Don d’organes après une euthanasie ?

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités

Publié le : 07/06/2010

Des médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers ont expliqué avoir accédé à la demande d'euthanasie d'une patiente de 44 ans qui, après un accident cardio-vasculaire, était totalement dépendante (Locked-in syndrome). La patiente tout à fait consciente a pu communiquer avec son entourage et exprimer non seulement son désir d'être euthanasiée, mais aussi de permettre le prélèvement de différentes parties de son corps dont son foie et ses reins, en vue d'un don post-mortem.
Ce cas semble ne pas être isolé comme le mentionne une intervention de ces mêmes médecins lors du Congrès sur les transplantations d'organes de 2008 (European Society for Organ Transplantation). Une telle pratique  consiste à organiser une euthanasie et, dix minutes après l'arrêt cardiaque de la patiente s'est arrêté, intervient  l'opération en vue du prélèvement des organes. Les médecins de l'hôpital anversois semblent considérer que cette pratique est tout à fait éthique, légale et en concordance  avec la pratique en vigueur dans les pays où l'euthanasie est dépénalisée (Belgique, Pays-Bas et Luxembourg).
Le manque d'organes est tel qu'ils se réjouissent de l'apparition d'une nouvelle source d'approvisionnement et estiment en outre que « cela peut aussi réconforter le donneur (qui demande l'euthanasie) et sa famille, de savoir que, demandant que l'on mette fin à sa vie, la personne permet ainsi d'aider d'autres êtres humains qui ont un besoin vital d'un organe. » 

Source: European Society for Organ Transplantation 21 (2008), p. 915.


Articles similaires

Belgique : prélèvement d’organes après euthanasie : une nouvelle catégorie

Belgique : prélèvement d’organes après euthanasie : une nouvelle catégorie

- Don d'organes et euthanasie

Le prélèvement d'organes est réglementé et contrôlé de façon stricte dans nos pays. Depuis plus de 15 ans, la Belgique se trouve parmi les 3 pays du monde comptant le plus grand nombre de donneurs d'organes post-mortem (entre 25 et 30 par million d'habitants). Ce résultat est la conséquence de la loi belge de type « opting-out » (qui ne dit mot consent), de la motivation des équipes médicales et paramédicales, et des diverses politiques d'information de la population sur l'importance du don d'...

Lire la suite

Proposer aux personnes admises à l’euthanasie de donner leurs organes ?

Proposer aux personnes admises à l’euthanasie de donner leurs organes ?

- Don d'organes et euthanasie

Professeur émérite à l'Université catholique de Louvain, médecin chirurgien spécialiste des greffes de foie, et membre du comité d'éthique des cliniques Saint-Luc, Jean-Bernard Otte a donné ce mardi 20 février 2018 une conférence à l'Académie royale de Médecine de Belgique sur le thème " Don d'organes après euthanasie." Cette conférence fait suite à une première conférence déjà donnée à Tournai le 16 décembre 2017.

Le Prof. Otte a rappelé, dans une vision qu'il assume être tout-à-fait « utili...

Lire la suite

Don d'organes

Don d'organes

- Don d'organes et euthanasie

Transplantation d'organes : donation vivante et après euthanasie
Orgaantoerisme naar België
Orgaandonatie na euthanasie: is Belgïe een voorbeeld?De longen van iemand die euthanasie onderging, zijn meer geschikt voor transplantatie dan die van ee
Les poumons d'une personne euthanasiée sont de meilleure qualité pour une transplantation
Prélever des organes sur des personnes vivantes et incapables d'exprimer leur accord ? Avis du CCBB
Permis de conduire et don d'organesVers une meilleure traça...

Lire la suite