Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes et euthanasie

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 27/04/2017

Sur base des données relatives aux personnes euthanasiées en Belgique en 2015, dont l'utilisation anonymisée a été autorisée par la Commission fédérale de Contrôle et d'Évaluation de l'Euthanasie, le Dr Jan Bollen, du Centre Médical de l'Université de Maastricht, est arrivé à la conclusion qu'au moins 10% des personnes euthanasiées auraient pu donner au moins un organe.

Expliquant sa méthode de calcul dans une Lettre publiée dans le JAMA (Journal of American Medical Association, Avril 2017), le Dr Bollen affirme que, sur les 2023 personnes euthanasiées en Belgique en 2015, 204 étaient donneuses potentielles et que, sur 1.288 demandes d'organes en attente, 684 auraient pu être couvertes par le don d'une personne euthanasiée.

Le détail par organe figure dans le tableau ci-dessous.

 

Exclusion à cause de l'âge

Exclusion à cause d'une maladie incompatible avec le don

Nombre de dons potentiels

Don de rein

0

4

400

Don de poumons

0

25

179

Don de foie

125

4

75

Don de pancréas

174

0

30

   

Total d'organes pouvant être donnés

684

Source : Jama April 11,2017. Volume 317, Number 14

 

 

Actuellement, en Belgique, près de 1.500 personnes sont en attente d'une transplantation d'organe, et des voix commencent à s'élever pour encourager le don d'organes après euthanasie. De même, le Pr Jean-Louis Vincent, intensiviste à l'hôpital universitaire Érasme à Bruxelles, affirme dans Le Journal du Médecin du 21 avril 2017 qu'il conviendrait d'encourager les DCD, c'est-à-dire les « Donation after Circulatory Death ». Dans ces cas de figure, les donneurs ne sont alors pas en état de mort cérébrale mais en « quasi mort cérébrale » ou « mort circulatoire. (…) Parfois, tout espoir de récupération d'une vie relationnelle est perdu mais le cerveau oedématié ne conduira pas à la mort cérébrale (…) ».

Dans le même article, le Pr Vincent mentionne que le prélèvement d'une personne à « mort non cérébrale » est une « option qui est maintenant d'application dans une dizaine de pays dont la Belgique pour les malades qui arrivent irrémédiablement en fin de vie mais dont certains organes au moins sont suffisamment sains pour être transplantés ».

Le Prof Vincent considère qu'il serait « hypocrite d'attendre les bras croisés que le coeur soit complètement arrêté, (NDLR. pour prélever les organes), alors que c'est bien l'évolution escomptée (…) Le résultat est évident : non seulement la qualité des organes prélevés est meilleure, mais  «  le nombre de donneurs – près de 300 cas de mort cérébrale par an en Belgique – peut être plus que triplé. »

Source : JAMA, Journal du Médecin


Articles similaires

Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

Pays-Bas : vers une institutionnalisation du don d'organes après euthanasie

- Don d'organes et euthanasie

Des responsables d'hôpitaux universitaires aux Pays-Bas (Erasmus MC de Rotterdam et l'hôpital académique de Maastricht) viennent d'établir un protocole de don d'organes après euthanasie. Ces directives nationales n'attendent plus que l'accord de la Fondation néerlandaise de la transplantation pour être imposées à l'ensemble des médecins et hôpitaux des Pays-Bas. Si la Belgique fait figure de pionnière en matière de combinaison entre euthanasie et don d'organes, cette pratique est exceptionnel...

Lire la suite

Pays-Bas : euthanasies et don d’organes

Pays-Bas : euthanasies et don d’organes

- Don d'organes et euthanasie

Aux Pays-Bas, pour la première fois, l'Erasmus Medisch Centrum (EMC) de Rotterdam en partenariat avec la Clinique de fin de vie a expérimenté une euthanasie avec plusieurs personnes bénéficiaires, pour un foie, un rein, un pancréas. Le prélèvement a dû se faire à l'hôpital et de manière assez rapide, car les patients attendaient dans cinq salles attenantes pour recevoir leur organe.

Bien que cette pratique ne soit applicable que pour les patients non cancéreux, le don d'organes post-euthana...

Lire la suite

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

Le don d’organes après euthanasie : les chiffres parlent

- Don d'organes et euthanasie

Le nombre de personnes euthanasiées sur lesquelles des tissus ou des organes sont prélevés, augmente aux Pays-Bas comme en Belgique. Malgré cela, des médecins considèrent que cette pratique n'est pas encore assez connue et veulent l'encourager pour répondre aux longues files d'attentes pour les transplantations (ex. 761 personnes sur la liste d'attente pour l'implantation d'une cornée).

L'enjeu est de taille : les personnes mourant par euthanasie représentent 4,4 % des décès aux Pays-Bas. Le ...

Lire la suite