Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Belgique Belgique

Publié le : 18/02/2019

Nouveau Dossier de l'IEB : "La recherche sur les embryons humains"

La loi du 11 mai 2003 relative à la recherche sur les embryons in vitro, votée par le Sénat et la Chambre des représentants de Belgique, permet non seulement la recherche sur les embryons surnuméraires produits dans le cadre des procréations médicalement assistées (PMA), mais elle autorise, à titre d'exception, la création d'embryons « frais » pour la recherche.

Cherchant à se conformer à la loi, trois universités du pays – KULeuven, Vrije Universiteit Brussel (VUB) et UGent soumettent chaque année leurs projets de recherche pour avis et autorisation à la Commission Fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les Embryons in vitro (CFE). Le rapport de ladite commission est ensuite envoyé à la Chambre.

 

Ce dossier présente d'abord un aperçu des conditions posées par la loi pour autoriser la recherche sur embryons, ensuite une analyse des derniers rapports publiés par la CFE et les fruits de son symposium organisé en novembre 2016 à Bruxelles.

Plusieurs dysfonctionnements dans l'application de la loi y sont soulignés. Il tente d'éclaircir la question de la création d'embryons destinés à la recherche, au détriment de l'utilisation de ceux qu'un cycle de procréation médicalement assistée a rendus surnuméraires.

 

La recherche sur les embryons constitue un enjeu économique immense. Plusieurs lois se retrouvent à ce carrefour de l'embryon : la loi autorisant la recherche sur les embryons surnuméraires, la loi encadrant les procréations médicalement assistées qui "fournissent" les embryons et gamètes à la science, la loi sur le matériel corporel humain (dont l'embryon), et aussi, la loi sur le droit des patients.   Se bousculent autour de la question de l'embryon, beaucoup de questions difficiles qui nous ramènent à celle du statut ontologique de l'embryon et de sa dignité. Et comme l'affirment les membres de la Commission embryon : "Si l'embryon était une simple chose ou un objet, la question du consentement des parents par procuration ou par un tiers ne serait pas aussi difficile à résoudre." Bouteille d'encre, peu de contrôle, pas de vrais chiffres, peu de publications valables, sont des propos entendus et soulignés lors de notre étude. Il semblerait que le politique ne se préoccupe pas du sort des embryons.


Articles similaires

Commission de contrôle Recherche Embryons : nomination de 10 membres suppléants

Commission de contrôle Recherche Embryons : nomination de 10 membres suppléants

- Recherche sur les embryons

La Commission fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les embryons in vitro est chargée de contrôler le respect de la loi autorisant la recherche et la création d'embryons humains à des fins de recherche. C'est ainsi que la recherche peut utiliser des embryons surnuméraires et créer des embryons (y compris par le biais de la technique du clonage thérapeutique) à condition de respecter les conditions strictes prévues explicitement par la loi. La loi précise qui peut mener la rec...

Lire la suite

Recherche sur Embryons: rapport de la Commission d'évaluation

- Recherche sur les embryons

Belgique : Analyse du rapport de la Commission fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les embryons in vitro

La loi belge relative à la recherche sur les embryons in vitro a été votée le 11 mai 2003. Dans ce cadre législatif, chaque projet de recherche doit recevoir l'aval d'une autorité fédérale, en l'occurrence la Commission fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les embryons in vitro.

Le premier rapport de ladite Commission vient de paraître, 6 ans après l...

Lire la suite

Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

- Recherche sur les embryons

Un comité d'experts influents de l'Académie américaine a marqué son accord, dans le courant du mois de février pour procéder à la modification de l'ADN de cellules germinales, en vue d'éliminer le risque de maladies héréditaires. Cette pratique reste à ce jour illégale aux Etats-Unis, comme dans de nombreux autres pays, qui ont signé la convention internationale d'Oviedo interdisant explicitement cette pratique.

Aux Etats-Unis, des tests ont pourtant déjà été effectués, mais en modifiant l'AD...

Lire la suite