Pays-Bas : un courrier ministériel aux jeunes pour inciter au don d’organes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 27/04/2016

La Ministre néerlandaise de la Santé, Edith Schippers, a décidé d'envoyer une lettre personnelle à tous les jeunes de 18 ans afin de les inviter à s'enregistrer auprès de leur administration communale comme donneurs d'organes. Cette campagne est appuyée par des clip-vidéos télévisés qui encouragent les jeunes à parler avec leur proches et parents de cette problématique.

Actuellement, aux Pays-Bas, 40% des habitants se sont déclarés donneurs d'organes. Sur un total estimé de 2.9 millions de donneurs potentiels, 730.000 se sont opposés à tout prélèvement. La Ministre de la santé voudrait réformer le système en faveur d'un régime juridique de consentement présumé. Tout citoyen qui n'aurait pas explicité officiellement son refus de don d'organes serait automatiquement considéré comme donneur potentiel. Ce système est actuellement en vigueur en Belgique et en France.

La philosophie et la dynamique du don d'organes sont ici questionnées. Donner ses organes suite à une démarche consciente et personnelle est sans nul doute porteur de sens. La question se pose quand cette démarche est imposée par l'Etat faute d'avoir pris le temps de manifester sa position en la matière. Le risque serait que l'Etat se considère en quelque sorte propriétaire des corps comme réserves d'organes, quand il est censé garantir à tous ses citoyens la préservation de leur intégrité physique. 

Loi sur le don d'organes aux Pays-Bas : ICI

Source: Medischcontact.nl


Articles similaires

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Depuis le 1er juillet 2020, toute personne disposée à faire don de ses organes après sa mort peut introduire une déclaration via le portail de santé en ligne masante.belgique.be ou auprès de son médecin traitant. Cette déclaration peut être positive ou négative, c'est à dire qu'elle peut aussi bien exprimer un accord explicite qu'un opposition au don d'organe. Jusqu'alors, seule une déclaration introduite à l'administration communale était possible - option qui est toutefois maintenue.

Rapp...

Lire la suite

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

- Don d'organes, de tissus et de sang

Quand un patient doit recevoir une greffe de rein ou de foie, il disposait, jusqu'ici, de deux possibilités : soit il trouve dans son entourage familial ou amical une personne prête à lui faire, de son vivant, don d'un rein ou d'une partie du foie ; soit il s'inscrit sur une liste en attendant que décède une personne sur laquelle on pourra prélever les organes recherchés (rappel : en Belgique, toute personne est réputée consentir, sauf démarche en sens contraire, à un tel don post mortem).

Ma...

Lire la suite

Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

Vers une meilleure traçabilité et analyse des risques lors des dons d'organes?

- Don d'organes, de tissus et de sang

Un communiqué de presse du 18 novembre 2011 nous apprend que le Conseil des ministres a approuvé un avant-projet de loi réglementant le prélèvement et la transplantation d'organes. Transposant une directive européenne en la matière, cet avant-projet impose une évaluation et une sélection des donneurs ainsi qu'une meilleure analyse des risques. Cet avant projet vise également à assurer une meilleure traçabilité des organes et prévoit une centralisation des incidents et réactions graves tant pou...

Lire la suite