Belgique : plus de 204.000 déclarations de don d’organes en 2014

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 30/01/2015

Selon les derniers chiffres communiqués, 204.324 déclarations de consentement au don d'organes ont été enregistrées en date du 18 novembre 2014 en Belgique.  Sur les dix dernières années, le nombre d'accords au prélèvement a ainsi plus que quintuplé. Les avis de refus de prélèvement ont quant à eux diminué, s'élevant à 186.612. C'est ce qu'il ressort des données du Registre national communiquées par écrit à la députée Sabien Lahaye-Battheu (Open Vld) par la ministre de la Santé publique.
Pour mémoire, la loi belge a instauré un système d'opting-out, cela signifie que tout citoyen est considéré comme donneur présumé, à moins qu'il n'ait exprimé une opposition de son vivant ou que sa famille n'accepte pas la procédure.
Alors que le nombre de déclarations de consentement est en nette augmentation, la progression des procédures de prélèvements ne suit pas strictement la même tendance. Pour que l'organe soit effectivement prélevé, le donneur doit remplir des critères très rigoureux et la première raison de non prélèvement reste la contre-indication médicale.
Ainsi, du 1er janvier au 31 octobre 2014, 240 procédures de prélèvement ont été effectuées, contre 249 pour la même période en 2013 et 306 sur l'ensemble de l'année, détaille la ministre de la Santé.
À titre indicatif, l'organe le plus transplanté reste le rein (65%), suivi de loin par le foie entier et les deux poumons. Au 31 décembre 2014, selon les données d'Eurotransplant, 1.072 organes ont été transplantés chez nous (965 dons post-mortem et 107 de donneurs vivants). Et 1.248 patients étaient sur liste d'attente, contre un peu plus de 1.160 un an plus tôt.

Source: Journal du Médecin


Articles similaires

Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

- Don d'organes, de tissus et de sang

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, limiter les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi déjà adopté à l'unanimité à la Chambre. Interrogée par les sénateurs sur les frais supportés par les donneurs, la ministre de la santé Laurette Onkelinx a répété sa volonté de défrayer à l'avenir les donneurs vivants, tout en évitant d'encourager financièremen...

Lire la suite

Un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains

Un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains

- Don d'organes, de tissus et de sang

Au Conseil de l'Europe, principale organisation de défense des droits de l'homme, un projet de convention européenne contre le trafic d'organes humains est en cours de préparation et pourrait entrer en vigueur en 2014. L'objectif serait de sanctionner ceux qui obligent les personnes à se séparer de leurs organes ou à les donner moyennant finance. Intermédiaires et chirurgiens corrompus seront principalement concernés. Le texte aborde également la question du tourisme de transpla...

Lire la suite

Don d’organes post mortem : l’Angleterre et les Pays-Bas passent au consentement présumé

Don d’organes post mortem : l’Angleterre et les Pays-Bas passent au consentement présumé

- Don d'organes, de tissus et de sang

Depuis le 20 mai dernier, les Anglais sont présumés consentir au don d'organes après leur mort, à moins qu'ils n'aient manifesté leur opposition auprès du Système National de Santé (NHS). Pour augmenter le nombre de donneurs d'organes et ainsi répondre à la longue liste d'attente en matière de transplantation (plus de 6.000 personnes en attente de greffe en avril 2019), l'Angleterre fait donc le choix de quitter le régime dit "d'opt-in". Ce dernier requiert des citoyens d'enregistrer leur cons...

Lire la suite