Grande-Bretagne : ils ont créé un embryon sans gamètes

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Royaume-Uni Royaume-Uni

Publié le : 15/05/2018

Des chercheurs de l'Université de Cambridge ont créé un embryon artificiel à partir de cellules souches de souris. Celui-ci a atteint l'âge de 7 jours, soit un tiers du temps de gestation de son espèce (de +- 3 semaines).

Si la structure interne de cet embryon de souris ne différait en rien de celle d'un embryon naturellement développé à partir de gamètes, les chercheurs ne pensent pas qu'il aurait continué normalement son développement, car d'autres types de cellules-souches auraient pour cela dû être ajoutés pendant l'expérience.

Ils ont annoncé leur désir de procéder à la même expérience avec des cellules-souches humaines, afin de pouvoir étudier de plus près les premières étapes de formation et d'agencement des cellules d'un zygote/embryon, avant sa nidation dans l'utérus. Cette étape de la grossesse reste à ce jour très difficile à étudier. Une meilleure connaissance de celle-ci aiderait peut-être à comprendre les raisons des nidations ratées ou de certaines fausses couches.

La première génération de cellules souches est nécessairement prélevée sur des embryons existants (ce qui détruit l'embryon), mais mise en culture, elle peut se reproduire de manière autonome. La création d'embryons artificiels à partir de ces cellules-là viserait à contourner toute pénurie d'embryons destinés à la recherche. Pour l'instant, ceux-ci sont tous issus de gamètes surnuméraires aux procédures de FIV, et leur nombre est donc tributaire du nombre de dons.

De plus, la Grande-Bretagne impose aux chercheurs de détruire les embryons humains après 14 jours de développement. Cette limite pourrait ne pas s'appliquer aux embryons artificiels, espèrent les chercheurs.

Source : Science Mag


Articles similaires

Cour de justice de l'UE: pas de brevet pour les recherches utilisant des embryons humains

Cour de justice de l'UE: pas de brevet pour les recherches utilisant des embryons humains

- Recherche sur les embryons

Le 18 octobre 2011, la Cour de justice de l'Union européenne a interdit le brevetage d'un procédé utilisant des embryons humains et entraînant leur destruction : ce jugement intervient après que Greenpeace a demandé l'annulation d'un brevet portant sur une technique utilisant des cellules souches embryonnaires humaines. La Cour fédérale de justice allemande avait saisi la juridiction du Luxembourg au sujet de l'interprétation de la notion d'embryon humain *.

Dans son arrêt, la Cour de justice...

Lire la suite

Soigner la DMLA à partir de des cellules souches embryonnaires ?

Soigner la DMLA à partir de des cellules souches embryonnaires ?

- Recherche sur les embryons

Une équipe de chercheurs britanniques et américains a annoncé lundi dernier, 19 mars 2018, avoir restauré, grâce à des cellules souches isues d'embryons, la vision de deux personnes âgées atteintes de DMLA, maladie dégénérative assez courante après 50 ans. Les patients, qui ont été suivis pendant 12 mois, sont passés de l'incapacité à lire même avec des lunettes, à une capacité à lire 60 à 80 mots par minute avec des lunettes de lecture ordinaires, a précisé l'hôpital de Moorfields à Londres.
...

Lire la suite

La recherche sur les embryons en Belgique : jusqu'aux modifications génétiques héréditaires et aux chimères?

La recherche sur les embryons en Belgique : jusqu'aux modifications génétiques héréditaires et aux chimères?

- Recherche sur les embryons

Qu'est-ce que l'embryon humain ? Quelles recherches sont menées sur les embryons ? Comment se positionne la Belgique sur la recherche sur les embryons par rapport aux autres pays européens ? Les résultats des essais cliniques utilisant des cellules souches embryonnaires sont-ils concluants ? Autant de questions qui furent abordées lors du quatrième colloque organisé par la Commission Fédérale pour la recherche médicale et scientifique sur les Embryons in vitro (CFE), le 29 novembre dernier au ...

Lire la suite