Grande-Bretagne : ils ont créé un embryon sans gamètes

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Royaume-Uni

Publié le : 15/05/2018

Des chercheurs de l'Université de Cambridge ont créé un embryon artificiel à partir de cellules souches de souris. Celui-ci a atteint l'âge de 7 jours, soit un tiers du temps de gestation de son espèce (de +- 3 semaines).

Si la structure interne de cet embryon de souris ne différait en rien de celle d'un embryon naturellement développé à partir de gamètes, les chercheurs ne pensent pas qu'il aurait continué normalement son développement, car d'autres types de cellules-souches auraient pour cela dû être ajoutés pendant l'expérience.

Ils ont annoncé leur désir de procéder à la même expérience avec des cellules-souches humaines, afin de pouvoir étudier de plus près les premières étapes de formation et d'agencement des cellules d'un zygote/embryon, avant sa nidation dans l'utérus. Cette étape de la grossesse reste à ce jour très difficile à étudier. Une meilleure connaissance de celle-ci aiderait peut-être à comprendre les raisons des nidations ratées ou de certaines fausses couches.

La première génération de cellules souches est nécessairement prélevée sur des embryons existants (ce qui détruit l'embryon), mais mise en culture, elle peut se reproduire de manière autonome. La création d'embryons artificiels à partir de ces cellules-là viserait à contourner toute pénurie d'embryons destinés à la recherche. Pour l'instant, ceux-ci sont tous issus de gamètes surnuméraires aux procédures de FIV, et leur nombre est donc tributaire du nombre de dons.

De plus, la Grande-Bretagne impose aux chercheurs de détruire les embryons humains après 14 jours de développement. Cette limite pourrait ne pas s'appliquer aux embryons artificiels, espèrent les chercheurs.

Source : Science Mag


Articles similaires

Développement d’embryons humains en laboratoire au-delà des 14 jours ?

Développement d’embryons humains en laboratoire au-delà des 14 jours ?

- Recherche sur les embryons

Dans un article publié le 5 mars dernier, des scientifiques invitent les décideurs politiques à repousser la limite des 14 jours durant laquelle les chercheurs sont autorisés à observer le développement d'embryons en éprouvette (in vitro). L'appel s'adresse également à la Société Internationale pour la Recherche sur les Cellules souches (ISSCR), l'organisation phare qui rassemble les chercheurs en matière de cellules souches et dont la position revêt une certaine autorité pour les législateurs...

Lire la suite

Fin des tests sur les embryons humains? Banque de CSA déprogrammées

Fin des tests sur les embryons humains? Banque de CSA déprogrammées

- Recherche sur les embryons

10 sociétés pharmaceutiques internationales vont travailler avec des scientifiques de 11 pays européens pour monter une banque de cellules souches, dont l'objectif sera de tester de nouveaux médicaments, rapporte Foxnews.

La StemBANCC, coordonnée par le groupe pharmaceutique suisse Roche et dirigée par des scientifiques de l'université d'Oxford, prélèvera des cellules souches chez des personnes adultes atteintes de maladies telles que le diabète ou la démence.
Les chercheurs ont récemment déc...

Lire la suite

Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

- Recherche sur les embryons

Un comité d'experts influents de l'Académie américaine a marqué son accord, dans le courant du mois de février pour procéder à la modification de l'ADN de cellules germinales, en vue d'éliminer le risque de maladies héréditaires. Cette pratique reste à ce jour illégale aux Etats-Unis, comme dans de nombreux autres pays, qui ont signé la convention internationale d'Oviedo interdisant explicitement cette pratique.

Aux Etats-Unis, des tests ont pourtant déjà été effectués, mais en modifiant l'AD...

Lire la suite