dissociés, afin d'éviter que le patient ne choisisse l'euthanasie en vue de donner ses organes. Il sera donc exigé que le patient réponde à tous les critères de l'euthanasie légale et que son cas ait été vu et approuvé par un médecin référent pour l'euthanasie, qui devra valider l'accord donné par le médecin de famille. Ce n'est qu'ensuite que la demande de don d'organes sera prise en compte, à condition qu'elle émane spontanément du patient et que le médecin de famille s'abstienne d'évoquer le premier cette possibilité avec le patient.
Un autre inconvénient de la procédure concerne les proches du patient euthanasié. Vu qu'il faut transférer le corps sans tarder, il n'y aura plus de temps pour les « adieux », et les proches devront dans la pratique attendre le retour du corps après prélèvement.
Source : www.nos.nl
 


Articles similaires

Don d’organes après une euthanasie ?

Don d’organes après une euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

Des médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué avoir accédé à la demande d'euthanasie d'une patiente de 44 ans qui, après un accident cardio-vasculaire, était totalement dépendante (Locked-in syndrome). La patiente tout à fait consciente a pu communiquer avec son entourage et exprimer non seulement son désir d'être euthanasiée, mais aussi de permettre le prélèvement de différentes parties de son corps dont son foie et ses reins, en vue d'un don post-mortem.
Ce cas semble ne pas ...

Lire la suite

Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

Transplantation d’organes : donation vivante et après euthanasie ?

- Don d'organes et euthanasie

L'Académie Royale de Médecine de Belgique et la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België ont organisé un symposium sur le don et la transplantation d'organes en Belgique. Un panel national et international d'experts médicaux et de juristes a informé un auditoire d'une centaine de personnes sur l'état actuel de la transplantation en Belgique en la situant dans un contexte international.
Malgré l'existence d'excellents programmes de transplantation d'organes provenant de personnes décédé...

Lire la suite

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

- Don d'organes et euthanasie

Le nombre de personnes euthanasiées sur lesquelles des tissus ou des organes sont prélevés, augmente aux Pays-Bas comme en Belgique. Malgré cela, des médecins considèrent que cette pratique n'est pas encore assez connue et veulent l'encourager pour répondre aux longues files d'attentes pour les transplantations (ex. 761 personnes sur la liste d'attente pour l'implantation d'une cornée).

L'enjeu est de taille : les personnes mourant par euthanasie représentent 4,4 % des décès aux Pays-Bas. Le ...

Lire la suite