Texas : les fœtus morts ne seront plus jetés avec les tumeurs ou autres déchets biomédicaux

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 15/12/2016

Dès le 19 décembre prochain au Texas, un foetus décédé (suite à une interruption volontaire de grossesse ou à une fausse couche) sera traité avec plus de respect que précédemment. Le gouverneur républicain du Texas, Greg Abbott, justifiant l'intérêt de cette mesure, estime que « les restes de foetus ne doivent pas être traités comme de simple déchets biologiques que l'on jette dans les décharges ». Dans ces décharges se retrouvent les restes d'opérations chirurgicales, du sang, de carcasses d'animaux… L'objectif est d'instaurer des normes sanitaires pour limiter la propagation d'éventuelles maladies contagieuses et aussi de montrer que la vie humaine, quel que soit son stade de développement, doit être respectée, même avant la naissance.

Rédigé directement par les services sanitaires locaux, ce texte « sur les funérailles obligatoires des restes foetaux » sera appliqué dès le 19 décembre, sans autre formalité. Ainsi, tout foetus avorté au sein d'un établissement médical (clinique ou hôpital), quelle que soit la période de gestation, devra au choix être incinéré ou enterré, et ce aux frais de l'établissement qui en prend la responsabilité. Le ministère texan de la Santé a confirmé que ces nouvelles procédures n'entraîneraient donc aucuns frais supplémentaires pour les patientes, ces frais étant entièrement à charge des établissements hospitaliers qui sont les seuls concernés par cette mesure.

Cette nouvelle loi a suscité la réaction d'activistes pro-choix qui y voient une limitation du droit à l'avortement et une restriction des droits des femmes de manière générale. Gregg Abbott estime pour sa part qu'« il  est temps de redonner la parole aux bébés ».

Et en Belgique ?
Le 3 mars 2011, le Gouvernement de la Région de Bruxelles Capitale a pris un arrêté déterminant les modalités d'exécution des possibilités de se séparer dignement d'un foetus né sans vie. La demande des parents prévue par la loi sur les funérailles et sépultures indique leur choix quant aux possibilités d'inhumer le foetus né sans vie dans une parcelle des étoiles, de l'inhumer dans le cimetière intercommunal d'inhumation ou de l'incinérer. Rappelons que l'ordonnance prévoit cette possibilité pour les foetus nés sans vie dont la naissance a eu lieu entre le 106e et le 180e jour de grossesse. Une telle ordonnance existait déjà pour la Flandre depuis 2004 et pour la Wallonie de puis le 6 mars 2009.

Source : Le Figaro, Bulletin de l'IEB 


Articles similaires

Belgique : étendre le statut de patients palliatifs à d’autres catégories de malades ?

- Soins palliatifs

Plusieurs propositions de loi visant à l'extension des soins palliatifs sont pendantes à la Chambre des représentants de Belgique. Présentées par les partis Ecolo-Groen, cdH et CD&V, elles répondent toutes positivement à la proposition émise par le Rapport  du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) "d'inclure d'autres populations (comme des patients atteints de démence ou de maladies chroniques) . Cela se situe dans la lignée de l'Atlas Mondial des Soins Palliatifs qui élargit la ...

Lire la suite

AUTRES

- Aidants proches

Vaccin ondanks weigering van de ouders

Appel à projets : améliorer la qualité de vie de personnes atteintes de pathologies incurables

Congé parental pour enfant handicapé : jusqu'à 21 ans

Lire la suite

En recherche de son père, Steph aide les autres à retrouver leurs origines biologiques

En recherche de son père, Steph aide les autres à retrouver leurs origines biologiques

- Procréation médicalement assistée

Stephanie Reymaecker (41 ans), est née d'une insémination avec don de sperme. Elle ne l'a appris qu'à l'âge de 25 ans et depuis lors, cherche qui est son vrai père. Mais au-delà d'une quête personnelle qu'elle partage sur son blog, elle s'est consacrée à aider les autres personnes issus de dons anonymes de gamètes, à retrouver leurs origines biologiques.

Avec cinq « enfants de donneurs », elle a fondé la plateforme Donor Detectives : « Nous soutenons les personnes qui sont nées de gamètes an...

Lire la suite