Soigner la DMLA à partir de des cellules souches embryonnaires ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 26/03/2018

Une équipe de chercheurs britanniques et américains a annoncé lundi dernier, 19 mars 2018, avoir restauré, grâce à des cellules souches isues d'embryons, la vision de deux personnes âgées atteintes de DMLA, maladie dégénérative assez courante après 50 ans. Les patients, qui ont été suivis pendant 12 mois, sont passés de l'incapacité à lire même avec des lunettes, à une capacité à lire 60 à 80 mots par minute avec des lunettes de lecture ordinaires, a précisé l'hôpital de Moorfields à Londres.

S'il faut se réjouir d'une telle avancée de la médecine régénérative, l'on peut néanmoins interroger le choix des chercheurs d'utiliser des cellules souches embryonnaires pour restaurer le tissu rétinien de leurs patients. Leur intervention, ainsi que toutes les expérimentations aux stades antérieurs, ont nécessité la destruction d'un certain nombre d'embryons.

Au Japon, les essais cliniques pour traiter la DMLA utilisent des cellules « iPS » (cellules souches adultes pluripotentes induites). Il y a un an, le 15 mars 2017, l'injection de cellule iPS dérivées de cellules de peau, avait pu stopper la progression de la maladie chez une première patiente. Cela ne lui avait pas rendu une vision intacte, mais l'équipe de chercheurs, dirigée par Masayo Takahashi du RIKEN Center for Developmental Biology, a reçu ensuite l'autorisation de poursuivre les essais supplémentaires chez d'autres patients, atteints d'un stade avancé de la maladie.

Une alternative éthique de laquelle s'inspirer ?

Source : RTL et Genethique.org


Articles similaires

France/Belgique : cellules souches embryonnaires et neurones de cortex cérébral chez les souris

France/Belgique : cellules souches embryonnaires et neurones de cortex cérébral chez les souris

- Recherche sur les embryons

Une équipe de recherche dirigée par les professeurs A. Gaillard (INSERM, Poitiers) et P. Vanderhaegen (Université Libre de Bruxelles) a transformé des cellules souches embryonnaires de souris en neurones du cortex cérébral, puis a réussi à transplanter ces neurones dans des cortex de souris qui avaient été préalablement endommagés dans la région de la vue. Les auteurs ont remarqué que les cellules greffées établissaient des connexions avec des cibles du cortex endommagé. Certains parmi les neu...

Lire la suite

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

- Recherche sur les embryons

En effet, les risques de rejet sont moindres que pour les cellules souches issues d'un prélèvement de moelle osseuse d'un donneur, et elles ne requièrent pas d'opération pour les isoler. Cependant, leur intérêt est limité en pratique parce que leur nombre est souvent trop faible pour le traitement d'un adulte.
Des chercheurs de l'Université de Montréal ont identifié une molécule (appelée UM171) capable de stimuler "ex-vivo" la prolifération de ces cellules et ont ensuite réalisé avec succès un...

Lire la suite

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

- Recherche sur les embryons

Emmenés par le professeur français Marc Pechanski, ils sont treize scientifiques européens, dont Catherine Verfaillie, à avoir signé une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, critiquant l'avis préliminaire qu'a rendu la Cour européenne de justice et sur lequel 13 juges doivent rendre leur décision dans les mois à venir.
L'avis préliminaire de l'avocat général du 10 mars 2011, s'oppose en effet à la brevetabilité et à l'utilisation à des fins industrielles ou commerciales de l'emb...

Lire la suite