L'hôpital universitaire d'Anvers se dote d'appareils pour mesurer la douleur

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 18/08/2014

L'hôpital universitaire d'Anvers (UZA) s'est équipé de 2 appareils capables de mesurer la douleur ressentie par les patients de manière objective. Il s'agit d'une première mondiale.  Le premier appareil permet de mesurer la douleur aiguë ressentie par les patients grâce à un capteur posé sur un doigt. Cet outil prend en compte sept paramètres, dont la pression sanguine et la résistance de la peau. Une formule mathématique détermine ensuite le niveau de la douleur ressentie. L'autre appareil est destiné aux patients souffrant de douleur chronique et mesure si le système de contrôle de la douleur fonctionne correctement, et ce en réaction à de petites ou grandes différences de températures. "Nous voulons utiliser ces outils à grande échelle, par exemple lors d'opérations chirurgicales ou pour contrôler la douleur ressentie par les patients plongés dans le coma, ou ceux souffrant de douleur chronique généralisée", explique le professeur et coordinateur du centre multidisciplinaire de la douleur d'UZA Guy Hans. Selon lui, ces outils sont "une véritable avancée pour la recherche sur la douleur". Ces appareils coûtent entre 40.000 et 80.000 euros.
 


Articles similaires

Italie : un hôpital menace la liberté des médecins qui refusent de pratiquer l’avortement

Italie : un hôpital menace la liberté des médecins qui refusent de pratiquer l’avortement

- Clauses de conscience

https://www.ieb-eib.org/img/images/2019-06/img-1559555851-887.jpgUn hôpital peut-il discriminer à l'embauche des gynécologues sur la base de leur refus de pratiquer des avortements ? C'est la question qui fait débat aujourd'hui en Italie.
En effet, l'hôpital San Camillo de Rome a publié une offre d'emploi pour deux médecins qui s'engageraient à ne pas faire valoir la clause de conscience relative à l'avortement, exigence pour voir leurs candidatures acceptées. Deux médecins ont ainsi été recru...

Lire la suite

Boussu  :  l'hôpital laisse mourir les personnes âgées trop facilement ?

Boussu : l'hôpital laisse mourir les personnes âgées trop facilement ?

- Soins palliatifs

Les hôpitaux sont-ils trop prompts à envisager la fin de vie de patients âgés ? La mésaventure survenue à Jeanina Piechocki, 84 ans, pose question. Suite à une insuffisance respiratoire, les médecins de l'hôpital Epicura Hornu avaient proposé de la placer en soins palliatifs. Et ce, alors qu'il y avait, d'après la famille, encore de l'espoir.   Les enfants sont proches de leur mère, la sauvent d'un étouffement probable et continuent à veiller sur elle. (...)
Aujourd'hui hospitalisée à Ambroise...

Lire la suite

NOUVEAU DOSSIER de l'IEB : Apaiser la douleur en fin de vie

- Soins palliatifs

Chaque année, 52 millions de personnes meurent dans le monde et l'on estime qu'environ un décès sur dix est dû au cancer. Alors que 95% des douleurs pourraient être soulagées, plus de 65% de patients cancéreux meurent, encore aujourd'hui, dans un contexte douloureux. C'est dire combien le combat des soins palliatifs est loin d'être gagné et qu'une formation spécifique, dans le domaine de l'algologie et de l'antalgie, s'impose comme une urgence.
En Belgique, entre 35.000 et 40.000 nouveaux cas ...

Lire la suite