Commission fédérale pour la Recherche médicale et scientifique sur les embryons in vitro

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Belgique

Publié le : 18/03/2010

La loi du 11 mai 2003 relative à la recherche sur les embryons in vitro a instauré une Commission pour la recherche médicale et scientifique sur les embryons in vitro.
Un premier appel à candidature a déjà été lancé mais les candidatures reçues n'ont pas été assez nombreuses pour renouveler la commission.
  
La Commission est chargée des tâches suivantes :
- recueillir et centraliser les informations relatives aux différents projets de recherche sur l'embryon, y compris ceux pour lesquels les comités d'éthique locaux ont émis un avis négatif;
- prévenir le développement scientifiquement injustifié de projets de recherche identiques;
- évaluer l'application de la loi;
- formuler sous forme d'avis des recommandations en vue d'une initiative législative ou d'autres mesures;
- formuler sous forme d'avis des recommandations relatives à l'application de la loi, à destination des comités locaux d'éthique.
La Commission se compose de 14 membres effectifs et d'autant de membres suppléants, désignés par le Sénat pour une période renouvelable de 4 ans. 28 mandats au total sont donc à pourvoir.
Ces 28 mandats sont répartis comme suit :
- 8 médecins;
- 8 docteurs en sciences;
- 4 juristes;
- 8 experts en questions éthiques et en sciences sociales. 

Source : Moniteur belge du 18 mars 2010

 Un bulletin de l'IEB a déjà été consacré aux difficultés de fonctionnement de la Commission d'évaluation.


Articles similaires

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

- Recherche sur les embryons

Nouveau Dossier de l'IEB : "La recherche sur les embryons humains"

La loi du 11 mai 2003 relative à la recherche sur les embryons in vitro, votée par le Sénat et la Chambre des représentants de Belgique, permet non seulement la recherche sur les embryons surnuméraires produits dans le cadre des procréations médicalement assistées (PMA), mais elle autorise, à titre d'exception, la création d'embryons « frais » pour la recherche.

Cherchant à se conformer à la loi, trois universités du pays - K...

Lire la suite

Royaume-Uni : vers une recherche sans restriction sur l’embryon ?

- Recherche sur les embryons

Passer de 14 jours à 28 jours et ainsi doubler le délai inscrit dans la loi encadrant la recherche sur les embryons humains :  voilà la demande que des scientifiques viennent d'exprimer publiquement lors du congrès médical Progress Education Trust au Royaume-Uni. Actuellement, la durée légale est fixée à 14 jours. Cette durée n'a pas été choisie par hasard car il est généralement admis qu'avant le 14e jour il n'y a pas de trace de formation de la colonne vertébrale.

Justifiant leur requête pa...

Lire la suite

A propos de l'utilisation de fœtus avortés pour la recherche

A propos de l'utilisation de fœtus avortés pour la recherche

- Recherche sur les embryons

Quand on sait qu'aux Etats-Unis, certains chercheurs s'organisent en circuits commerciaux pour obtenir le corps de foetus avortés à 5 mois, et qu'une activité lucrative s'est développée autour des centres d'avortement, on ne peut qu'apprécier la mesure gouvernementale qui vient d'être prise de couper court aux recherches utilisant des foetus avortés dans les instituts de recherche nationaux.

Ces méthodes de prélèvements, ainsi que la rémunération de l'activité ont été révélées par le fondat...

Lire la suite