Pays-Bas : autoriser la création d’embryons exclusivement pour la recherche scientifique ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Pays-Bas Pays-Bas

Publié le : 05/04/2017

Créer des embryons au service exclusif de la recherche fondamentale et en vue de développer des techniques d'édition du génome : voilà ce qui vient d'être proposé aux Pays-Bas. Parmi les techniques disponibles, on compte notamment le CRISPR-Cas9, qui implique la modification du code génétique de l'embryon ainsi que de sa descendance.Cette demande a été adressée au ministre de la Santé publique, du Bien-être et des Sports (Volksgezondheid, Welzijn en Sport, VWS ) et à la Chambre par le Conseil de la Santé, en accord avec la Commission pour la Modification Génétique (COGEM). Ces derniers soulignent combien la technique du CRISPR-Cas9 est prometteuse et permettra d'intervenir sur l'embryon atteint d'une maladie héréditaire en modifiant le génome de chaque cellule.Il est ainsi présenté comme étant urgent que les lois des Pays-Bas soient adaptées et permettent aux chercheurs d'avoir des embryons pour avancer dans ces recherches, tout en « encadrant de façon bien stricte » ces pratiques.
Actuellement la recherche sur embryons, y compris le transfert de noyau, est permise par la loi, mais uniquement sur des embryons surnuméraires qui ont été congelés et qui, abandonnés à la science, ne font plus l'objet d'un projet parental.
Ce qui est demandé par le Conseil de la Santé et le COGEM n'est pas seulement de pouvoir disposer d'embryons « frais » pour la recherche, mais aussi de pouvoir réimplanter les embryons modifiés - pour lesquels il y a eu un transfert de noyau - dans l'utérus d'une femme. Cette pratique est actuellement interdite : la loi ne permet pas qu'un embryon modifié soit replacé dans le cadre d'une PMA.

Rappelant l'interdit du clonage, des scientifiques ont fait entendre leur voix. L'Académie Royale Néerlandaise des Sciences (KNAW) avait d'ailleurs pris position en novembre 2016, arguant qu'il ne fallait pas précipiter les choses car la recherche n'était pas au point et qu'il était nécessaire d'avoir un débat sociétal sur le sujet, les enjeux étant très importants.
Rappelons qu'en Belgique, la loi de 2003 permet non seulement la recherche sur les embryons surnuméraires mais aussi la création d'embryons uniquement pour la recherche. La loi ne permet toutefois pas (encore) la réimplantation d'embryons génétiquement modifiés.


Articles similaires

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

- Recherche sur les embryons

Nouveau Dossier de l'IEB : "La recherche sur les embryons humains"

La loi du 11 mai 2003 relative à la recherche sur les embryons in vitro, votée par le Sénat et la Chambre des représentants de Belgique, permet non seulement la recherche sur les embryons surnuméraires produits dans le cadre des procréations médicalement assistées (PMA), mais elle autorise, à titre d'exception, la création d'embryons « frais » pour la recherche.

Cherchant à se conformer à la loi, trois universités du pays - K...

Lire la suite

Fin des tests sur les embryons humains? Banque de CSA déprogrammées

- Recherche sur les embryons

10 sociétés pharmaceutiques internationales vont travailler avec des scientifiques de 11 pays européens pour monter une banque de cellules souches, dont l'objectif sera de tester de nouveaux médicaments, rapporte Foxnews.

La StemBANCC, coordonnée par le groupe pharmaceutique suisse Roche et dirigée par des scientifiques de l'université d'Oxford, prélèvera des cellules souches chez des personnes adultes atteintes de maladies telles que le diabète ou la démence.
Les chercheurs ont récemment déc...

Lire la suite

Les premiers embryons « homme-mouton » ont 1 mois

- Recherche sur les embryons



Pour la première fois, des embryons hybrides mouton-humain ont été créés. Les résultats de laboratoire ont été présentés lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'Avancement des Sciences à Austin, Texas.

Les chercheurs ont introduit des cellules souches humaines dans des embryons de moutons, de telle sorte qu'une cellule de la créature hybride sur 10 000 soit humaine. En termes de pourcentages, la créature est génétiquement mouton à 99 %, et humaine à 1 %.

Il y a quelq...

Lire la suite