La création d’ « embroïdes » provoque un flou éthique nouveau

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 20/03/2018

En septembre 2017, des chercheurs de l'Université de Michigan ont déclaré avoir découvert une nouvelle manière de créer des embryons. L'équipe tentait de créer des « organoïdes », organes miniatures, à partir de cellules souches humaines. Elle s'est rendue compte que ces agrégats de cellules s'organisaient de telle manière à présenter progressivement de plus en plus les caractéristiques d'un embryon.

Il manquait à ces entités dites « embroïdes » plusieurs types de cellules-souches-clefs. Ceci les empêchait de dépasser un certain stade de développement et de devenir un organisme embryonnaire « entier ».

L'équipe, en raison des ressemblances, a néanmoins pris la décision de les détruire sans continuer ses recherches. D'une part parce que l'Amendement Dickey-Wicker de 1995 interdit à l'Etat américain de financer la création ou la destruction d'embryons à des fins de recherche scientifique ; d'autre part parce qu'il est interdit de faire vivre des embryons utilisés aux fins de recherche au-delà de 14 jours.

Mais s'agissait-il ici d'embryons ? La question n'est pas simple.

Un embryon, tel que défini par cet Amendement Dickey-Wicker, n'est pas nécessairement issu de la rencontre de deux gamètes et n'aboutit pas nécessairement à la naissance d'un enfant. Une entité créée par FIV, clonage ou gamétogenèse par exemple, est en effet considérée comme un embryon, parce qu'elle s'organise en vue de former et faire naître un organisme humain, qu'elle y aboutisse ou non.

Là n'était pas l'intention des chercheurs en l'espèce. Ils désiraient étudier le développement humain tout en contournant la règle des 14 jours, par la création d'entités cellulairesformant des organes embryonnaires, mais volontairement privés de plusieurs types de cellules souches essentiels à la formation harmonieuse d'un organisme entier. Les « embroïdes » auraient été embryons incomplets, handicapés au point d'être incapables de former un être humain viable.

Pour de nombreux éthiciens, cette circonstance n'ôte néanmoins pas la qualité d'embryon à l'« embroïde » créé, s'il présente des caractéristiques et capacités organisationnelles suffisamment proches de celles d'un embryon « normal ».

Et même si un tel « embroïde » n'est pas qualifiable d'embryon, sa création pose question si elle a nécessité la destruction d'un embryon pour en extraire les cellules-souches pertinentes.

En définitive, la simple existence de ces embroïdes, créés « par accident », mais se révélant précieux dans le domaine de la recherche, demande à repenser les limites éthiques de la technique : à partir de quel niveau de ressemblance une vie créée artificiellement peut-elle être considérée comme un embryon et recevoir la protection qui leur est réservée? 

Source : Bioethics.com


Articles similaires

Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

Le Secrétariat de la Comece s’inquiète du cadre éthique prévu pour « Horizon 2020 »

- Recherche sur les embryons

Sur proposition de la  Commission européenne, la Commission Parlementaire ITRE (Industrie, Recherche et Énergie) du Parlement européen adoptera cet automne le nouveau programme de recherche et d'innovation de l'UE intitulé « Horizon 2020 ». Cet ensemble de propositions est doté d'un budget de 87 millions d'€.
Le Secrétariat de la COMECE* a pris position sur les aspects éthiques du Programme « Horizon 2020 » : le cadre éthique est plus faible que celui qui est appliqué actuellement pour le prog...

Lire la suite

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

- Recherche sur les embryons

En effet, les risques de rejet sont moindres que pour les cellules souches issues d'un prélèvement de moelle osseuse d'un donneur, et elles ne requièrent pas d'opération pour les isoler. Cependant, leur intérêt est limité en pratique parce que leur nombre est souvent trop faible pour le traitement d'un adulte.
Des chercheurs de l'Université de Montréal ont identifié une molécule (appelée UM171) capable de stimuler "ex-vivo" la prolifération de ces cellules et ont ensuite réalisé avec succès un...

Lire la suite

Pays-Bas : création d’embryons pour la recherche

- Recherche sur les embryons

Le vendredi 27 mai 2016, la Ministre de la santé néerlandaise Edith Schippers a annoncé un nouveau projet de loi visant à permettre la création d'embryons pour certaines recherches spécifiques relatives à l'infertilité, aux procréations médicalement assistées et aux maladies héréditaires « sous de strictes conditions ». L'objectif de cette loi est, selon la ministre, de faciliter l'accès à « un enfant ou un enfant en bonne santé ».

Les Pays-Bas sont, après la Belgique, un des premiers Etats à...

Lire la suite