Pologne : un grand prématuré survit grâce à un rein artificiel

Publié le : Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale Actualités Temps de lecture : 1 min.

 Imprimer

Né à 25 semaines de grossesse et pesant 820 grammes, un bébé polonais avait peu de chance de survivre, d'autant plus qu'un canal artériel était encore ouvert.
Au bout de quelques jours, ses reins ont commencé à faiblir et ont fini par totalement cesser de fonctionner. Face au danger de mort de l'enfant, l'équipe médicale a décidé de brancher l'enfant à un rein artificiel, traditionnellement utilisé pour les enfants de plus de trois kilos. Contre toute attente, ce dispositif a très bien fonctionné auprès du petit Kamil. Pour le docteur Wojciech Kowalik, chef du service de thérapie intensive des nouveau-nés de l'hôpital de Legnica, cela relève de « l'exceptionnel », puisque c'est la première fois qu'une telle opération fonctionne sur un si petit bébé.  Le petit Kamil pèse aujourd'hui 4 kilos et a pu rentrer à la maison avec ses parents.
Source : Science et Avenir et AFP
 


Articles similaires

Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

Un premier poumon artificiel humain créé en laboratoire

- Recherche médicale

Une équipe américaine de l'University of Texas vient de fabriquer en laboratoire un poumon humain artificiel. Un travail qui pourrait révolutionner la médecine régénérative et ce d'autant que cet organe est un des plus complexes à reconstituer, notamment parce qu'il est composé de plusieurs types cellulaires différents.
Le Dr Joaquim Cortiella et son équipe ont d'abord prélevé les poumons de deux adolescents décédés à la suite d'un accident. Ils ont ensuite détaché les cellules d'un de ces pou...

Lire la suite

Des singes « augmentés » grâce à des gènes humains

Des singes « augmentés » grâce à des gènes humains

- Recherche médicale

Des gènes humains ont été implanté chez 11 embryons de singes rhésus par des chercheurs chinois de l'Institut de zoologie de Kunming (sud-ouest de la Chine) et de l'Académie des sciences chinoise engagés dans un programme de recherche sur la génétique et les fonctionnalités cognitives du cerveau humain.

Sur les 11 macaques génétiquement modifiés, seuls cinq ont survécu jusqu'à la phase de tests dont les résultats devaient offrir une meilleure compréhension du cerveau humain. Au cours de ces t...

Lire la suite

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

Moins de possibilités pour les inséminations artificielles et les FIV?

- Procréation médicalement assistée

Les gynécologues s'inquiètent des plans de réduction de coûts du gouvernement. Celui-ci envisage de ne plus rembourser qu'un seul frottis pour les femmes tous les 3 ans plutôt que tous les 2 ans comme c'est le cas actuellement.
C'est pourquoi, la Belgian Society of Reproductive Medicine a pris une initiative louable qui pourrait rapporter 4 millions d'euros en accord avec les gynécologues. Ils proposent en effet d'aller chercher l'argent nécessaire aux économies dans certaines sous-sp...

Lire la suite