Le programme génétique de l’Estonie pour ficher l'ADN de sa population

 Imprimer

Thématique : Recherche biomédicale / Génétique

Actualités - Pays-Bas

Publié le : 06/06/2019

En Estonie, 20% des adultes ont déjà donné leur ADN au gouvernement. Ce pays est le premier à avoir créé une banque publique de collecte et d'analyse d'ADN à l'échelle de toute sa population.  Depuis deux ans, le gouvernement accélère son programme génétique et prélève, stocke et analyse les génomes. L'Etat dit vouloir mettre en place la médecine prédictive, en permettant aux praticiens d'utiliser l'analyse génétique pour anticiper d'éventuelles maladies, affiner leur diagnostic et mieux connaitre l'influence du génotype sur l'efficacité des traitements médicamenteux.

Les investissements publics (8 millions d'euros depuis 2017) dans ce programme génétique ont payé : de plus en plus de citoyens se rendent dans les hôpitaux, pharmacies ou laboratoires privés pour se voir prélever du sang afin d'en extraire leur ADN et, s'ils le souhaitent, de recevoir un diagnostic prédictif. 80 % de la population adhère au programme génétique, en partie financé par l'Union européenne, contre 25 % il y a 20 ans. L'Estonie participe d'ailleurs à un programme européen dont l'objectif est de collecter et partager un million de génomes issus de 20 pays différents d'ici trois ans.

L'expérience de Marie, une estonienne de 18 ans, donne un aperçu de cette « campagne » géante : « Notre professeur a décidé que nous devions tous sortir pour aller faire un don d'ADN. Ce n'était pas possible de refuser. Elle nous a dit que c'était pour le futur de l'Estonie. Maintenant, quand j'irai chez le docteur, il m'auscultera puis regardera mon génome et il saura immédiatement ce qui ne va pas. » Une fois le sang prélevé, l'ADN en est extrait, puis numérisé, séquencé et imprimé sur une carte génomique. Chaque citoyen peut accéder à son génome, par ailleurs accessible aux chercheurs du programme, au moyen d'un code.

Un tel programme intéresse maintenant d'autres pays : le Qatar a récemment consulté l'Estonie pour ficher l'ADN de sa propre population. Des initiatives publiques ou privées de collecte d'ADN se multiplient partout dans le monde, encouragées notamment par la découverte de la technique du séquençage à haut débit du génome (plus rapide et moins cher). Certaines sociétés (comme 23andMe aux Etats-Unis, MyHeritage en Israël) proposent à leurs clients de déterminer leur origine tout en vendant les données recueillies. Des banques britanniques, américaines et islandaises collectent l'ADN pour améliorer la recherche sur les maladies rares. La Finlande a récemment investi 80 millions d'euros dans la collecte et le stockage d'ADN. Bref, les données génétiques se profilent toujours plus comme objet précieux de transaction et d'information.

Source : Franceinter.fr (21/05/2019)


Articles similaires

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

Bébés génétiquement modifiés : des spécialistes réclament un moratoire

- Génétique

Ce mercredi 13 mars, dans la revue « Nature », un groupe composé de 18 scientifiques et éthiciens de renom réclamait un moratoire international sur l'édition de l'ADN héréditaire de l'homme (gamètes, embryons)  afin d'éviter « de créer des bébés génétiquement modifiés. »

Cette demande fait suite au scandale qui a eu lieu en Chine après la naissance de petites jumelles dont l'ADN a été modifié pour les prémunir contre le SIDA (Voir Bulletin IEB).

Ce moratoire ne s'appliquerait pas dans le cad...

Lire la suite

Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

Faut-il lier les contrats d’assurances à des tests génétiques ?

- Génétique

Au Québec, une loi fédérale qui protégeait efficacement les citoyens contre les discriminations sur la base de tests génétiques, a été jugée invalide par la Cour d'appel du Québec.  Pour cause : en pénalisant ces discriminations, le législateur fédéral a empiété sur les compétences provinciales.

La loi en question du 5 avril 2017 contient l'interdiction pour quiconque d'obliger une personne à subir un test génétique comme condition préalable à la fourniture de biens ou de services et à la con...

Lire la suite

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

Que veulent faire les Belges de leurs informations génétiques ?

- Génétique

Les analyses génomiques sont de plus en plus accessibles et font toujours plus l'objet de partages voire de commercialisation. Qu'en pensent les citoyens belges ? Le Forum citoyen sur l'utilisation des données du génome, organisé en automne 2018 par la Fondation Roi Baudouin et Sciensano, y a répondu en donnant voix à 32 hommes et 32 femmes de milieux et d'âges divers. L'objectif étant d'en informer l'opinion publique, ceux et celles qui décideront d'un encadrement légal des analyses du génome...

Lire la suite