ULB : traçage génétique / cellules souches adultes.

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités

Publié le : 09/11/2012

Les équipes de Cédric Blanpain (ULB) et de Benjamin Simons (Université de Cambridge) ont mis au point une méthode de traçage génétique qui marque spécifiquement avec un motif fluorescent des cellules capables de se diviser dans leur environnement tissulaire. La méthode permet de suivre au cours du temps le devenir des cellules marquées et de leur descendance clonale. C'est ainsi qu'ont été découvertes des cellules souches cancéreuses dans des tumeurs spontanées.

Mais la méthode permet aussi de faire des avancées spectaculaires dans la simple compréhension du renouvellement d'un tissu sain. Les mêmes équipes ont ainsi réalisé un traçage de l'hétérogénéité cellulaire des cellules épidermiques en ciblant des récepteurs hormonaux spécifiques des cellules progénitrices. Elles ont pu faire un suivi quantitatif de la dynamique de prolifération cellulaire dans une peau blessée et en voie de cicatrisation. Cette recherche est complètement fondamentale, car elle mène à revoir l'état des connaissances, particulièrement quand est démontrée l'existence de plusieurs compartiments cellulaires à vocations distinctes (cellules souches à prolifération lente, cellules progénitrices d'un type cellulaire précis, etc).
S'agissant ici de cellules souches adultes, il est aisé de voir l'intérêt de solidifier des connaissances, aux frontières d'applications réconciliées avec les principes éthiques fondamentaux.


Articles similaires

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

- Génétique

Les analyses génomiques sont de plus en plus accessibles et font toujours plus l'objet de partages voire de commercialisation. Qu'en pensent les citoyens belges ? Le Forum citoyen sur l'utilisation des données du génome, organisé en automne 2018 par la Fondation Roi Baudouin et Sciensano, y a répondu en donnant voix à 32 hommes et 32 femmes de milieux et d'âges divers. L'objectif étant d'en informer l'opinion publique, ceux et celles qui décideront d'un encadrement légal des analyses du génome...

Lire la suite

Cellules iPS: découverte de nouveaux gènes pour la reprogrammation

Cellules iPS: découverte de nouveaux gènes pour la reprogrammation

- Génétique

La revue Cell Stem Cell révèle dans son numéro de septembre 2013 que le Centre de Médecine Régénérative de Barcelone (CMR), en collaboration avec l'Institut Salk en Californie, est parvenu à mettre au point "un nouveau procédé d'obtention de cellules iPS". L'équipe du professeur Juan Carlos Izpisua "vient de montrer qu'il existe au moins sept autres gènes capables d'intervenir dans le processus de reprogrammation" des cellules souches. Ces gènes "sont présents dans la cellule adulte et c'est l...

Lire la suite

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

- Génétique

Ce mercredi 13 mars, dans la revue « Nature », un groupe composé de 18 scientifiques et éthiciens de renom réclamait un moratoire international sur l'édition de l'ADN héréditaire de l'homme (gamètes, embryons)  afin d'éviter « de créer des bébés génétiquement modifiés. »

Cette demande fait suite au scandale qui a eu lieu en Chine après la naissance de petites jumelles dont l'ADN a été modifié pour les prémunir contre le SIDA (Voir Bulletin IEB).

Ce moratoire ne s'appliquerait pas dans le cad...

Lire la suite