Un Nobel très éthique

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 15/10/2012

Grâce à son travail sur les cellules souches pluripotentes induites (iPS), le professeur japonais Yamanaka, un des deux lauréat du Nobel de médecine 2012, a réussi le tour de force de faire avancer prodigieusement la science tout en contournant l'obstacle éthique que constitue l'utilisation des cellules souches embryonnaires.
D'aucuns pensaient  en effet que les cellules souches embryonnaires étaient essentielles pour la recherche de traitements contre des maladies parmi les plus graves. Toutefois, le fait de prélever des cellules souches à partir d'embryons revient à les détruire.

Lorsque le professeur Yamanaka réussit à produire les premières cellules iPS, ce fut immédiatement salué comme une avancée majeure puisque de telles cellules ont, sous contrôle, des capacités de multiplication, et de différentiation en divers types cellulaires.
Yamanaka a donc réussi en quelque sorte à leur faire remonter le temps. Une cure de jouvence qui bouleverse radicalement la perspective des thérapies cellulaires.
En Belgique, la recherche sur les embryons surnuméraires et la création d'embryons destinés spécifiquement à la recherche est autorisée par une loi de 2003.

Peut-on espérer que cette reconnaissance par un prix Nobel de la découverte des cellules iPS constituera un signal donné à la communauté scientifique et incitera les universités et firmes pharmaceutiques belges à abandonner leurs recherches sur embryons ?
 


Articles similaires

La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

- Recherche sur les embryons

En septembre 2017, des chercheurs de l'Université de Michigan ont déclaré avoir découvert une nouvelle manière de créer des embryons. L'équipe tentait de créer des « organoïdes », organes miniatures, à partir de cellules souches humaines. Elle s'est rendue compte que ces agrégats de cellules s'organisaient de telle manière à présenter progressivement de plus en plus les caractéristiques d'un embryon.

Il manquait à ces entités dites « embroïdes » plusieurs types de cellules-souches-clefs. Ceci...

Lire la suite

Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

- Recherche sur les embryons

Sur proposition de la  Commission européenne, la Commission Parlementaire ITRE (Industrie, Recherche et Énergie) du Parlement européen adoptera cet automne le nouveau programme de recherche et d'innovation de l'UE intitulé « Horizon 2020 ». Cet ensemble de propositions est doté d'un budget de 87 millions d'€.
Le Secrétariat de la COMECE* a pris position sur les aspects éthiques du Programme « Horizon 2020 » : le cadre éthique est plus faible que celui qui est appliqué actuellement pour le prog...

Lire la suite

Démence et dispositifs de détection d’errance: Avis du comité Consultatif de Bioéthique de Belgique

- Santé mentale

C'est en juillet 2011 que le ministre flamand du Bien-être, de la Santé publique et de la Famille, Jo Vandeurzen, demandait l'avis du Comité consultatif de Bioéthique de Belgique concernant les conditions éthiques préalables à l'utilisation de « dispositifs de détection d'errance» chez les personnes atteintes de démence. Sa demande s'inscrivait dans son plan politique en matière de démence intitulé : Plan démence pour la Flandre 2010-2014 (Dementieplan Vlaanderen 2010-2014.)
Le ministre souhai...

Lire la suite