Belgique : deuxième meilleur score en matière de dons d'organes

 Imprimer

Thématique : Statut du corps humain / Don d'organes, de tissus et de sang

Actualités - Belgique

Publié le : 27/03/2015

Avec 25,2 donneurs d'organes par million d'habitants, la Belgique a obtenu en 2014 le deuxième meilleur « score » en matière de don d'organes parmi les huit pays affiliés à Eurotransplant, organisme de services pour les centres de transplantation, les laboratoires et les hôpitaux transplanteurs. Seule la Croatie a réalisé en 2014 un score supérieur avec 33,9 donneurs.
Le bon résultat obtenu par la Belgique s'explique en grande partie par sa législation. En Belgique, on est en effet automatiquement considéré comme donneur, à moins de s'y opposer formellement. Chacun peut faire connaître sa volonté au cours de sa vie, via ses proches, via un document écrit ou par le biais d'un enregistrement auprès de sa commune. Cet enregistrement est transmis à une banque de données centrale auprès du ministère de la Santé publique. Cette banque de données est consultée à chaque fois qu'un prélèvement d'organes ou de tissus est envisagé.
Même si la famille n'a plus légalement le droit de s'opposer à un prélèvement d'organe, les proches sont  toujours consultés pour tenter de connaître l'opinion du donneur potentiel qui n'a pas enregistré sa volonté expresse ou son opposition au sein du Registre national. Leur souhait est aussi respecté afin d'éviter un événement conflictuel à une situation souvent déjà difficile.
Source : Belga


Articles similaires

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

La déclaration de don d’organes facilitée et élargie en Belgique

- Don d'organes, de tissus et de sang

Depuis le 1er juillet 2020, toute personne disposée à faire don de ses organes après sa mort peut introduire une déclaration via le portail de santé en ligne masante.belgique.be ou auprès de son médecin traitant. Cette déclaration peut être positive ou négative, c'est à dire qu'elle peut aussi bien exprimer un accord explicite qu'un opposition au don d'organe. Jusqu'alors, seule une déclaration introduite à l'administration communale était possible - option qui est toutefois maintenue.

Rapp...

Lire la suite

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

Pays-Bas : un « non » massif à l’inscription pour le don d’organes

- Don d'organes, de tissus et de sang

Comme beaucoup d'autres pays, les Pays-Bas sont confrontés à une pénurie de donneurs d'organes. A tel point que le gouvernement songe à modifier le système pour passer du consentement exprès à celui du consentement présumé, comme c'est le cas en Belgique. Un projet de loi a récemment été adopté par le Parlement néerlandais, qui a demandé des éclaircissements supplémentaires au Conseil d'État. Ce dernier doit encore s'exprimer sur la proposition qui vise donc à instaurer le principe du « oui, s...

Lire la suite

Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

Don d’organes : nouvelle loi. Prélèvement dès 12 ans.

- Don d'organes, de tissus et de sang

Assurer la traçabilité complète des organes et leur transplantation, établir des normes minimales, mieux protéger les donneurs vivants, limiter les prélèvements sur les mineurs, voilà quelques points clarifiés par le nouveau texte de loi déjà adopté à l'unanimité à la Chambre. Interrogée par les sénateurs sur les frais supportés par les donneurs, la ministre de la santé Laurette Onkelinx a répété sa volonté de défrayer à l'avenir les donneurs vivants, tout en évitant d'encourager financièremen...

Lire la suite