Grande-Bretagne : manipulations génétiques sur l’embryon autorisées

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 01/02/2016

Peut-on modifier  et "purifier" l'ADN défectueux d'un embryon ? Sans répondre explicitement à cette question éthique importante, la HFEA, autorité britannique de la fertilisation humaine et de l'embryologie, a autorisé ce 1er février, la manipulation et la transformation génétique de l'embryon à des fins de recherche. C'est une première en Grande-Bretagne et en Europe.
Cette autorisation concerne la nouvelle méthode de génie génétique qui permet très aisément de modifier l'ADN défectueux à faible coût et sur tous types de cellules, humaines, animales ou végétales. Le CRIPR-Cas9 peut en effet cibler des gènes très précis dans l'ADN et les couper par le biais d'une enzyme "Cas9". L'ADN subit ainsi des mutations et peut se voir modifié par l'insertion de nouveaux gènes.

Cette méthode peut sembler prometteuse pour le développement de nouvelles approches thérapeutiques pour des maladies génétiques humaines comme la myopathie de Duchenne par exemple. Elle présente toutefois des risques éthiques évidents lorsqu'elle est employée sur des cellules d'embryon, ou de gamètes.

Pour le moment, le régime juridique britannique limite strictement la modification génétique de l'embryon à des fins de recherche : ces embryons modifiés ne peuvent être replacés dans l'utérus d'une femme mais doivent être détruits au bout de deux semaines maximum. La question qui se pose est celle de savoir si les scientifiques s'arrêteront bien là. Car en modifiant irrémédiablement l'ADN humain de l'embryon, on en viendrait à modifier l'espèce humaine. De telles mutations se transmettraient de génération en génération sans que l'on sache les conséquences qu'elles engendrent à plus long terme. En outre, une telle maîtrise des gènes de l'ADN humain pourrait très facilement conduire à choisir un « bébé à la carte », avec l'implication eugéniste que cela représente. En deux ans, cette méthode de modification de l'ADN a fait l'objet de plus de 650 articles dans des revues scientifiques.
Source : Le Monde

Comprendre le CRISPR-cas9: Note d'expert d'Alliance Vita


Articles similaires

Belgique :  réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

Belgique : réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

- Recherche sur les embryons

Des chercheurs de l'ULB (Université libre de Bruxelles), Pierre Vanderhaeghen, Kimmo Michelsen et Sandra Acosta, ont procédé à la transplantation de neurones générés à partir de cellules embryonnaires sur des souris dont le cortex cérébral était endommagé. La première étape de la recherche, déjà clôturée précédemment avec succès, consistait en la production à partir de cellules embryonnaires, de cellules nerveuses (ou neurones) identiques à celles qui composent le cortex cérébral.
Une fois ces...

Lire la suite

La Société Internationale de Recherche sur les Cellules Souches supprime la limite des 14 jours à la recherche sur les embryons humains 

La Société Internationale de Recherche sur les Cellules Souches supprime la limite des 14 jours à la recherche sur les embryons humains 

- Recherche sur les embryons

Depuis quarante ans, une période de 14 jours était officiellement acceptée comme limite éthique et légale à la recherche sur les embryons humains. En d'autres termes, les scientifiques n'étaient jusqu'à maintenant pas autorisés à poursuivre les recherches sur les embryons au-delà du quatorzième jour après leur fécondation ou après leur décongélation s'ils avaient été préalablement congelés. Cette limite a été recommandée pour la première fois par le Rapport de la Commission britannique d'E...

Lire la suite

Fin des tests sur les embryons humains? Banque de CSA déprogrammées

Fin des tests sur les embryons humains? Banque de CSA déprogrammées

- Recherche sur les embryons

10 sociétés pharmaceutiques internationales vont travailler avec des scientifiques de 11 pays européens pour monter une banque de cellules souches, dont l'objectif sera de tester de nouveaux médicaments, rapporte Foxnews.

La StemBANCC, coordonnée par le groupe pharmaceutique suisse Roche et dirigée par des scientifiques de l'université d'Oxford, prélèvera des cellules souches chez des personnes adultes atteintes de maladies telles que le diabète ou la démence.
Les chercheurs ont récemment déc...

Lire la suite