Un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités

Publié le : 18/12/2013

Au Conseil de l'Europe, principale organisation de défense des droits de l'homme, un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains est en cours de préparation et pourrait entrer en vigueur en 2014. L'objectif serait de sanctionner ceux qui obligent les personnes à se séparer de leurs organes ou à les donner moyennant finance. Intermédiaires et chirurgiens corrompus seront principalement concernés. Le texte aborde également la question du tourisme de transplantation.
Bioedge (Michael Cook) 23/11/2013 - dw.de 22/11/2013   

 


 


Articles similaires

DON D’ORGANES

- Don d'organes, de tissus et de sang

 Don d'organes après euthanasie : nouvelles directives en place aux Pays-Bas

Belgique : 684 organes auraient pu être disponibles après euthanasie en 2015

Belgique : donneurs d'organes et réseaux sociaux

Suisse : modifications des directives pour diagnostiquer la mort

Lire la suite

DON D’ORGANES

- Don d'organes, de tissus et de sang

  Un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains

  Un nouveau-né lorrain sauve un patient américain

  USA : une femme se réveille du coma juste avant le prélèvement de ses organes

  Don d'organes: exclure les patients atteints de la maladie de Parkinson ?

  Prélèvement de matériel humain : "qui ne dit mot consent"

  Regeling weefseldonatie nodig : U weet het niet, maar uw lichaam wordt gebruikt

  1000e transplantation du foie à l'UZ Gent

Lire la suite

Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

- Don d'organes, de tissus et de sang

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, limiter les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi déjà adopté à l'unanimité à la Chambre. Interrogée par les sénateurs sur les frais supportés par les donneurs, la ministre de la santé Laurette Onkelinx a répété sa volonté de défrayer à l'avenir les donneurs vivants, tout en évitant d'encourager financièremen...

Lire la suite