France/Belgique : cellules souches embryonnaires et neurones de cortex cérébral chez les souris

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 26/05/2015

Une équipe de recherche dirigée par les professeurs A. Gaillard (INSERM, Poitiers) et P. Vanderhaegen (Université Libre de Bruxelles) a transformé des cellules souches embryonnaires de souris en neurones du cortex cérébral, puis a réussi à transplanter ces neurones dans des cortex de souris qui avaient été préalablement endommagés dans la région de la vue. Les auteurs ont remarqué que les cellules greffées établissaient des connexions avec des cibles du cortex endommagé. Certains parmi les neurones greffés répondaient aux stimuli visuels. Par contre, les auteurs ont suspecté l'apparition de tératome - un type de tumeur - dans une minorité des cas (6 cas sur 47).
Les auteurs concluent que les neurones issus de cellules embryonnaires de souris, pour autant qu'ils soient différentiés convenablement, peuvent contribuer à la reconstruction du cortex cérébral endommagé. (61% de prise de greffe après 12 mois, ce qui est très lent comme processus).

Lorsque se pose l'extrapolation à l'homme, la question éthique de l'utilisation des cellules embryonnaires humaines resurgit, tout en interpellant les chercheurs sur l'opportunité de faire ces recherches via les cellules iPS, qui elles, ne posent pas de problèmes éthiques.
Sources : le Figaro; Neuron Volume 85, Issue 5, 4 March 2015, Pages 982–997


Articles similaires

La Société Internationale de Recherche sur les Cellules Souches supprime la limite des 14 jours à la recherche sur les embryons humains 

La Société Internationale de Recherche sur les Cellules Souches supprime la limite des 14 jours à la recherche sur les embryons humains 

- Recherche sur les embryons

Depuis quarante ans, une période de 14 jours était officiellement acceptée comme limite éthique et légale à la recherche sur les embryons humains. En d'autres termes, les scientifiques n'étaient jusqu'à maintenant pas autorisés à poursuivre les recherches sur les embryons au-delà du quatorzième jour après leur fécondation ou après leur décongélation s'ils avaient été préalablement congelés. Cette limite a été recommandée pour la première fois par le Rapport de la Commission britannique d'E...

Lire la suite

Des chercheurs de l'ULB produisent des cellules nerveuses humaines et les transplantent avec succès

Des chercheurs de l'ULB produisent des cellules nerveuses humaines et les transplantent avec succès

- Recherche sur les embryons

Les chercheurs ont utilisé au départ des cellules souches pluripotentes humaines, soit issues d'embryons précoces, soit issues de reprogrammation à partir de cellules de peau de donneurs sains. Ils ont ensuite développé un système de culture de ces cellules, pour les transformer efficacement en l'ensemble des cellules nerveuses (neurones) qui composent normalement le cortex cérébral. Le système récapitule ainsi les grandes étapes du développement cérébral humain, permettant la production de ce...

Lire la suite

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

- Recherche sur les embryons

Emmenés par le professeur français Marc Pechanski, ils sont treize scientifiques européens, dont Catherine Verfaillie, à avoir signé une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, critiquant l'avis préliminaire qu'a rendu la Cour européenne de justice et sur lequel 13 juges doivent rendre leur décision dans les mois à venir.
L'avis préliminaire de l'avocat général du 10 mars 2011, s'oppose en effet à la brevetabilité et à l'utilisation à des fins industrielles ou commerciales de l'emb...

Lire la suite