Le don d'organe de plus en plus encouragé par les Etats

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 22/02/2018

Après un vote serré (38 voix contre 36), le parlement néerlandais a adopté une loi qui prévoit l'acceptation présumée automatique de tous les citoyens majeurs en tant que donneurs d'organes, à défaut pour eux de le refuser explicitement. Ce principe de consentement présumé est déjà d'application en France depuis le 1er janvier 2017, et en Belgique depuis sa loi du 13 juin 1986 sur le prélèvement et la transplantation d'organes.

La législation belge prévoit que chaque belge est considéré comme donneur d'organes dès la naissance. Il peut signifier à l'administration communale ne pas souhaiter faire un don d'organe ou bien explicitement s'enregistrer en tant que donneur. Sans cet enregistrement, un membre de la famille peut toujours refuser que les organes d'un défunt soient utilisés.  Pour faciliter et encourager les dons, il pourrait bientôt être possible de s'enregistrer comme donneur chez son médecin traitant ou via Internet. Une proposition de loi en ce sens, soutenue par la majorité, sera discutée à la Chambre.

La raison de ces évolutions législatives est un important besoin en organes pour les greffes. Une personne décédée en bonne santé, peut donner jusqu'à sept organes. Au sein du réseau d'échange Eurotransplant, qui compte huit pays européens, la Belgique se trouve en tête de liste en terme de nombre de donneurs.

Elle compte quelque 270.000 donneurs enregistrés. En 2016, 321 personnes ont fait don de leurs organes après leur mort. 67 personnes vivantes ont par ailleurs donné un rein, et 46 autres une partie de leur foie. Leurs organes sont redistribués dans les différents pays membres d'Eurotransplant, en fonction des besoins les plus urgents.

Ce nombre ne suffirait pas à combler la demande. Les comités d'éthique de certains hôpitaux belges réfléchissent par conséquent à la meilleure manière d'élargir le champ des donneurs potentiels.

Pourquoi le médecin ne pourrait-il d'ailleurs pas proposer, lui-même, le don d'organes à un patient dont l'euthanasie vient d'être validée ? Comme le Prof. J-B. Otte, spécialiste des transplantations hépatiques, l'a mentionné lors de son intervention à l'Académie royale de Belgique "Don d'organes après euthanasie",  cette question est à l'étude au sein du comité d'éthique des Cliniques St Luc.

Source : medischcontact

Voir aussi : Carte de Fin de vie de l'Institut Européen de Bioéthique


Articles similaires

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

- Don d'organes, de tissus et de sang

Quand un patient doit recevoir une greffe de rein ou de foie, il disposait, jusqu'ici, de deux possibilités : soit il trouve dans son entourage familial ou amical une personne prête à lui faire, de son vivant, don d'un rein ou d'une partie du foie ; soit il s'inscrit sur une liste en attendant que décède une personne sur laquelle on pourra prélever les organes recherchés (rappel : en Belgique, toute personne est réputée consentir, sauf démarche en sens contraire, à un tel don post mortem).

Ma...

Lire la suite

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Comme beaucoup d'autres pays, les Pays-Bas sont confrontés à une pénurie de donneurs d'organes. A tel point que le gouvernement songe à modifier le système pour passer du consentement exprès à celui du consentement présumé, comme c'est le cas en Belgique. Un projet de loi a récemment été adopté par le Parlement néerlandais, qui a demandé des éclaircissements supplémentaires au Conseil d'État. Ce dernier doit encore s'exprimer sur la proposition qui vise donc à instaurer le principe du « oui, s...

Lire la suite

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Depuis le 1er juillet 2020, toute personne disposée à faire don de ses organes après sa mort peut introduire une déclaration via le portail de santé en ligne masante.belgique.be ou auprès de son médecin traitant. Cette déclaration peut être positive ou négative, c'est à dire qu'elle peut aussi bien exprimer un accord explicite qu'un opposition au don d'organe. Jusqu'alors, seule une déclaration introduite à l'administration communale était possible - option qui est toutefois maintenue.

Rapp...

Lire la suite