Grande-Bretagne : manipulations génétiques sur l’embryon autorisées

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 01/02/2016

Peut-on modifier  et "purifier" l'ADN défectueux d'un embryon ? Sans répondre explicitement à cette question éthique importante, la HFEA, autorité britannique de la fertilisation humaine et de l'embryologie, a autorisé ce 1er février, la manipulation et la transformation génétique de l'embryon à des fins de recherche. C'est une première en Grande-Bretagne et en Europe.
Cette autorisation concerne la nouvelle méthode de génie génétique qui permet très aisément de modifier l'ADN défectueux à faible coût et sur tous types de cellules, humaines, animales ou végétales. Le CRIPR-Cas9 peut en effet cibler des gènes très précis dans l'ADN et les couper par le biais d'une enzyme "Cas9". L'ADN subit ainsi des mutations et peut se voir modifié par l'insertion de nouveaux gènes.

Cette méthode peut sembler prometteuse pour le développement de nouvelles approches thérapeutiques pour des maladies génétiques humaines comme la myopathie de Duchenne par exemple. Elle présente toutefois des risques éthiques évidents lorsqu'elle est employée sur des cellules d'embryon, ou de gamètes.

Pour le moment, le régime juridique britannique limite strictement la modification génétique de l'embryon à des fins de recherche : ces embryons modifiés ne peuvent être replacés dans l'utérus d'une femme mais doivent être détruits au bout de deux semaines maximum. La question qui se pose est celle de savoir si les scientifiques s'arrêteront bien là. Car en modifiant irrémédiablement l'ADN humain de l'embryon, on en viendrait à modifier l'espèce humaine. De telles mutations se transmettraient de génération en génération sans que l'on sache les conséquences qu'elles engendrent à plus long terme. En outre, une telle maîtrise des gènes de l'ADN humain pourrait très facilement conduire à choisir un « bébé à la carte », avec l'implication eugéniste que cela représente. En deux ans, cette méthode de modification de l'ADN a fait l'objet de plus de 650 articles dans des revues scientifiques.
Source : Le Monde

Comprendre le CRISPR-cas9: Note d'expert d'Alliance Vita


Articles similaires

France/Belgique : cellules souches embryonnaires et neurones de cortex cérébral chez les souris

France/Belgique : cellules souches embryonnaires et neurones de cortex cérébral chez les souris

- Recherche sur les embryons

Une équipe de recherche dirigée par les professeurs A. Gaillard (INSERM, Poitiers) et P. Vanderhaegen (Université Libre de Bruxelles) a transformé des cellules souches embryonnaires de souris en neurones du cortex cérébral, puis a réussi à transplanter ces neurones dans des cortex de souris qui avaient été préalablement endommagés dans la région de la vue. Les auteurs ont remarqué que les cellules greffées établissaient des connexions avec des cibles du cortex endommagé. Certains parmi les neu...

Lire la suite

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

- Recherche sur les embryons

Emmenés par le professeur français Marc Pechanski, ils sont treize scientifiques européens, dont Catherine Verfaillie, à avoir signé une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, critiquant l'avis préliminaire qu'a rendu la Cour européenne de justice et sur lequel 13 juges doivent rendre leur décision dans les mois à venir.
L'avis préliminaire de l'avocat général du 10 mars 2011, s'oppose en effet à la brevetabilité et à l'utilisation à des fins industrielles ou commerciales de l'emb...

Lire la suite

Grande-Bretagne : ils ont créé un embryon sans gamètes

Grande-Bretagne : ils ont créé un embryon sans gamètes

- Recherche sur les embryons

Des chercheurs de l'Université de Cambridge ont créé un embryon artificiel à partir de cellules souches de souris. Celui-ci a atteint l'âge de 7 jours, soit un tiers du temps de gestation de son espèce (de +- 3 semaines).

Si la structure interne de cet embryon de souris ne différait en rien de celle d'un embryon naturellement développé à partir de gamètes, les chercheurs ne pensent pas qu'il aurait continué normalement son développement, car d'autres types de cellules-souches auraient pour ce...

Lire la suite