Suède : des employés se font pucer

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 09/02/2015

S'étant portés volontaires, plusieurs salariés de l'entreprise suédoise Epicenter - spécialisée dans les nouvelles technologies - se sont fait implanter une puce électronique sous la peau. Un gadget qui leur permettra, selon la direction, de faciliter leur quotidien dans les locaux de la société comme pour payer son café, ouvrir leur ordinateur ou actionner la photocopieuse, autant de possibilités offertes par cette puce électronique. Si certains se demandent pourquoi déployer tout cet attirail, d'autres s'opposent fermement à une telle intrusion de la technologie dans leur vie privée. La puce des impôts, la puce Google, la puce des Facebook, la puce santé ou du don d'organes...Tout est possible. Mais jusqu'où ?
Cette nouvelle technologie pose évidemment des questions de surveillance des employés, mais Epicenter promet que ce n'est pas son but. Un des responsables de ce groupe de biohacking pose en revanche un autre objectif à cette expérimentation à grande échelle : "Nous voulons comprendre cette technologie avant que de grandes entreprises ou de gros gouvernements nous approchent en nous disant que nous devons tous nous faire pucer".
Source : BBC


Articles similaires

Suède : remise en cause de l’objection de conscience

Suède : remise en cause de l’objection de conscience

- Clauses de conscience

Le jeudi 12 novembre 2015, le tribunal suédois de Jönköping a rendu une décision dans laquelle il rejette la demande d'une sage-femme d'avoir accès à un emploi dans le respect de son objection de conscience relative à l'avortement.
Depuis 2013, Ellinor Grimmark cherche activement un emploi comme sage-femme. Dans trois hôpitaux différents, la direction a refusé de l'engager au motif qu'elle souhaitait, au besoin, pouvoir recourir à son droit d'invoquer l'objection de conscience en matière d'avo...

Lire la suite

Greffe d’utérus

Greffe d’utérus

- Procréation médicalement assistée

Matts Brännström (Université de Göteborg, Suède) et ses collègues ont annoncé la naissance du premier bébé après greffe d'utérus dans la revue The Lancet. La maman est une femme de 36 ans, née sans utérus, et qui a donc bénéficié, après un traitement important, de l'utérus d'une amie de la famille âgée de 61 ans. Avant la greffe, la receveuse a dû recourir aux techniques de la procréation médicalement assistée (stimulation hormonale, prélèvement d'ovocytes, fécondation in vitro, congélation de...

Lire la suite

Royaume-Uni : première autorisation pour une greffe d’utérus

Royaume-Uni : première autorisation pour une greffe d’utérus

- Gestation pour autrui

Le mercredi 30 septembre 2015, un groupe de chercheurs britanniques de l'organisation « Womb Transplant UK » a annoncé avoir obtenu l'autorisation de réaliser un premier essai de greffe d'utérus au Royaume-Uni. La greffe d'utérus a déjà été expérimentée en Suède, où le premier bébé issu de cette technique est né en octobre 2014. La France lui a emboîté le pas, et maintenant le Royaume-Uni.
Les greffes d'utérus permettent de répondre aux stérilités féminines liées à l'absence d'utérus. En moyen...

Lire la suite