Suède : des employés se font pucer

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 09/02/2015

S'étant portés volontaires, plusieurs salariés de l'entreprise suédoise Epicenter - spécialisée dans les nouvelles technologies - se sont fait implanter une puce électronique sous la peau. Un gadget qui leur permettra, selon la direction, de faciliter leur quotidien dans les locaux de la société comme pour payer son café, ouvrir leur ordinateur ou actionner la photocopieuse, autant de possibilités offertes par cette puce électronique. Si certains se demandent pourquoi déployer tout cet attirail, d'autres s'opposent fermement à une telle intrusion de la technologie dans leur vie privée. La puce des impôts, la puce Google, la puce des Facebook, la puce santé ou du don d'organes...Tout est possible. Mais jusqu'où ?
Cette nouvelle technologie pose évidemment des questions de surveillance des employés, mais Epicenter promet que ce n'est pas son but. Un des responsables de ce groupe de biohacking pose en revanche un autre objectif à cette expérimentation à grande échelle : "Nous voulons comprendre cette technologie avant que de grandes entreprises ou de gros gouvernements nous approchent en nous disant que nous devons tous nous faire pucer".
Source : BBC


Articles similaires

Suède : remise en cause de l’objection de conscience

Suède : remise en cause de l’objection de conscience

- Clauses de conscience

Le jeudi 12 novembre 2015, le tribunal suédois de Jönköping a rendu une décision dans laquelle il rejette la demande d'une sage-femme d'avoir accès à un emploi dans le respect de son objection de conscience relative à l'avortement.
Depuis 2013, Ellinor Grimmark cherche activement un emploi comme sage-femme. Dans trois hôpitaux différents, la direction a refusé de l'engager au motif qu'elle souhaitait, au besoin, pouvoir recourir à son droit d'invoquer l'objection de conscience en matière d'avo...

Lire la suite

“Dysphorie de genre” : la Suède remet en question les traitements hormonaux sur adolescents

“Dysphorie de genre” : la Suède remet en question les traitements hormonaux sur adolescents

- Genre et sexualité

Considéré comme pionnier dans l'accompagnement des personnes transgenres, l'hôpital Karolinska de Stockholm a récemment annoncé cesser de dispenser des traitements hormonaux à ses patients mineurs, sauf pour des essais cliniques.

Selon l'Association américaine de psychiatrie (APA), la « dysphorie de genre » désigne le fait, pour une personne, d'éprouver un sentiment d'inadéquation avec son sexe de naissance. Elle ne doit pas être confondue avec l'intersexuation (ou intersexualité), qui désign...

Lire la suite

Belgique : Ecolo-Groen soutient la levée partielle de l’anonymat du don de gamètes

Belgique : Ecolo-Groen soutient la levée partielle de l’anonymat du don de gamètes

- Don de gamètes

Le 15 mai 2018, 5 députés écolo-Groen ont déposé une proposition de loi visant à permettre le « don identifiable de gamètes ». Actuellement, le donneur de gamètes est soit entièrement anonyme, soit totalement connu, dès avant la conception. Il s'agit souvent, dans ce cas, d'un ami ou d'un membre de la famille.

Les députés sont partis d'un double constat. D'une part, nombre d'enfants nés d'un donneur de gamètes anonyme expriment souffrir sur le plan psychologique de cette situation d'anonymat...

Lire la suite