Belgique : réparation du cortex cérébral par cellules embryonnaires

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche sur les embryons

Actualités - Belgique

Publié le : 23/03/2015

Des chercheurs de l'ULB (Université libre de Bruxelles), Pierre Vanderhaeghen, Kimmo Michelsen et Sandra Acosta, ont procédé à la transplantation de neurones générés à partir de cellules embryonnaires sur des souris dont le cortex cérébral était endommagé. La première étape de la recherche, déjà clôturée précédemment avec succès, consistait en la production à partir de cellules embryonnaires, de cellules nerveuses (ou neurones) identiques à celles qui composent le cortex cérébral.
Une fois ces neurones corticaux générés, l'étape suivante était de vérifier si ces cellules pouvaient remplacer efficacement les neurones endommagés d'un cerveau malade. La perte de neurones corticaux est en effet la cause de nombreuses maladies neurologiques (accidents vasculaires cérébraux, Alzheimer...), rappelle l'ULB.
L'expérimentation a montré que les neurones transplantés se sont intégrés « de façon efficace dans le cerveau après la lésion », ont observé les chercheurs. Certains neurones ont même ensuite été capables de répondre à des stimuli visuels, comme les neurones initiaux du cortex lésé, ce qui montre qu'ils ont pu se connecter au cerveau de manière fonctionnelle.
L'approche n'a encore été testée que sur des souris de laboratoire, mais l'ULB y voit une importante perspective d'avancée dans les traitements des maladies du cortex cérébral.
Sources : communiqué de l'ULB  et revue Neuron 04/03/2015


Articles similaires

La Société Internationale de Recherche sur les Cellules Souches supprime la limite des 14 jours à la recherche sur les embryons humains 

La Société Internationale de Recherche sur les Cellules Souches supprime la limite des 14 jours à la recherche sur les embryons humains 

- Recherche sur les embryons

Depuis quarante ans, une période de 14 jours était officiellement acceptée comme limite éthique et légale à la recherche sur les embryons humains. En d'autres termes, les scientifiques n'étaient jusqu'à maintenant pas autorisés à poursuivre les recherches sur les embryons au-delà du quatorzième jour après leur fécondation ou après leur décongélation s'ils avaient été préalablement congelés. Cette limite a été recommandée pour la première fois par le Rapport de la Commission britannique d'E...

Lire la suite

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

Le Dr Catherine Verfaillie (KUL) est pour le brevetage des cellules souches embryonnaires humaines

- Recherche sur les embryons

Emmenés par le professeur français Marc Pechanski, ils sont treize scientifiques européens, dont Catherine Verfaillie, à avoir signé une lettre ouverte adressée à la Commission européenne, critiquant l'avis préliminaire qu'a rendu la Cour européenne de justice et sur lequel 13 juges doivent rendre leur décision dans les mois à venir.
L'avis préliminaire de l'avocat général du 10 mars 2011, s'oppose en effet à la brevetabilité et à l'utilisation à des fins industrielles ou commerciales de l'emb...

Lire la suite

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

Plus de 25.000 embryons utilisés pour la recherche en Belgique depuis 10 ans

- Recherche sur les embryons

Nouveau Dossier de l'IEB : "La recherche sur les embryons humains"

La loi du 11 mai 2003 relative à la recherche sur les embryons in vitro, votée par le Sénat et la Chambre des représentants de Belgique, permet non seulement la recherche sur les embryons surnuméraires produits dans le cadre des procréations médicalement assistées (PMA), mais elle autorise, à titre d'exception, la création d'embryons « frais » pour la recherche.

Cherchant à se conformer à la loi, trois universités du pays - K...

Lire la suite