Royaume-Uni : vers une recherche sans restriction sur l’embryon ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 08/12/2016

Passer de 14 jours à 28 jours et ainsi doubler le délai inscrit dans la loi encadrant la recherche sur les embryons humains :  voilà la demande que des scientifiques viennent d'exprimer publiquement lors du congrès médical Progress Education Trust au Royaume-Uni. Actuellement, la durée légale est fixée à 14 jours. Cette durée n'a pas été choisie par hasard car il est généralement admis qu'avant le 14e jour il n'y a pas de trace de formation de la colonne vertébrale.

Justifiant leur requête par le fait qu'aujourd'hui de nouvelles techniques permettent aux chercheurs de doubler le temps de conservation des embryons en laboratoire, les scientifiques arguent que de telles expériences permettraient de mieux appréhender les remèdes à certains types de cancers ou de maladies cardiaques ou congénitales…

Faire passer le délai de 14 à 28 jours ne participerait pas à un phénomène de « pente glissante » selon certains scientifiques, avis que ne partage pourtant pas la philosophe Mary Warnock, à l'origine du rapport Warnock qui fixa en 1984 la durée limite de 14 jours. Celle-ci explique que ce délai doit permettre à la recherche d'avancer dans un cadre qui reste toutefois strictement contrôlé.  Un collectif de médecins s'est également opposé à ce prolongement, dont le professeur Anthony McCarthy, de SPUC (Society for the Protection of Unborn Children), opposés à la recherche sur les embryons humains. Ces derniers considèrent en effet cette demande de prolongation à 28 jours comme une « pente glissante qui aboutira forcément à une recherche sans restriction sur les embryons ».

Rappelons qu'en Belgique, la loi « relative à la recherche sur les embryons in vitro » est déjà effective depuis mai 2003. Elle permet l'utilisation des embryons surnuméraires issus de la procréation médicalement assistées (PMA) mais elle autorise également la création d'embryons uniquement à des fins de recherche. La loi de 2003 répond à plusieurs objectifs : autoriser voire stimuler la recherche pour « permettre l'élargissement des connaissances », tout en édictant certaines limites ainsi qu'une totale transparence des pratiques : la sélection génétique, le clonage à caractère reproductif, l'implantation d'embryons humains chez des animaux ou encore l'utilisation des embryons, gamètes et cellules souches embryonnaires à des fins commerciales.


Source : The Guardian


Articles similaires

Belgique :  réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

Belgique : réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

- Recherche sur les embryons

Des chercheurs de l'ULB (Université libre de Bruxelles), Pierre Vanderhaeghen, Kimmo Michelsen et Sandra Acosta, ont procédé à la transplantation de neurones générés à partir de cellules embryonnaires sur des souris dont le cortex cérébral était endommagé. La première étape de la recherche, déjà clôturée précédemment avec succès, consistait en la production à partir de cellules embryonnaires, de cellules nerveuses (ou neurones) identiques à celles qui composent le cortex cérébral.
Une fois ces...

Lire la suite

Un hôpital poursuivi pour « mort injustifiée » d’embryons

Un hôpital poursuivi pour « mort injustifiée » d’embryons

- Recherche sur les embryons

Le 3 mars 2018 à Cleveland (Ohio), une défaillance dans le congélateur d'un centre de fertilité universitaire a provoqué la perte d'environ 4.000 embryons et ovocytes, lésant au total plus de 950 patients.

Une septantaine de victimes de l'accident ont entamé des actions en justice contre l'hôpital universitaire. « Je pense à comment, et qui ils auraient été. C'étaient mes futurs enfants ... », exprime Kate Plants, qui vit difficilement la perte de ses embryons. 

Parmi les plaignants, un cou...

Lire la suite

CJUE : définition de l'embryon humain

CJUE : définition de l'embryon humain

- Recherche sur les embryons

La Cour de Justice de l'Union Européenne a rendu ce 18 décembre 2014 un arrêt dans un litige opposant une société commerciale d'exploitation de cellules souches à l'Office britannique des brevets.
Dans cet arrêt, la Cour a été amenée à se prononcer sur la notion d' « embryon humain ». D'après la Cour, pour être qualifié comme tel, « un ovule humain non fécondé doit nécessairement disposer de la capacité intrinsèque de se développer en un être humain ».
Et la Cour de préciser : « Par conséquen...

Lire la suite