Etats-Unis : manipulation génétique d’embryons pour le traitement de maladies graves

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Etats-Unis Etats-Unis

Publié le : 09/03/2017

Un comité d'experts influents de l'Académie américaine a marqué son accord, dans le courant du mois de février pour procéder à la modification de l'ADN de cellules germinales, en vue d'éliminer le risque de maladies héréditaires. Cette pratique reste à ce jour illégale aux Etats-Unis, comme dans de nombreux autres pays, qui ont signé la convention internationale d'Oviedo interdisant explicitement cette pratique.

Aux Etats-Unis, des tests ont pourtant déjà été effectués, mais en modifiant l'ADN de cellules somatiques, selon le rapport de l'Académie. Les spécialistes de l'Académie ont bien précisé que ces manipulations génétiques ne seraient autorisées que pour traiter ou prévenir des maladies génétiques graves. L'objectif est de « permettre une très grande évolution sur la prévention et le traitement d'un grand nombre de pathologies », a déclaré Alta Charo, professeur de droit et de bioéthique à l'Université du Wisconsin-Madison et coprésidente du comité qui a dirigé l'étude. Selon elle, le progrès en matière de recherche génétique implique la maîtrise scientifique imminente de la partie responsable de l'hérédité sur le génome humain.

Cette pratique pourrait occulter le risque de dérives eugénistes et ainsi  conduire à vouloir améliorer les performances ou choisir des traits spécifiques de l'enfant à naître. Marcy Darnovsky, spécialiste en biotechnologie et directrice du « Center for Genetics and Society », y voit « un feu vert pour procéder à une modification du patrimoine héréditaire humain ».

Sources : Mediplanet.be
Human Genome Editing: Science, Ethics, and Governance (300 pages)


Articles similaires

Les premiers embryons « homme-mouton » ont 1 mois

- Recherche sur les embryons



Pour la première fois, des embryons hybrides mouton-humain ont été créés. Les résultats de laboratoire ont été présentés lors de la réunion annuelle de l'Association américaine pour l'Avancement des Sciences à Austin, Texas.

Les chercheurs ont introduit des cellules souches humaines dans des embryons de moutons, de telle sorte qu'une cellule de la créature hybride sur 10 000 soit humaine. En termes de pourcentages, la créature est génétiquement mouton à 99 %, et humaine à 1 %.

Il y a quelq...

Lire la suite

RECHERCHE EMRYONNAIRE / GENETIQUE

- Recherche sur les embryons

 

 

 

 

 

 

 

o    Royaume-Uni : vers une recherche sans restriction sur l'embryon ?

o    Belgique : 10 millions d'euros pour une nouvelle banque de données ADN

o    Pays-Bas : la Ministre Schippers lance une campagne pour le don de cellules souches adultes

o    Union européenne : autorisation d'un médicament à base de cellules souches humaines

o    Belgique : pas de statistiques relatives au nombre total d'embryons surnuméraires congelés

o    Pays-Bas : création d'embryons pour la...

Lire la suite

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

- Recherche sur les embryons

Nouveau Dossier de l'IEB : "La recherche sur les embryons humains"

La loi du 11 mai 2003 relative à la recherche sur les embryons in vitro, votée par le Sénat et la Chambre des représentants de Belgique, permet non seulement la recherche sur les embryons surnuméraires produits dans le cadre des procréations médicalement assistées (PMA), mais elle autorise, à titre d'exception, la création d'embryons « frais » pour la recherche.

Cherchant à se conformer à la loi, trois universités du pays - K...

Lire la suite