France/Belgique : cellules souches embryonnaires et neurones de cortex cérébral chez les souris

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités

Publié le : 26/05/2015

Une équipe de recherche dirigée par les professeurs A. Gaillard (INSERM, Poitiers) et P. Vanderhaegen (Université Libre de Bruxelles) a transformé des cellules souches embryonnaires de souris en neurones du cortex cérébral, puis a réussi à transplanter ces neurones dans des cortex de souris qui avaient été préalablement endommagés dans la région de la vue. Les auteurs ont remarqué que les cellules greffées établissaient des connexions avec des cibles du cortex endommagé. Certains parmi les neurones greffés répondaient aux stimuli visuels. Par contre, les auteurs ont suspecté l'apparition de tératome - un type de tumeur - dans une minorité des cas (6 cas sur 47).
Les auteurs concluent que les neurones issus de cellules embryonnaires de souris, pour autant qu'ils soient différentiés convenablement, peuvent contribuer à la reconstruction du cortex cérébral endommagé. (61% de prise de greffe après 12 mois, ce qui est très lent comme processus).

Lorsque se pose l'extrapolation à l'homme, la question éthique de l'utilisation des cellules embryonnaires humaines resurgit, tout en interpellant les chercheurs sur l'opportunité de faire ces recherches via les cellules iPS, qui elles, ne posent pas de problèmes éthiques.
Sources : le Figaro; Neuron Volume 85, Issue 5, 4 March 2015, Pages 982–997


Articles similaires

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

Les cellules souches présentes dans le sang du cordon du nouveau-né sont utiles en médecine.

- Recherche sur les embryons

En effet, les risques de rejet sont moindres que pour les cellules souches issues d'un prélèvement de moelle osseuse d'un donneur, et elles ne requièrent pas d'opération pour les isoler. Cependant, leur intérêt est limité en pratique parce que leur nombre est souvent trop faible pour le traitement d'un adulte.
Des chercheurs de l'Université de Montréal ont identifié une molécule (appelée UM171) capable de stimuler "ex-vivo" la prolifération de ces cellules et ont ensuite réalisé avec succès un...

Lire la suite

Soigner la DMLA à partir de des cellules souches embryonnaires ?

Soigner la DMLA à partir de des cellules souches embryonnaires ?

- Recherche sur les embryons

Une équipe de chercheurs britanniques et américains a annoncé lundi dernier, 19 mars 2018, avoir restauré, grâce à des cellules souches isues d'embryons, la vision de deux personnes âgées atteintes de DMLA, maladie dégénérative assez courante après 50 ans. Les patients, qui ont été suivis pendant 12 mois, sont passés de l'incapacité à lire même avec des lunettes, à une capacité à lire 60 à 80 mots par minute avec des lunettes de lecture ordinaires, a précisé l'hôpital de Moorfields à Londres.
...

Lire la suite

Belgique :  réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

Belgique : réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

- Recherche sur les embryons

Des chercheurs de l'ULB (Université libre de Bruxelles), Pierre Vanderhaeghen, Kimmo Michelsen et Sandra Acosta, ont procédé à la transplantation de neurones générés à partir de cellules embryonnaires sur des souris dont le cortex cérébral était endommagé. La première étape de la recherche, déjà clôturée précédemment avec succès, consistait en la production à partir de cellules embryonnaires, de cellules nerveuses (ou neurones) identiques à celles qui composent le cortex cérébral.
Une fois ces...

Lire la suite