La Belgique renforce la pénalisation du trafic d’organes humains

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 15/05/2019

Des peines allant jusqu'à 10 ans de prison et 75.000 euros d'amende s'appliqueront désormais aux personnes organisant, pratiquant ou bénéficiant du trafic d'organes humains. En sanctionnant plus sévèrement le prélèvement d'organes à des fins commerciales, le législateur donne un signal fort pour d'une part sauvegarder la solidarité interpersonnelle qui découle de la gratuité du don d'organes, et d'autre part protéger « les groupes les plus vulnérables de la société » parfois amenés à vendre leurs organes pour survivre.

Le 25 avril dernier, le Parlement belge a adopté cette proposition de loi déposée par trois députés de la N-VA (Valérie Van Peel, Yoleen Van Camp, Jan Vercammen). Ils exposent ainsi leurs motifs : « L'ignorance ou la pauvreté peuvent amener certaines personnes à envisager de céder un organe, mais les prestataires de soins qui y participent sont pleinement conscients de cette problématique. De même, il convient de sanctionner sévèrement les personnes qui recrutent des donneurs ou mettent en relation les demandeurs et les donneurs dans le circuit commercial. »

Chose nouvelle, celui qui transplante ou qui reçoit en connaissance de cause un organe ayant fait l'objet d'une transaction commerciale sera, lui aussi, sanctionné : « En sanctionnant également les receveurs, nous souhaitons réduire la demande d'organes sur le circuit commercial. Lorsqu'elle aura diminué, l'offre devra suivre, ce qui rendra le trafic d'organes moins attrayant. » Cela vaut également pour le ressortissant belge qui se fait greffer un tel organe à l'étranger.

La législation belge en vigueur avant cette nouvelle loi interdisait déjà le prélèvement d'organes à titre lucratif et sa facilitation, mais visiblement sans efficacité ; en effet, on a encore relevé récemment des cas de transplantations d'organes vendus depuis des pays pauvres ou même volés sur des victimes tuées ou condamnées à mort.

 

Voir Dossier : Donner pour sauver


Articles similaires

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

Belgique : donneurs d’organes et réseaux sociaux

- Don d'organes, de tissus et de sang

Quand un patient doit recevoir une greffe de rein ou de foie, il disposait, jusqu'ici, de deux possibilités : soit il trouve dans son entourage familial ou amical une personne prête à lui faire, de son vivant, don d'un rein ou d'une partie du foie ; soit il s'inscrit sur une liste en attendant que décède une personne sur laquelle on pourra prélever les organes recherchés (rappel : en Belgique, toute personne est réputée consentir, sauf démarche en sens contraire, à un tel don post mortem).

Ma...

Lire la suite

Donneurs d’organes : la Belgique est leader européen avec la Croatie

Donneurs d’organes : la Belgique est leader européen avec la Croatie

- Don d'organes, de tissus et de sang

Selon les chiffres que vient de publier Eurotransplant, le nombre total de donneurs potentiels a augmenté de 50% par rapport à il y a 10 ans dans notre pays. En 2013, ce sont 411 personnes qui ont donné un organe. 105 d'entre elles étaient des donneurs vivants, une augmentation de 17% par rapport à l'année précédente.
Le nombre total des transplantations (873) a légèrement diminué par rapport à 2012. Il y a eu moins de greffes de poumons (-16%) et de reins (-7%). Par contre, les transplanta...

Lire la suite

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

Belgique : l'industrie pourrait bientôt commercialiser les tissus humains

- Don d'organes, de tissus et de sang

Tout comme les organes, les tissus d'une personne peuvent sauver des vies. Les ossements permettent de réparer des fractures complexes, les cornées d'éviter des cécités, les vaisseaux sanguins de remplacer les vaisseaux irrémédiablement endommagés d'autrui.

Ces tissus sont, tout comme les organes, facilement extraits du corps du donneur, après sa mort ou avant, par biopsie. Seuls les médecins et chercheurs ont aujourd'hui accès aux tissus humains stockées par les hôpitaux dans leurs biobanqu...

Lire la suite