L'hôpital universitaire d'Anvers se dote d'appareils pour mesurer la douleur

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Recherche médicale

Actualités

Publié le : 18/08/2014

L'hôpital universitaire d'Anvers (UZA) s'est équipé de 2 appareils capables de mesurer la douleur ressentie par les patients de manière objective. Il s'agit d'une première mondiale.  Le premier appareil permet de mesurer la douleur aiguë ressentie par les patients grâce à un capteur posé sur un doigt. Cet outil prend en compte sept paramètres, dont la pression sanguine et la résistance de la peau. Une formule mathématique détermine ensuite le niveau de la douleur ressentie. L'autre appareil est destiné aux patients souffrant de douleur chronique et mesure si le système de contrôle de la douleur fonctionne correctement, et ce en réaction à de petites ou grandes différences de températures. "Nous voulons utiliser ces outils à grande échelle, par exemple lors d'opérations chirurgicales ou pour contrôler la douleur ressentie par les patients plongés dans le coma, ou ceux souffrant de douleur chronique généralisée", explique le professeur et coordinateur du centre multidisciplinaire de la douleur d'UZA Guy Hans. Selon lui, ces outils sont "une véritable avancée pour la recherche sur la douleur". Ces appareils coûtent entre 40.000 et 80.000 euros.
 


Articles similaires

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

Belgique : pour une meilleure reconnaissance de la douleur des parents d’enfants nés sans vie

- Avortement

Comme chaque année, l'anniversaire de la loi Lallemand Michielsen, dépénalisant partiellement l'avortement en Belgique est l'occasion pour ses promoteurs de relancer le débat. Ils le font cette année en fustigeant les propositions de lois relatives à la reconnaissance des enfants nés sans vie déposées à la Chambre, et qui, très humainement, visent à prendre en compte la souffrance des parents ainsi endeuillés par la perte d'un enfant.
Le régime juridique actuel distingue plusieurs situations. ...

Lire la suite

Québec : pas de liberté éthique pour l’hôpital face à un avortement tardif

Québec : pas de liberté éthique pour l’hôpital face à un avortement tardif

- Clauses de conscience

Suivie depuis le début de sa grossesse au Centre Universitaire de Santé McGill (CUSM) de Montréal, une maman enceinte de 6 mois (27 semaines) a reçu le diagnostic que le bébé serait porteur de plusieurs anomalies.

Demandant à ce qu'il soit mis fin à sa grossesse (avortement tardif), la maman et son conjoint ont attendu la décision du Comité d'éthique de l'hôpital à qui il revient de se prononcer dans de tels cas où l'enfant est viable. Pour diverses raisons qui font partie du dossier médical ...

Lire la suite

Fin de vie : trop souvent à l'hôpital

Fin de vie : trop souvent à l'hôpital

- Soins palliatifs

L'Agence intermutualiste (AIM) et la Fondation registre du Cancer ont analysé les données de 25.000 patients cancéreux diagnostiqués entre 2006 et 2009 (dont les chances de survie sur 5 ans étaient limitées à 50%) et décédés avant 2010.
Il ressort de cette étude qu'environ la moitié d'entre eux avaient été admis à l'hôpital au cours du dernier mois de leur existence sans pour autant que soit pratiquée une intervention importante, une chimiothérapie ou une radiothérapie.
L'étude montre ainsi cl...

Lire la suite