Modification génétique : les chinois vont-ils « fabriquer » des génies ?

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 12/03/2019

Le Docteur Laurent Alexandre, essayiste et intervenant régulier sur les questions du transhumanisme, a récemment écrit un article s'inquiétant de la naissance des jumelles génétiquement modifiées en Chine (Bulletin de l'IEB). Il s'interroge sur un possible but caché derrière cette action immorale et irresponsable.

 

En effet, un article du MIT Technology Review paru fin février, a rapporté que le cerveau des deux petites filles aurait été « accidentellement » augmenté grâce à la manipulation du gène CCR5 les protégeant du SIDA. Le Dr Alexandre se pose la question : le chercheur, plutôt que d'essayer de prémunir les deux enfants contre la maladie de leur père, n'aurait-il pas plutôt tenté « de faire la première neuro-modification […] au monde » ? D'autant plus que les risques encourrus suite à cette modification génétique sont élevés par rapport au simple but de la prévention du SIDA (dont le risque de transmission parent-enfant reste faible).

Il ajoute : « les transhumanistes les plus violents au monde sont en Chine ». Pour preuve, il cite une étude de BTC Design indiquant que près de « 50% des jeunes Chinois souhaitent améliorer les capacités cognitives de leurs enfants en utilisant les thérapies géniques. ». Sa prédiction est que si « l'expérience » des jumelles réussit, il y aura une « ruée » vers ces technologies, une vague qui risque d'arriver jusque dans nos pays via certaines classes sociales qui n'accepteront plus de voir "la bourgeoisie riche accaparer le monopole de l'intelligence."

Si les Chinois s'autorisent de franchir cette étape transhumaniste, que feront les Européens ? Que deviendront les enfants "non-augmentés" ? L'homme augmenté restera-t-il le monopole de ceux qui pourront se le permettre financièrement ? Autant de problèmes que soulève le Dr Alexandre.

Source : atlantico.fr, technologyreview.com


Articles similaires

Islande : le code génétique de toute une nation séquencé

- Recherche médicale

Dans un article publié dans la revue Nature Genetics,  une équipe de chercheurs islandais affirme, sur base de ses résultats, pouvoir « prédire, avec une précision substantielle, le génome entier de la nation ». En combinant les génomes de 10.000 individus avec les arbres généalogiques de l'ensemble de l'Islande, ils affirment ainsi pouvoir déduire l'ensemble du code génétique de la nation. D'après le Dr. Kari Stefansson, dont les propos ont été rapportés par la BBC, son équipe serait par exem...

Lire la suite

Union Européenne : appel à un moratoire sur la modification du génome humain

Union Européenne : appel à un moratoire sur la modification du génome humain

- Génétique

Le Groupe Européen d'Ethique des Sciences et des Nouvelles Technologies (GEE), organe consultatif indépendant attaché au Président de la Commission européenne, vient d'émettre une déclaration sur l'édition du génome humain et appelle à une réflexion approfondie et à un moratoire encadrant la recherche en la matière.

Le GEE fait le constat de l'avancée prodigieuse des recherches depuis la dernière conférence internationale sur la modification du génome en 1975 à Asilomar (Californie). Ces cinq...

Lire la suite

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

- Génétique

Les analyses génomiques sont de plus en plus accessibles et font toujours plus l'objet de partages voire de commercialisation. Qu'en pensent les citoyens belges ? Le Forum citoyen sur l'utilisation des données du génome, organisé en automne 2018 par la Fondation Roi Baudouin et Sciensano, y a répondu en donnant voix à 32 hommes et 32 femmes de milieux et d'âges divers. L'objectif étant d'en informer l'opinion publique, ceux et celles qui décideront d'un encadrement légal des analyses du génome...

Lire la suite